Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Arrestations pour violation de l’état d’urgence sanitaire à Essaouira




​Arrestations pour violation de l’état  d’urgence sanitaire à Essaouira
Vendredi dernier, plusieurs dizaines de personnes ont violé l’état d’urgence sanitaire à Essaouira. Adultes et enfants ont investi la plage Safi à proximité du quartier Sqalla sans se soucier des mesures de confinement ou de distanciation sociale.
Quelques heures après, des vidéos à ce sujet ont fait le tour de la Toile. La réaction des autorités locales et des forces de l’ordre, prises de court par cette dérive malgré les efforts déployés jour et nuit depuis le début de la crise sanitaire du Covid- 19, n’a pas tardé. Cinq femmes ont, à cet effet,  été arrêtées pour violation des mesures de l’état d’urgence sanitaire.
Les investigations se poursuivent encore pour identifier le reste des personnes qui ont eu l'outrecuidance de descendre à la plage accompagnées de leurs enfants en plein confinement.
«  S’ils se comportent ainsi en plein confinement, comment vont-ils se conduire après la levée de celui-ci ? Je pense que les autorités compétentes devraient durcir le ton face à ces comportements irresponsables », a mis en garde un  résident d'Essaouira.
En parallèle aux mesures judiciaires, les autorités locales ont procédé samedi dernier à la fermeture de tous les accès menant à cette plage. 
Par ailleurs, Essaouira lutte toujours pour maintenir l’état pandémique à 0 cas après le rétablissement de quatre des cinq cas confirmés positifs au Covid-19 et le décès du cinquième. 
Selon les chiffres de la direction provinciale du ministère de la Santé, plus d'un millier de cas suspects ont été écartés suite à une campagne de dépistage ayant ciblé les usines, la société chargée de la gestion des déchets solides, les fermes, les grandes surfaces, les chauffeurs de taxis, les hôtels, la halle de poissons, les marins ainsi que plusieurs dizaines de personnes ayant contacté les cinq cas confirmés ou manifesté certains symptômes comparables à ceux du Covid-19. 
Zakaria Ait Lahcen, délégué du ministère de la Santé à Essaouira, a , à maintes reprises,  réitéré  le voeu de voir les mesures de prévention respectées à la lettre par les habitants de la province qui est loin d’être épargnée par la pandémie.
Depuis plusieurs semaines, les habitants crient au scandale  face à la pagaille qui règne dans les  quartiers Sqala, Tafoukt, Lotissement 5 et l’ancienne médina. Plusieurs personnes ne  respectent pas les mesures de prévention  requises. Des familles entières se trouvent dans la rue  défiant la décision de restriction des déplacements. 
 «  Les citoyens doivent assumer leur entière responsabilité car on ne badine pas avec la sécurité sanitaire de tout une nation. Plusieurs dizaines de médecins, infirmiers et techniciens du CHP Sidi Mohammed Ben Abdellah sont en lutte ouverte contre la pandémie depuis plusieurs semaines, sans oublier les autorités locales et les forces de l’ordre. Les contrevenants ne représentent  qu’une minorité irresponsable qui cherche à obérer le travail d’une nation solidaire et mobilisée », nous a déclaré un acteur associatif à Essaouira.
 

Abdelali Khallad
Mardi 2 Juin 2020

Lu 1492 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif