Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Investissement, recherche, innovation et formation, principaux obstacles à la compétitivité




Le Centre marocain de conjoncture (CMC) a réalisé, courant 2017, un sondage d’opinion sur la perception de la compétitivité du Maroc par les responsables des entreprises marocains.
Cette investigation révèle le point de vue du patronat marocain sur l’environnement économique qu’offre le Maroc pour permettre aux entreprises nationales de gagner des parts de marché à l’étranger, montre quel jugement ont les industriels sur la compétitivité de l’économie nationale au cours des décennies 2000 et 2010, compare la performance du Maroc par rapport aux pays voisins et concurrents, identifie les atouts et les handicaps du Maroc en matière de compétitivité, donne l’avis des industriels sur les mesures annoncées par le gouvernement, relève les facteurs limitatifs, actuellement, de la production nationale et les attentes des chefs d’entreprise tant du gouvernement que de l’ouverture du Maroc sur l’Afrique.
Sur la compétitivité du Maroc, notant que 53,8% des chefs d’entreprise  marocains enquêtés jugent que l’environnement économique qu’offre le Royaume est plutôt compétitif contre 46,2% qui le considèrent comme non compétitif.
Selon les patrons marocains, le Maroc n’a pas été compétitif au cours de la décennie 2000.
Presque 68% des responsables des entreprises sondés le pensent. Cet avis n’est pas partagé par un peu moins de 33% des enquêtés qui estiment que l’économie nationale a été plutôt compétitive au cours de cette période.
La décennie 2010 est favorablement jugée par ces mêmes opérateurs. Ils sont 59% à avoir déclaré qu’au cours de cette période, l’économie nationale a été compétitive. Elle a même été très compétitive selon 7,7% d’entre eux. Elle a été, cependant, jugée non compétitive par 41% des industriels.
Sur la compétitivité du Maroc par rapport aux autres pays, il ressort que les pays considérés par une large fraction des enquêtés, comme plus compétitifs que le Maroc, sont la Turquie pour plus de 56% et l’Espagne pour 51%. Les avis sont partagés pour les autres pays à l’exception toutefois de la Tunisie considérée comme étant aussi compétitive que le Maroc pour 46,3% des personnes interrogées.
Il apparait aux yeux des opérateurs marocains que les atouts en matière de compétitivité par rapport aux autres pays concurrents sont surtout les infrastructures de transport et de communication pour plus de 85% des responsables concernés par l’enquête, le bon choix stratégique dans certaines filières de l’économie pour 80,5% des sondés, le niveau de rémunération des salariés pour 51,2% d’entre eux et dans une moindre mesure la qualité des institutions marocaines
Les handicaps du Maroc en matière de compétitivité, ils estiment que l’insuffisance des investissements dans la recherche et l’innovation et le décalage entre la formation des jeunes et les besoins des entreprises sont les plus importants obstacles à la compétitivité. C’est l’avis de plus de 85% des patrons marocains. Le coût de l’énergie, la mauvaise qualité du dialogue social, le manque de souplesse pour embaucher ou licencier et la lourdeur des charges sociales sont également considérés comme des obstacles à la compétitivité. Cette appréciation concerne 34% à 56% des chefs d’entreprise.
Autre enseignement, les mesures annoncées par le gouvernement au cours de ces dernières années sont favorablement perçues par les chefs d’entreprise concernés par ce sondage. Ils sont presque 77% à partager cet avis.
Le système de change actuellement en vigueur ne favorise pas la compétitivité de l’économie marocaine, selon 61,8% des responsables.
Pour plus de 76% de ces industriels, un taux de change flexible stimulerait la compétitivité des entreprises nationales.
Notons qu’actuellement la perception de la position compétitive de l’économie marocaine au niveau du marché national est partagée entre hausse et stagnation. En effet 43,2% des patrons estiment que cette position est en hausse et presque autant pensent qu’elle est en stagnation.
Un jugement presque similaire est attribué au marché de l’Union européenne. Une tendance haussière est, cependant, observée, pour le marché hors Union européenne par 59,3% des enquêtés.
Sur les facteurs limitant actuellement leur production, les patrons marocains estiment que le développement de la production par les entrepreneurs opérant au Maroc n’est empêché que par une insuffisance de la demande. 56,1% des chefs d’entreprise l’ont souligné. Le deuxième obstacle cité est lié au financement 41,5%.
Quelles sont alors les attentes des chefs d’entreprise? Pour renforcer la compétitivité des entreprises marocaines, les industriels réclament surtout une amélioration du dispositif public d’accompagnement à l’export dans le cadre d’une stratégie sectorielle. C’est l’avis de 65,4% d’entre eux. L’amélioration des conditions de financement des PME est aussi citée comme levier prioritaire par presque 71%. 
Une proportion presque identique des patrons se prononcent pour la simplification de l’environnement réglementaire, le soutien à l’innovation et la simplification des démarches administratives (81,9%). Viennent ensuite la baisse des charges (45,9%) et la réforme du marché du travail (43,9%).
Enfin, à propos de l’Afrique, les professionnels questionnés à travers ce sondage estiment que le Maroc pourrait tirer un avantage compétitif de ses relations avec l’Afrique dans de nombreux domaines. Les plus cités sont l’agriculture (82,9%), l’énergie (70,7%) et le développement urbain (75,6%).

Lundi 11 Décembre 2017

Lu 1106 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés