Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Importante baisse du chiffre d’affaires des entreprises à fin mai

Le C.A des entreprises, tous secteurs confondus, a enregistré une baisse par rapport à fin mai 2019, a annoncé la CGEM.




​Importante baisse du chiffre  d’affaires des entreprises à fin mai
«Par rapport à 2019, la baisse du chiffre d’affaires à fin mai 2020 est plus importante que celle à fin mars 2020 en conséquence du confinement », a indiqué l’organisation patronale qui a publié récemment les résultats de la deuxième enquête de son baromètre des impacts du Covid-19 sur les entreprises marocaines.
«Le premier trimestre 2020 n’a quasiment pas connu de croissance par rapport à l’année dernière en raison du confinement annoncé sur le premier trimestre, dans les pays partenaires », selon les premières analyses de cette enquête menée auprès de 3.304 entreprises - dont 88,7% de TPME et 28,3% opérant à l’export -  employant 494.164 salariés.
A noter que la dégringolade du chiffre d’affaires n’a toutefois pas entamé le moral des entreprises qui demeurent dans l’ensemble sensiblement moins pessimistes quant aux prévisions pour le reste de l’année.
En effet, « malgré une baisse plus marquée du chiffre d’affaires à fin mai 2020 par rapport à fin mars 2020, les prévisions faites par les entreprises, pour le reste de l’année, sont moins pessimistes », a constaté la CGEM soulignant que son enquête s’est appuyée sur les mêmes questions que la précédente  afin de comparer les projections et de mesurer l’évolution des répercussions de la crise sur l’activité économique. 
Pour l’organisation patronale, il ne fait ainsi aucun doute que cela dénote d’un léger regain de confiance des chefs d’entreprises qui pourrait être expliqué par le fait que « la situation sanitaire du pays est restée relativement maîtrisée par rapport au reste du monde; le déconfinement a démarré dans plusieurs pays, notamment européens ainsi que les mesures d’accompagnement économiques annoncées ».
Il ressort aussi de l’analyse préliminaire de cette enquête que les entreprises ayant bénéficié de « Damane Oxygène » (mécanisme de garantie mis en place le 26 mars 2020 auprès de la Caisse centrale de garantie) se projettent avec une baisse du chiffre d’affaires moins conséquente que celle déclarée par le total des répondants. Et ce, malgré une baisse plus importante du chiffre d’affaires à fin mai 2020.
A propos du produit « Damane Oxygène », précisons que seulement 36,6% des entreprises ayant participé à la deuxième édition de l’enquête du baromètre l’ont demandé et que 23,6% des demandes de ce produit ont été rejetées.
A noter également que seules 35% des entreprises sondées prévoient d’utiliser le produit Damane Relance, ce qui dénote d’un manque d’engouement que la CGEM attribue aux critères d’éligibilité qui seraient dissuasifs, notamment le ratio afférent à la capacité d’endettement, et « la population dont le dossier a été rejeté pour Damane Oxygène ne projette pas de soumettre une nouvelle demande de financement ».
Concernant l’impact de la pandémie du Covid-19 sur le maintien de l’emploi, il ressort des résultats de la deuxième édition de cette enquête que la perception de tous les secteurs s’est améliorée en moyenne de 10 points à l’exception du secteur de l’agriculture. 
Cette évolution s’explique par « les mesures prises dans le cadre du Comité de veille économique, notamment l’octroi de l’indemnité de la CNSS, qui ont contribué au maintien de l’emploi », a souligné la confédération.
S’il apparait que les secteurs du tourisme, de l’artisanat et des industries culturelle et créative restent pessimistes quant au maintien de l’emploi, l’enquête montre que « la tendance est inversée pour les secteurs de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche qui prévoient un impact plus important ».
Des perspectives de ventes à l’export, il apparait qu’en l’absence de visibilité pour 2020, la majorité des entreprises exportatrices répondantes entrevoit une reprise en 2021.
Après analyses des avis des entreprises exportatrices répondantes, il apparait que « la reprise du chiffre d’affaires des exportateurs est similaire à la tendance globale », a fait savoir la CGEM relevant que les exportateurs sont un peu moins pessimistes que l’ensemble des entreprises répondantes.
S’agissant du délai de paiement, l’enquête de la CGEM laisse apparaître une dégradation des délais de paiement variable selon les secteurs. Tous secteurs confondus, le délai moyen supplémentaire a atteint 52 jours. Du coup, « la liquidité et la solvabilité des entreprises s’en trouveront impactées », a conclu l’enquête. 

Alain Bouithy
Lundi 27 Juillet 2020

Lu 885 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif