Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​L'INDH se met à l'huile d'argan

L'Initiative nationale pour le développement humain s'engage à promouvoir et à valoriser la ressource comme levier de développement à Guelmim




 L'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) s'est engagée dans la promotion et la valorisation de l'huile et des produits de l'arganier dans la province de Guelmim, étant donné que cette filière constitue un véritable levier de développement local.
Des projets importants ont été programmés depuis des années au niveau de la province dans le cadre de l’INDH, en particulier dans sa 3ème phase (2019-2023), le but étant d’améliorer le revenu des agriculteurs, d’assurer leur intégration socio-économique à l'échelle locale, régionale et nationale et de dynamiser le développement de l’arganiculture à Guelmim.
Parmi les projets mis en œuvre dans la troisième phase de l'INDH figure celui relatif à l'acquisition des équipements pour l’extraction de l’huile d'argan et la collecte de la matière première de l'argan "Afayache", en plus du renforcement des capacités de sept coopératives rassemblées dans le cadre de l'Union de coopératives "Toudar Nou Argan", située dans le cercle de Bouzikarne. 
Il s’agit des coopératives "Shams", "Amzal", "Bouhsoun", "Bouzikarne", "Namountine" dans la commune de Timoulai, et "Al Boraq" (commune de Tagante), "Sidi Ghanem", (commune El Ksabi) et la coopérative "Ajik Nou Argan" dans la collectivité territoriale de Guelmim.
Ce projet dont le coût a atteint 621.000 DH, a pour objectif de valoriser l'huile d'argan et ses dérivés, à même de consolider les connaissances des coopératives en matière de sécurité sanitaire. 
Approché par la MAP, le responsable de la Division de l'action sociale (DAS) à la wilaya de Guelmim-Oued Noun, Mohamed Joumani, a souligné que l'INDH s’intéresse davantage aux programmes de valorisation de l'huile d'argan, à travers les coopératives, notamment celles féminines, dans le cadre de groupements, afin qu'elles puissent bénéficier d'équipements modernes susceptibles d'améliorer la qualité des produits et d’avoir accès au marché dans de bonnes conditions.
Il a également indiqué que l'INDH est passée de l'étape de la formation de coopératives dans les domaines technique, organisationnel et en matière de gestion financière, à la mise en place des unités dédiées à la valorisation d’huile d'argan.
Grâce aux efforts de l'INDH et de plusieurs parties prenantes, les femmes affiliées à nombre de coopératives au niveau de la province ont acquis des expériences et compétences, leur permettant de contribuer à la promotion et la commercialisation de l'huile d’argan et de ses dérivés, a poursuivi le responsable.
Dans cette lignée, il n'a pas manqué de mettre l'accent sur les contraintes auxquelles est confronté ce secteur, telles que les équipements, les espaces adéquats et les contraintes liées au marché et à la concurrence.
Pour sa part, Jalila Amirou, présidente de l’Union des coopératives "Toudar Nou Argan", qui comprend 12 coopératives féminines (90 femmes), a indiqué que l'Initiative a joué à côté d’autres parties prenantes, un rôle primordial dans le développement des produits de l’arganier et a apporté des solutions appropriées à toutes sortes de contraintes.
Jalila Amirou, qui est également à la tête de la coopérative "Shams", a salué l'initiative visant à doter les coopératives féminines relevant de l’Union d’équipements de pointe, soulignant que cela reflète un geste fort à l’égard de la femme rurale à Bouzakarne, une entité très réputée pour la qualité et l'abondance de sa production arganière. Le projet a aussi donné une forte impulsion à ces coopératives, lesquelles ont bénéficié d’équipements modernes favorisant la production de grandes quantités de l'huile d’argan en peu de temps, a-t-elle ajouté.
Après avoir souligné l'importance du regroupement des coopératives, à l'instar des autres filières agricoles, elle a appelé à élargir le domaine de la formation, notamment dans les techniques relatives à la collecte de la matière première "Afayache" dans les zones montagneuses.
Vu que le secteur a été impacté par la pandémie de Covid-19, notamment en termes de commercialisation, elle a appelé à mettre en place et équiper des unités destinées à la valorisation de la filière arganière, dans la perspective de garantir un revenu stable aux bénéficiaires et assurer une meilleure contribution de cette filière à l'économie locale.
Avec ce projet ambitieux, et d'autres initiatives futures de l'INDH et de certains partenaires, les produits de l'arganier à Guelmim seront un véritable levier de développement local, étant donné que l'arganier s'étend sur une superficie de 27.340 hectares dans la province. 

Divers

Interpellations pour migration illégale 

Les éléments de la police judiciaire du district provincial de sûreté de Tan Tan ont mis en échec, mardi soir, sur la base d'informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), une opération de migration clandestine et interpellé trois individus, dont un ressortissant gambien (34 ans), pour leurs liens présumés avec un réseau criminel s'activant dans l'organisation de la migration illégale et de la traite d'êtres humains. 
Les mis en cause ont été interpellés en flagrant délit d'hébergement de sept candidats à la migration clandestine parmi lesquels cinq ressortissants provenant de pays d'Afrique subsaharienne et deux autres originaires du Bangladesh et de Sri Lanka, indique dans un communiqué la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), précisant que les suspects s’apprêtaient à organiser une opération de migration illégale à partir des côtes de la ville de Tan Tan.  
Les perquisitions effectuées dans le cadre de cette affaire ont permis de saisir deux véhicules légers et une arme blanche, ainsi que six téléphones portables et une somme d’argent supposée provenir de cette activité criminelle, poursuit la même source.  Les trois suspects ont été placés en garde à vue, alors que les candidats à la migration illégale ont été soumis à une enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent, afin d'élucider les tenants et aboutissants de cette affaire et identifier tous les complices impliqués dans ce réseau criminel, conclut la DGSN.
 
Projets à Chtouka-Aït Baha 
 
Les autorités locales de la province de Chtouka-Aït Baha se sont informées de l’état d’avancement d’une série de projets de développement en cours de réalisation et qui ont nécessité une enveloppe budgétaire estimée à 24 millions de DH (MDH). 
A cette occasion, le gouverneur de la province de Chtouka-Aït Baha, Jamal Khallouq, et la délégation l'accompagnant, se sont enquis de l’état d’avancement des travaux d'édification d’un pont au niveau de Oued Angarf au niveau de la route provinciale 1011, reliant les communes de Sidi Abdellah El Bouchouari, Ait Ouadrim, Aouguenz et Tanalt. Cet important projet, qui a nécessité un investissement global de 6,5 MDH, permettra de renforcer le réseau routier et fluidifier la circulation entre ces communes, selon des données de la province. 
L’ouvrage d’art de 760 mètres de hauteur et 8 mètres de largeur, permettra également de faire face aux problématiques liées aux inondations d’Oued Angarf, et d'améliorer les conditions de vie de la population locale. Le gouverneur de la province a également visité un projet de liaison routière entre Boulmaâden et Sidi Abdelmoughit (Tassegdelt), qui est l’un des projets structurants, dont la réalisation a nécessité quelque 18,4 MDH.

Vendredi 14 Août 2020

Lu 1479 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.