Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le PNB du Fonds d'équipement communal s’est accru de 11% au premier semestre

Les décaissements de prêts ont atteint 1.241 MDH, en hausse de 38% par rapport au premier semestre 2019




 Le Fonds d'équipement communal (FEC) a réalisé un Produit net bancaire (PNB) de 11% à 293 millions de dirhams (MDH) au premier semestre 2020, grâce à la bonne tenue des indicateurs d’activité et à l’optimisation du coût des ressources mobilisées.
L’endettement financier, constitué majoritairement de ressources mobilisées sur le marché financier intérieur, notamment à travers les emprunts obligataires qui représentent à eux seuls 40% du volume global, a, de son côté, atteint près de 20 milliards de dirhams (MMDH), au terme des six premiers mois de l’année 2020, a indiqué l’institution publique dans un communiqué rendu public récemment.
A titre de comparaison, au premier trimestre 2020, le PNB du Fonds d'équipement communal s’était établi à 146 MDH, correspondant à une progression de 10% par rapport à la même période de 2019.
Dans un précédent communiqué sur les indicateurs financiers au titre du premier trimestre, le FEC avait attribué ce résultat à « l’effet combiné des décaissements de prêts, du taux de recouvrement de 98% à fin mars 2020 et de l’optimisation du coût des ressources mobilisées ».
Sur cette période, la situation de l’endettement financier avait été principalement constituée d’emprunts obligataires et d’emprunts financiers intérieurs, respectivement à hauteur de 39% et de 34%, avait-on indiqué de même source.
Dans sa note d’alors, le Fonds avait, par ailleurs, ajouté que la structure de l’endettement du FEC dénotait d’une stratégie de diversification des ressources orientée vers une ouverture sur les financements internationaux.
Dans son analyse de l’évolution des indicateurs financiers du Fonds au titre du deuxième trimestre 2020, le Fonds d'équipement communal s’est aussi appesanti sur les indicateurs d’activité affirmant d’emblée que «le déclenchement du Plan de continuité de l’activité (PCA), dès le début du mois de mars 2020, a permis au FEC de maintenir ses capacités opérationnelles, dans le contexte pandémique actuel».
Ce qui a ainsi permis à cette «institution de répondre dans les délais aux besoins de financement des collectivités territoriales», a souligné le Fonds.
Concernant ce volet, il ressort que les engagements de prêts au titre du deuxième trimestre 2020 ont progressé de 4% par rapport au deuxième trimestre 2019 pour atteindre 1.297 MDH.
A en croire les analystes du Fonds, «ces engagements de prêts ont concerné principalement le financement de projets qui s’inscrivent dans le cadre de programmes de mise à niveau et de développement urbain, de développement et de renforcement des infrastructures de base, d’aménagement de réseaux routiers et de lutte contre la précarité sociale». 
En faisant cela, le volume global des engagements de prêts a atteint 1,812 millions de dirhams (MDH) au titre du premier semestre 2020, en hausse de 13% par rapport au premier semestre 2019.
Selon les données relevées, «les décaissements de prêts ont atteint 1.241 MDH au titre du premier semestre 2020, en hausse de 38% par rapport au premier semestre 2019, malgré la baisse conjoncturelle enregistrée au cours du deuxième trimestre 2020». 
Dans son communiqué, le FEC estime néanmoins que «le montant prévisionnel des décaissements au titre de l’exercice 2020 pourrait être moins soutenu qu’en 2019», en raison notamment d’un éventuel glissement temporel dans la réalisation de certains projets, du fait de la situation pandémique qui prévaut.
Soulignons également que les créances sur la clientèle se sont élevées à plus de 23 milliards de dirhams (MMDH) au terme des six premiers mois de l’année 2020 et «dont la quasi-totalité correspond à des crédits à l’équipement», a relevé l’institution.
Pour rappel, les engagements de prêts au titre du premier trimestre de 2020 avaient atteint 515 millions de dirhams (MDH), dont 60% au profit des Conseils régionaux, grâce à l’intensification des projets territoriaux au cours des dernières années. 
De leur côté, les décaissements de prêts avaient plus que doublé par rapport au premier trimestre 2019, pour s’établir à 761 millions de dirhams (MDH) au titre du premier trimestre 2020. Tandis que les créances sur la clientèle au cours du premier trimestre de 2020 avaient réalisé un bond de 17% par rapport à la même période de 2019 pour atteindre 23.455 millions de dirhams (MDH). 

​La Bourse de Casablanca dans le rouge

La Bourse de Casablanca a clôturé la période allant du 17 au 19 août 2020 dans le rouge, ses deux principaux indices, Masi et Madex, cédant respectivement 0,42% et 0,44%.
Au terme de cette semaine écourtée, le Masi, indice global composé de toutes les valeurs de type action, a reculé à 10.265,78 points, alors que le Madex, indice compact composé des valeurs cotées au continu a baissé à 8.344,42 points. Dans ces conditions, les performances "Year-To-Date" (YTD) de ces deux baromètres se trouvent respectivement placées à -15,66% et -15,88%.
Quant aux indices internationaux, le FTSE CSE Morocco 15 a perdu 0,26% à 9.173,24 points et le FTSE Morocco All-Liquid 0,29% à 8.825,65 points, rapporte la MAP.
Concernant l'indice de référence Environnement, Social et Gouvernance (ESG) "Casablanca ESG 10", il a abandonné 0,14% à 784,31 points.
Au niveau de la physionomie, seulement 21 valeurs sur les 75 de la cote ont terminé les trois séances de la semaine dans le vert, contre 25 dans le rouge, tandis que les 29 autres valeurs sont restées inchangées.
Sur le plan sectoriel, la plus forte baisse de la période a été accusée par l'indice des "Sociétés de Portefeuilles-Holdings" avec -4%, miné par Delta Holding (-4,03%), alors que le secteur des "Boissons" a cédé 3,26%, affaibli par Société des Boissons du Maroc (-3,97%).
Parmi les baisses de la semaine figurent également les secteurs "Electricité" (-2,05%), "Assurances" (-1,86%), "Sociétés de Placement immobilier" (-1,86%) et "Banques" (-0,83%).
A l'opposé, le secteur des "Ingénieries & Biens d'équipement industriels" a affiché la plus forte hausse avec +8,96%, alors que les secteurs "Loisirs et Hôtels" et "Mines" ont pris respectivement 3,83% et 3,61%.
La capitalisation boursière s'est chiffrée à près de 530,19 milliards de dirhams (MMDH), tandis que le volume global d'échanges a atteint 210,89 millions de dirhams (MDH), dont un montant de 205,63 MDH réalisé sur le marché central.
Durant cette période, les meilleures performances hebdomadaires ont été l'œuvre de Delattre Levivier Maroc (+12,44% à 36,43 DH), Managem (+5,87% à 974 DH), SMI (+5,61% à 2.485 DH), IB Maroc.com (+5,45% à 29 DH) et Colorado (+4% à 49,43 DH).
Les plus fortes baisses ont été accusées par Alliances (-4,84% à 31,09 DH), Lesieur Cristal (-4,3% à 143,55 DH), Delta Holding (-4,03% à 31,19 DH), Société des Boissons du Maroc (-3,97% à 2.347 DH) et CIH (-3,85% à 250 DH).
Sur le podium des valeurs les plus actives de la semaine figurent Cosumar, BCP, Itissalat Al-Maghrib, Label Vie et Attijariwafa Bank avec des parts respectives de 51,18%, 9,53%, 9,20%, 6,13%, et 5,66%.

Alain Bouithy
Lundi 24 Août 2020

Lu 888 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.