Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le bilan macabre du séisme au Népal ne cesse d’aller crescendo

Près d'un million d'enfants ont besoin d'aide et les risques de propagation de maladies sont élevés




​Le bilan macabre du séisme au Népal ne cesse d’aller crescendo
Près d'un million d'enfants ont un besoin urgent d'aide humanitaire à la suite du séisme meurtrier qui a fait plus de 3.200 morts au Népal, a estimé l'Unicef lundi.
Des milliers d'enfants dorment dehors depuis le séisme qui a frappé le Népal, comme leurs parents, et les risques de propagation de maladies sont élevés, ajoute l'organisation spécialisée de l'ONU.
"Au moins 940.000 enfants vivant dans les zones très touchées par le séisme au Népal ont un besoin d'urgent d'aide humanitaire", selon un communiqué.
"Les restrictions à l'accès à l'eau potable et aux installations sanitaires exposent les enfants aux maladies qui se propagent par voie aérienne, tandis que certains enfants se retrouvent séparés de leur famille".
Des dizaines de milliers de Népalais effrayés et sans logement patientaient sous des tentes de fortune lundi dans l'attente de secouristes du monde entier.
Munis d'équipements spéciaux et accompagnés de chiens renifleurs, les équipes humanitaires internationales débarquent avec la régularité d'une horloge à l'aéroport de Katmandou, dans la banlieue de cette capitale d'ordinaire dynamique dévastée samedi par un puissant séisme.
Le tremblement de terre de magnitude 7,8 survenu samedi a fait outre les 3.218 morts plus de 6.500 blessés au Népal même - le plus meurtrier depuis 80 ans -, selon un nouveau bilan publié par le service de gestion des catastrophes du ministère népalais de l'Intérieur. 
En Inde voisine, les autorités ont fait état de 67 morts. En Chine, au moins 20 personnes ont été tuées.
Le tremblement de terre a également déclenché une avalanche sur le mont Everest, où une vague de neige comparée par un survivant à un "immeuble blanc de 50 étages" a déferlé sur le camp de base. 
Dix-huit décès ont été confirmés dans le massif où se trouvaient en ce début de saison d'alpinisme 800 personnes, dont de nombreux étrangers, selon les estimations de responsables locaux. Mais en raison des difficultés à communiquer, il était impossible d'évaluer l'étendue des destructions sur le Toit du monde.
Comme pour rajouter au désastre, les répliques, dont certaines très violentes, se sont succédé dimanche. Elles ont provoqué de nouvelles avalanches sur le mont Everest alors même que des hélicoptères évacuaient les personnes les plus grièvement blessées.
A Katmandou, des dizaines de milliers d'habitants ont passé une nouvelle nuit dehors, sous des tentes de fortune.
"C'est un cauchemar, pourquoi ces répliques ne cessent-elles pas?", se désespère Sanu Ranjitkar, une femme de 70 ans agrippée à son chien, le visage recouvert d'un masque à oxygène, assise sous une bâche, rapporte l’AFP.
Le sol tremble encore régulièrement et beaucoup n'ont pas fermé l'oeil de la nuit, n'ayant que quelques bâches de plastique pour se protéger des fortes pluies qui se sont abattues sur la ville.
"Il y a tellement de peur et de confusion", constate Bijay Sreshth en tentant d'écouter la radio dans l'espoir d'entendre un message du gouvernement.
"Nous ne savons pas ce que nous allons devenir et le temps que nous allons passer ici", dit ce père de trois enfants, qui s'est réfugié avec eux, sa femme et sa mère dans un parc.

Mardi 28 Avril 2015

Lu 198 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.