Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Washington et 10 pays arabes s'engagent à combattre l'EI




Washington et 10 pays arabes s'engagent à combattre l'EI
Les Etats-Unis ont obtenu jeudi le soutien de dix pays arabes à la campagne lancée par le président Barack Obama pour "éradiquer" les jihadistes de l'Etat islamique (EI) en Irak et jusqu'en Syrie.
Le régime syrien, appuyé par la Russie, a toutefois mis en garde Washington contre le lancement de frappes sur son territoire sans son accord.
Quelques heures après la déclaration solennelle de M. Obama à Washington, son chef de la diplomatie John Kerry a réussi à convaincre ses homologues de dix pays arabes conviés à une réunion à Jeddah (Arabie Saoudite).
Les Etats-Unis et ces pays, dont l'Arabie saoudite, le Qatar, l'Irak et l'Egypte, "ont déclaré leur engagement partagé à se tenir unis contre la menace que pose pour la région et le monde le terrorisme, y compris le soi-disant EI", selon un communiqué commun.
Cet engagement pourrait impliquer une participation à une "campagne militaire coordonnée", précise le texte, sans entrer dans les détails.
 M. Kerry poursuivra son offensive diplomatique se rendant à Ankara vendredi puis au Caire samedi, pour rencontrer le chef de la Ligue arabe. 
 Dans son allocution, M. Obama a affirmé l'objectif de son "plan d'action": "Nous affaiblirons, et, à terme, détruirons l'EI", "une organisation terroriste qui n'a d'autre vision que le massacre de tous ceux qui s'opposent à elle". 
Pour mener cette guerre "implacable", "je n'hésiterai pas à agir contre l'EI en Syrie, comme en Irak", a-t-il précisé.
Les avions américains pourraient donc effectuer des raids aériens contre les positions de l'EI en Syrie en plus de ceux qu'ils mènent depuis le 8 août dans le nord de l'Irak. Ces derniers se sont avérés déterminants dans la reprise par les troupes irakiennes de secteurs aux jihadistes. L'envoi de troupes de combat au sol reste en revanche exclu.
 La stratégie dévoilée par M. Obama a été approuvée par l'opposition syrienne, qui apparaît comme sa principale bénéficiaire puisqu'elle devrait bénéficier des moyens militaires qu'elle réclame depuis longtemps. Mais le Congrès américain a prévenu qu'il n'y aurait pas de vote sur cette aide avant la semaine prochaine.
Le gouvernement irakien a pour sa part salué l'annonce par M. Obama de l'envoi de 475 conseillers militaires supplémentaires en Irak pour soutenir les forces kurdes et fédérales en termes d'équipements, de formation et de renseignements. Cet effort portera à environ 1.600 le nombre de militaires américains présents dans le pays.
Pour mener les frappes contre l'Etat islamique, les Etats-Unis vont commencer à baser une partie de leurs avions militaires à Erbil, au Kurdistan irakien, ont indiqué jeudi des responsables du Pentagone.
Cet engagement représente un tournant pour M. Obama qui avait jusqu'à présent affiché sa volonté de tourner la page d'une décennie de guerre, notamment en retirant les troupes américaines d'Irak fin 2011. 
Mais il a été acculé à agir face aux atrocités commises par l'EI qui a notamment décapité deux journalistes américains enlevés en Syrie. 

AFP
Samedi 13 Septembre 2014

Lu 183 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs