Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Washington reprend ses tirs de drones au Pakistan

Processus de paix bloqué




Washington reprend ses tirs de drones au Pakistan
Les Etats-Unis ont repris dans la nuit de mercredi à jeudi leurs tirs de drones contre les rebelles islamistes au Pakistan, les premiers de l'année, trois jours après l'attaque rebelle meurtrière du weekend contre le plus grand aéroport du pays.
Ces deux bombardements ont tué selon les autorités locales au moins 16 insurgés dans la zone tribale du Waziristan du Nord, important bastion des talibans et de leurs alliés d'Al-Qaïda, des bilans qui ne pouvaient être confirmés de source indépendante.
Ils interviennent trois jours après l'attaque nocturne de l'aéroport de Karachi, la mégalopole du sud du pays, par un commando taliban lourdement armé.
Le siège a duré 12 heures et coûté selon les autorités la vie à 38 personnes, dont les 10 assaillants, selon un dernier bilan, renforçant les inquiétudes sur la capacité du pays à éviter les attaques rebelles et à protéger ses sites les plus stratégiques. La reprise des tirs de drones américains juste après cette attaque nourrit les soupçons de collusion entre Washington et Islamabad, dont l'armée avait déjà bombardé les repaires talibans ces derniers jours en réaction à l'attaque de Karachi.
Comme à son habitude, Islamabad, confronté au quotidien à une opinion publique volontiers anti-américaine, a condamné dans la journée ces frappes d'avions sans pilote supervisées par la CIA, l'agence américaine du renseignement extérieur.
Le ministère pakistanais des Affaires étrangères a dénoncé "une violation de sa souveraineté territoriale" en affirmant qu'elles auront un "impact négatif sur les efforts menés par le gouvernement pour ramener la paix et la stabilité dans la région".
Mais Islamabad est régulièrement accusé de favoriser en sous-main ces bombardements affaiblissant les rebelles en donnant des informations à la CIA sur la localisation de leurs repaires. 
Des documents publiés ces dernières années ont également montré qu'Islamabad a donné son feu vert à plusieurs de ces frappes.
Une porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères a nié tout arrangement avec Washington à propos des derniers tirs de drones. Mais pour un ancien diplomate pakistanais expert des zones tribales interrogé par l'AFP, "ces bombardements n'auraient pas eu lieu sans le consentement du gouvernement pakistanais".
Le premier bombardement américain a tué six insurgés présumés mercredi soir dans le village de Dargah Mandi, à environ 10 km à l'ouest de Miranshah, principale ville du Waziristan du Nord, selon plusieurs sources au sein des forces de sécurité locales.
Le second, une salve de six missiles tirés jeudi à l'aube par trois drones contre des insurgés réunis dans un camp de base, en a tué dix autres dans la même zone tribale, ont indiqué les mêmes sources. 

AFP
Samedi 14 Juin 2014

Lu 98 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs