Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Appel à renforcer le rôle de la médecine du travail dans les entreprises

Objectif : Endiguer la pandémie et faire face à son impact sur l’économie nationale




Les intervenants à un webinaire ont souligné, mardi, la nécessité de renforcer davantage le rôle de la médecine du travail au sein des entreprises, dans la perspective d’endiguer la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) et faire face aux impacts de la maladie sur l’économie nationale.
Les participants à cette rencontre, organisée autour du thème "Situation épidémiologique Covid-19 préoccupante: la riposte", ont insisté sur l'impératif d'améliorer les conditions de travail et d’ériger en priorité la culture de la sécurité sanitaire au sein des entreprises.
Outre l’évaluation des risques liés au coronavirus, il est nécessaire de respecter les mesures préventives, surtout la distanciation sociale, le port du masque et le nettoyage des mains afin d’atténuer les risques au sein des unités productives, ont-ils soutenu.
Intervenant à cette occasion, le wali de la région de Casablanca-Settat, gouverneur de la préfecture de Casablanca, Said Ahmidouch, a affirmé que la situation épidémiologique liée au Covid-19 est "particulièrement difficile" dans le territoire, comme le montre la hausse du nombre des contaminations.
Le diagnostic de la pandémie dans la région est marqué par la croissance du nombre des personnes touchées par le virus, a-t-il dit, précisant que la région a enregistré dernièrement près de 400 cas par jour.
Il a également déploré l’arrivée tardive des personnes infectées dans les établissements de soins, notant que les patients sont souvent admis dans les hôpitaux dans un état relativement grave.
Relevant le rôle important de la médecine du travail dans les entreprises, le wali de la région a considéré que les patrons ont l’obligation d’instaurer cette pratique dans leurs établissements, estimant que celle-ci "doit fonctionner encore plus aujourd'hui qu’hier afin de s’assurer que les chefs d’entreprise couvrent leurs employés", de manière à permettre aux autorités sanitaires de prendre en charge les patients et aussi à l’entreprise de continuer à fonctionner.
Les cliniques privées sont, à leur tour, appelées à jouer un rôle "plus important" dans le combat contre cette pandémie, a-t-il relevé, soulignant "le besoin de réorienter la stratégie de dépistage en vue de détecter le plus rapidement possible les cas positifs".
Lors de cette réunion virtuelle, d’autres conférenciers ont préconisé des actions de nature à impliquer fortement les médecins du secteur public et privé pour faire face à cette poussée de la maladie et à engager la réflexion sur le système de santé.
Dans son intervention sur la situation et le bilan au CHU Ibn Rochd, le directeur de cet établissement, le professeur Moulay Hicham Afif, a expliqué que le centre s'est retrouvé confronté à un double défi depuis le déclenchement de la crise sanitaire, le premier consistant à assurer la riposte contre le Covid-19 et le second se rapportant à la continuité de l'accueil et du traitement des patients souffrant d'autres pathologies.
Le chef de service de réanimation au CHU Ibn Rochd, le professeur Lahoucine Barrou, a présenté un exposé intitulé "La situation préoccupante et inquiétante en milieu de réanimation", révélant notamment que les patients admis aux urgences (du 29 juin au 9 août) arrivent dans un état grave et 23% d'entre eux décèdent à l’accueil aux urgences.
Les thématiques abordées lors de cette rencontre marquée par la participation notamment du ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, ont porté sur la santé et la sécurité au travail, l’état des lieux et le bilan en milieu hospitalier, l’apport du secteur privé entre partenariat et complémentarité.
Le débat en ligne a été organisé par la Société marocaine des sciences médicales (SMSM), en collaboration notamment avec le ministère de la Santé, le ministère du Travail et de l'Insertion professionnelle, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et l'Agence marocaine de presse.
La conférence est intervenue dans un contexte marqué par la recrudescence des cas positifs de Covid-19 et s’inscrit dans le sillage des efforts collectifs visant à trouver des solutions efficaces pour faire face à cette situation.

La CGEM préconise de créer un Label santé

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) préconise la création d'un "Label santé" afin de pouvoir avancer en matière de lutte contre la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus au sein des entreprises, a indiqué, mardi soir, son directeur général délégué, Jalal Charaf.
Ce label professionnel, auquel il est nécessaire d'associer notamment les salariés, les autorités sanitaires et administratives, permettrait d'assurer qu'une entreprise respecte les différentes mesures de prévention et de sécurité, a-t-il souligné lors du webinaire tenu à l'initiative de la Société marocaine des sciences médicales (SMSM).
Il a, parallèlement, mis en avant deux principales actions qui peuvent contribuer à l'élaboration de la nouvelle stratégie de riposte contre cette pandémie. Il s'agit du médecin de travail qui joue un rôle important via ses alertes sur les cas positifs détectés, a noté le DG délégué de la CGEM, ajoutant que l'application "Wiqayatna" pourrait également être une très bonne solution.
Pour ce qui est de la seconde action, elle consiste à orienter le dépistage vers les cas contacts au lieu de le faire de manière massive, a fait savoir Jalal Charaf.

Jeudi 13 Août 2020

Lu 878 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.