Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Baisse historique du commerce mondial des marchandises au deuxième trimestre




Comme on pouvait s’en douter, le commerce mondial des marchandises a fortement reculé au deuxième trimestre de 2020, en raison de la crise actuelle induite par la pandémie de coronavirus (Covid-19).
D’après le dernier relevé du Baromètre du commerce des marchandises de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le commerce mondial a enregistré une baisse historique au cours de cette période.
Ainsi, selon l’indicateur des tendances du commerce mondial, le commerce des marchandises s’est établi à 84,5 au deuxième trimestre dernier, ce qui correspond à une baisse de 18,6 points par rapport à la même période de l’année précédente. 
Commentant ce repli dans un communiqué publié récemment sur son site Internet, l’organisation a expliqué que cette baisse « est globalement conforme aux statistiques de l’OMC publiées en juin 2020, qui estimaient une baisse de 18,5% du commerce des marchandises dans le second trimestre de 2020 par rapport à la même période l’an dernier ».
Selon les analystes de l’OMC, il s’agit du « plus bas niveau jamais enregistré dans les données » depuis 2007 et que ce chiffre est « à égalité avec le plus bas de la crise financière de 2008-09 ».
Pour rappel, les statistiques de juin de l’OMC impliquaient une baisse de 14% du volume du commerce mondial des marchandises entre le premier et le deuxième trimestres de cette année. 
A suivre l’organisation, «cette estimation, ainsi que la nouvelle lecture du baromètre du commerce des marchandises, suggèrent que le commerce mondial en 2020 évolue conformément au moins pessimiste des deux scénarios décrits dans les prévisions d’avril de l’OMC, qui prévoyaient que le volume du commerce des marchandises cette année se contracterait de 13% par rapport à 2019 ».
Dans tous les cas, l’OMC estime que « l’ampleur exacte de la baisse des échanges ne sera confirmée que plus tard cette année, lorsque les données officielles sur le volume des échanges pour la période d’avril à juin seront disponibles ».
En attendant, l’organisation a fait remarquer que tous les indices des composantes du baromètre sont restés bien en deçà de la tendance au deuxième trimestre.
Aussi, quand bien même certains ont commencé à se stabiliser, il apparaît que beaucoup d’entre eux enregistrent des creux historiques, a fait savoir l’OMC sur son site officiel soulignant que les indices des produits automobiles (71,8) et du fret aérien (76,5) sont de loin les pires jamais enregistrés depuis 2007. 
Si le transport par conteneurs (86,9) reste également profondément déprimé, les commandes à l’exportation (88,4) montrent des signes de reprise alors que cet indice a changé vers le haut. 
« Parallèlement, les indices des composants électroniques (92,8) et des matières premières agricoles (92,5) ont relativement bien résisté, ne montrant que de modestes baisses », a souligné l’organisation.
Si les données recueillies par les analystes de l’agence onusienne confirment une chute brutale des échanges, force est de constater qu’elles laissent toutefois entrevoir un début de reprise.
En effet, il apparaît que certains «indicateurs laissent prévoir des hausses partielles des échanges et de la production dans le monde au troisième trimestre », a expliqué l’Organisation soulignant toutefois que la force d’une telle reprise reste très incertaine d’autant plus qu’une trajectoire en L plutôt qu’en V n’est pas à exclure.
«Comme les économistes de l’OMC l’avaient averti en juin, le lourd bilan économique de la pandémie de Covid-19 suggère que les projections d’un fort rebond commercial en forme de V en 2021 pourraient s’avérer excessivement optimistes. 
Alors que l’incertitude demeure élevée, en termes de politique économique et commerciale ainsi que de la manière dont la crise médicale va évoluer, une reprise en forme de L est une réelle perspective », a expliqué l’organisation affirmant, dans ce cas, que cela laisserait le commerce mondial bien en deçà de sa trajectoire prépandémique.
Comme le rappelle l’OMC dans ses notes, le Baromètre du commerce des marchandises est conçu pour mesurer la dynamique et identifier les points de retournement de la croissance du commerce mondial. 

​Le dirham s’apprécie face au dollar du 13 au 19 août

Le dirham s’est apprécié de 0,87% par rapport au dollar et s’est déprécié de 0,51% vis-à-vis de l’euro, au cours de la période allant du 13 au 19 août 2020, indique Bank Al-Maghrib (BAM).
Au cours de cette période, aucune opération d’adjudication n’a été réalisée sur le marché des changes, précise BAM dans son dernier bulletin des indicateurs hebdomadaires.
Au 13 août 2020, les Avoirs officiels de réserve se sont établis à 289 milliards de dirhams (MMDH), en baisse de 0,8% d’une semaine à l’autre et en hausse de 22,4% en glissement annuel, rapporte la MAP.
Le bulletin fait également ressortir que la Banque centrale a injecté un total de 119,2 MMDH, dont 40,3 MMDH sous forme d’avances à 7 jours sur appel d’offres, 44 MMDH sous forme d’opérations de pension livrée, 31,8 MMDH dans le cadre du programme de soutien au financement de la TPME et 3 MMDH au titre des opérations de swap de change.
Sur le marché interbancaire, le volume quotidien des échanges s’est établi à 4,7 MMDH et le taux interbancaire s’est situé à 1,5% en moyenne, relève la même source, ajoutant que lors de l’appel d’offres du 19 août (date de valeur le 24 août), BAM a injecté un montant de 33,4 MMDH sous forme d’avances à 7 jours.
Sur le marché boursier, le MASI a enregistré une hausse de 0,2%, au cours de la même période, ramenant ainsi sa contre-performance depuis le début de l’année à 15,4%, fait remarquer la même source.
Cette évolution traduit essentiellement les appréciations des indices sectoriels des “mines” de 4,6%, des “bâtiment et matériaux de construction” de 1,1% et de l’”agroalimentaire” de 0,4%. A l’inverse, les indices des secteurs des “assurances” et des “banques” ont baissé de 1,3% et 0,2% respectivement.
Pour ce qui est du volume global des échanges, il s’est chiffré à 222,8 millions de dirhams (MDH) après 241,5 MDH une semaine auparavant. Sur le marché central actions, le volume quotidien moyen a atteint 72,5 MDH contre 48,3 MDH.



Alain Bouithy
Mardi 25 Août 2020

Lu 943 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 27 Septembre 2020 - 18:00 L'événementiel en quête de perspectives meilleures

Dimanche 27 Septembre 2020 - 18:00 La CGEM révèle ses propositions pour le PLF-2021