Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le prétendu directeur de cabinet d’un pseudo-ministre du Polisario menace de tuer un associatif handicapé


Sidi Mohamed Alouate, handicapé physique, préside l’Association «Absar Al Khir» dont il est le fondateur. Il a toujours entretenu de bonnes relations avec le directeur de cabinet du pseudo ministre des soi-disant «territoires occupés et des droits de l’Homme». Ces mêmes bonnes relations, Sidi Mohamed les entretenait également avec le prétendu directeur général de la police de Rabouni. Mais pour préserver de telles  relations avec eux,  il devait payer un genre de dîme mensuelle à l’un et à l'autre.
Toutefois, la pandémie de  Covid-19 ne lui  permet plus de voyager et de collecter les fonds sur lesquels il a pris l’habitude de prélever les montants qu’il versait aux différents interlocuteurs corrompus dont regorge la prétendue administration de Rabouni. De cela, les deux directeurs, exceptionnellement voraces, ne veulent pas entendre parler et continuent d’arnaquer le pauvre handicapé.
Dans un enregistrement rendu public, il déclare avoir reçu des menaces de la part de Mohamed Brih, directeur de cabinet du prétendu ministre, et de son autre persécuteur. Les deux hommes menaçaient, en effet, Alouate de le tuer et de le découper en petits morceaux avant de le jeter en pâture aux nombreux chiens de Rabouni. Dans cet enregistrement sonore, on entend Brih lui dire : «Si tu as peur de retourner dans les «territoires occupés» où tu seras soumis à l’emprisonnement,  à l’oppression, à la torture  et aux traitements inhumains, ce n’est rien comparé à ce je te réserve si tu ne me verses pas la somme que je te demande».
Dans cet enregistrement, le prétendu directeur de cabinet fait allusion au fait que le handicapé habitait à Laâyoune où il avait fondé son association, qui menait plusieurs activités apportant de l’aide aux handicapés de la ville.
L’associatif dénonce le comportement du patron de la police et celui de ses maîtres-chanteurs qui devraient normalement veiller à la sécurité des citoyens et au respect de leurs  droits, au lieu de les persécuter et de les menacer de torture et de mort.
Alouate se demande jusqu’à quand  la direction du Polisario continuera-t-elle, non seulement  à fermer les yeux sur ce genre de tortionnaires, mais également à leur offrir des postes de responsabilité leur permettant de commettre les pires  violations des droits de l’Homme.
Ces dénonciations faites par un défenseur des droits de l’Homme qui,  de surcroît, est un handicapé, coïncident avec  l’annonce par l’APS de la création par le Polisario d’un  soi-disant mécanisme de coordination de l'action en matière des droits humains.
En effet, les accusations d'Alouate viennent étayer les dénonciations en série des violations  des droits de l’Homme dans les camps de Lahmada, et après que le Haut commissariat aux droits de l’Homme de l’ONU a confirmé la responsabilité d’Alger dans ces violations perpétrées sur son territoire.
L’Algérie et   le Polisario tentent ainsi une esquive en dotant le Polisario d’un prétendu «mécanisme de défense des droits de l’Homme», une nouvelle manœuvre à laquelle l’Agence de presse officielle algérienne, APS, a consacré,  mercredi 26 août, une dépêche la qualifiant  de décision importante du Polisario. 
L'agence de propagande algérienne a sciemment évité de rappeler que le séparatiste en chef, Brahim Ghali, et son soi-disant premier ministre ont ordonné ou commis un nombre incalculable d'exactions, de meurtres, et de violations des droits humains à Tindouf.
Il est clair que ce nouvel instrument de propagande reflète l’échec patent de la diplomatie algérienne, qui a vainement tenté ces dernières années de faire des droits de l’Homme son cheval de bataille contre le Maroc. Ainsi, après avoir échoué à étendre les prérogatives de la MINURSO aux droits de l’Homme dans les provinces du Sud du Maroc, le régime algérien ordonne aujourd’hui à son pantin de créer un énième mécanisme de nature à redonner vie à sa stratégie de balkanisation du Maghreb et de lutte contre la souveraineté et l'intégrité territoriale de notre pays. 
 

​Les séparatistes exaspérés par le projet de mise sur pied d'une centrale solaire à El Argoub

L’Agence marocaine de l’énergie solaire est actuellement en train d’étudier les possibilités de  réalisation d’une centrale solaire dans la localité d’El Argoub sur la baie de Dakhla. Cette localité qui abrite déjà de nombreuses  infrastructures agroalimentaires, est entourée de plusieurs grandes serres dont la production est destinée, essentiellement,  à l’exportation et qui sont de très grandes consommatrices d’énergie, d’où l’importance de cette nouvelle réalisation de grande envergure pour l’avenir de toute la région.
Rappelons que l’étude d’impact environnemental de la future centrale solaire d’El Argoub avait été réalisée en août 2019. Elle constituera le troisième projet réalisé dans nos provinces sahariennes après celui de «Noor Laâyoune» d’une capacité de 80 MW et celui de «Noor Boujdour » (20 MW) et qui sont opérationnels depuis 2018.
Tout cela n’est pas du goût des  généraux algériens qui ont donné instruction à leur valet, le Polisario, d’exprimer leur  inquiétude par voie interposée au sujet de ce projet.
A.E.K

Ahmadou El-Katab
Lundi 31 Août 2020

Lu 493 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Septembre 2021 - 20:01 Alger en perte d’altitude

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Dans la boutique

Flux RSS