Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​70 % des touristes marocains passeront leurs vacances d’été au Maroc

Selon le baromètre post-Covid-19 réalisé par l’ONMT




​70 % des touristes marocains passeront leurs vacances d’été au Maroc
Après une période de confinement strict de près de trois mois et à la veille de la reprise, l’ONMT a jugé essentiel de connaître l’état d'esprit des Marocains suite à cette crise sanitaire sans précédent et de voir dans quelles mesures cela a impacté leur comportement en matière de vacances et de voyages.
A cet effet, l’Office a dévoilé, hier, les résultats obtenus au travers d’une étude réalisée auprès de 2800 répondants, représentatifs de la population marocaine urbaine relevant de tranches d’âges allant de 18 à 75 ans, répartis sur l’ensemble des régions du Royaume et représentatifs de toutes les catégories socio-professionnelles.
Selon ce baromètre, l’incertitude sur la mobilité, les contraintes économiques et sanitaires, mais aussi les prises de conscience patriotique constituent autant d’éléments qui feront que les Marocains vont opter pour un tourisme majoritairement domestique cet été. 
En effet, 70% des personnes interrogées déclarent vouloir voyager au Maroc. Le voyage est perçu en général comme une façon de se libérer de la pression subie par le confinement. 
Bien que 60,6% d’entre eux disent vouloir laisser passer un mois avant de voyager (régions de Casablanca-Settat et Tanger-Tétouan-Al Hoceima ainsi que les CSP A et B), ils n’ont pas abandonné pour autant leur désir de vacances. Les CSP C1, les 18-24 ans, les plus de 65 ans, les habitants de Draâ-Tafilelt et ceux du Sud ont en revanche bien l’intention de passer plus de temps en voyage.
« Ainsi, plus d’une personne sur deux compte voyager en famille réduite (couple+enfants), essentiellement les 35 à 55 ans, les habitants de Souss-Massa et ceux du Sud. Les CSP AB et les plus de 55 ans sont plus nombreux à vouloir voyager en couple alors que les 25 à 34 ans préfèrent voyager seuls », rapporte l’ONMT. 
Il ressort également de l’étude que 36,5% des questionnés envisagent de visiter la famille, alors que 29,1% souhaiteraient aller en bord de mer, tandis que 26,6% ont une préférence pour la nature. Les amateurs de la mer se trouvent surtout parmi les AB, les 18-34 ans, les habitants de Casa-Settat et de Fès-Meknès.  Quant aux amateurs des voyages dans la nature, on les retrouve surtout parmi les C1, les 55-64 ans et les habitants de Tanger-Tétouan-Al Hoceima.
Pour encourager au voyage, les principales mesures de motivations préconisées par l’échantillon interrogé sont des offres promotionnelles adaptées pour 57% des personnes interrogées, et l’application de mesures sanitaires strictes au niveau des établissements touristiques pour 55% d’entre eux. 
Ainsi, l’ONMT met à disposition cette étude au profit des opérateurs du secteur du tourisme afin qu’ils aient un véritable outil marketing et une vision plus claire de la demande des voyageurs marocains. Ce qui leur permettra de répondre spécifiquement aux attentes des voyageurs notamment par des offres familles adaptées ou par des séjours en couple ou entre amis.
Les activités privilégiées lors du voyage sont donc pour l’essentiel la plage et le farniente, la visite de villes, les sites naturels, le patrimoine historique et architectural, les sports nautiques, le shopping…. Ce sont là autant de motifs de séjour et de loisirs auxquels notre pays peut répondre par sa grande diversité dans l’ensemble de ces régions.
L’ONMT se félicite, d’une part, que 70% de nos concitoyens déclarent vouloir voyager dans leur pays cet été, encourageant ainsi la préférence nationale et supportant les opérateurs touristiques nationaux en particulier et l’économie marocaine en général et s’engage, d’autre part, à prendre en compte les principales données de cette étude afin d’y répondre par des actions marketing et de communication adaptées.


 

​Le Nord lorgne le tourisme intérieur

Le magazine du Club de la presse de la ville ocre a organisé dernièrement une vidéoconférence avec l'Association régionale de l'industrie hôtelière de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (ARIH).
Les participants ont, en l’occasion, souligné que la crise sanitaire a fortement impacté le secteur dans de nombreuses régions où le mouvement touristique s'est tari du fait de la fermeture des frontières, des restaurants, des hôtels, des maisons d'hôtes, des agences de voyages et de la suspension des vols aériens et terrestres et des visites touristiques, mettant au chômage technique un grand nombre de salariés et menaçant leurs emplois à plus ou moins court terme. 
Dans ce contexte, Ali Al-Qadri, président de ladite association, a indiqué que depuis la propagation de l’épidémie de Covid-19, plusieurs réunions ont été organisées par les différentes instances syndicales de la profession afin d'étudier la situation, de chiffrer les dommages subis par le secteur et de soumettre des propositions à même de permettre de surmonter cette crise. 
Il a également précisé que la situation actuelle nécessite la solidarité de tous les professionnels du tourisme et la mise sur pied d'une stratégie à même de permettre la relance de l’activité après la levée du confinement.
Il a, dans ce sens, demandé aux opérateurs de faire montre d'innovation et de chercher de nouvelles opportunités commerciales dans le cadre d’une coopération plus forte avec tous les partenaires
Quant à Samira Lakthiri, secrétaire générale d’ARIH, elle a appelé à l’opérationnalisation de toutes les propositions et programmes à même de pouvoir contribuer à faire reprendre toutes ses couleurs au secteur touristique.
L'association ayant fait de gros efforts pour mettre en place une plateforme interactive, il est nécessaire de se concentrer sur le tourisme intérieur durant la première phase qui suivra la fin de l’état d’urgence sanitaire et d’œuvrer à l’encourager à travers des offres appropriées dans le respect des mesures sanitaires édictées par les pouvoirs publics, a-t-elle conclu.

Vendredi 19 Juin 2020

Lu 1381 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 11 Novembre 2020 - 17:00 140.250 élèves du privé ont basculé vers le public

Dimanche 1 Novembre 2020 - 20:24 Une nouvelle génération de titres de séjour