Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Fragile laïcité… !




Très fragile est une laïcité qui se barricade derrière des armes, des matraques et des vigiles. Affaiblie est la République qui ne pense plus à l’un de ses grands atouts : la diversité et la pluralité. Affamés sont les esprits qui ne peuvent plus lire «L’Esprit des lois » assurant la cohésion d’une nation. La France se porte mal...très mal.  
Le contexte d’un tel discours est cette scène de la honte. Des images meurtrières qui sont venues à bout de tout ce qui reste de cette devise qui fait la fierté  des hommes libres : Liberté, égalité, Fraternité. Et si l’on procédait par une démonstration par l’absurde… car seul l’absurde est à même d’expliquer un tel non-sens ! L’aberration est humaine … la connerie aussi !
Il y a plus d’une année, les jeunes d’un village côtier au Maroc ont brandi une banderole noire où l’on avait écrit en blanc, que les touristes étrangères devaient s’abstenir de se baigner en maillots d’été, bikini, en ce mois de  Ramadan… Tout le monde a réagi à cette stupidité. Les autorités ont vite pris d’assaut cette belle plage permettant à qui veut jouir des atouts de Dame nature de le faire, en toute quiétude. Une vraie leçon aux éradicateurs de tous bords.  
En France, l’on assiste à une régression qui nourrit plutôt la haine et la discrimination. Il suffit de regarder les images prises de cette dame qui s’était fait attaquer par des policiers sur une plage à Nice, pour s’apercevoir qu’on vit  dans un tout autre pays. Que reste-t-il des principes de la République. J.J Rousseau et Montesquieu ne pouvaient savoir sans aucun doute qu’au nom des principes qu’ils avaient chèrement défendus, on arriverait au stade de  réclamer, en plein espace public, à une femme désarmée et manifestement pacifique d’ôter son burkini ! Horrible. La scène a lieu sur une plage, et la femme ne faisait que prendre son bain de soleil. Sa seule bourde, aux yeux de ses traqueurs, n’est autre que son vêtement particulier !
Elle s’était étendue sur le sable, espérant profiter des bienfaits du soleil. Dieu seul pourrait savoir à quoi songeait cette femme qui ne semblait déranger personne outre-mesure. Mais, c’est sans compter sur la vigilance maladive des policiers, qui n’y voient qu’une religion, une civilisation et une source de mal. L’on s’approcha de la « terroriste présumée ». On l’encercla pour éviter qu’elle ne fît de geste fatal. On lui fit comprendre qu’elle portait un habit "incompatible" avec les coutumes du pays !  On lui demanda vertement et surtout bêtement de se déshabiller. Elle obtempéra, dans un signe d’empathie envers les habitants. Heureusement, il existe encore des sages dans un pays qui a inspiré tant d'autres, depuis 1789, par sa déclaration des droits de l'Homme et du citoyen. 

Mustapha Elouizi
Lundi 5 Septembre 2016

Lu 1180 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés