Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Visite du pape François en Albanie

Promouvoir un modèle de coexistence




Visite du pape François en Albanie
Le pape François a entamé dimanche une visite d'une journée en Albanie, pays des Balkans dirigé par une coalition entre musulmans, catholiques et orthodoxes qu'il a présentée comme "modèle", en dénonçant l'utilisation de Dieu comme "bouclier" par les mouvements fondamentalistes religieux.
 "Que personne ne pense pouvoir se faire de Dieu un bouclier lorsqu'il projette et accomplit des actes de violence et de mépris! Que personne ne prenne prétexte de la religion pour accomplir ses propres actions contraires à la dignité de l'homme et à ses droits fondamentaux", a-t-il dit devant les dirigeants albanais, donnant le ton de sa visite.   Le pape, qui a été accueilli par le Premier ministre Edi Rama, un catholique, a reçu l'accueil fervent de centaines de milliers de personnes sur le grand boulevard et sur la place Mère Teresa où il a célébré plus tard la messe.   Dans sa jeep découverte, le long du boulevard orné de photos de martyrs chrétiens du communisme, il s'est arrêté plusieurs fois pour serrer des mains et prendre des enfants dans ses bras. Des mesures de sécurité avaient été rehaussées, par crainte d'hypothétiques menaces que feraient courir au pape la mouvance jihadiste.
 "L'Albanie est un pays qui a tant souffert. Elle a réussi à trouver une paix entre ses différences religieuses. C'est un beau signe pour le monde", avait relevé François durant le vol dans l'avion en venant saluer les journalistes. Le pape de 77 ans semblait pâle et fatigué.
 Devant le président Bujar Nishani, François a salué avec chaleur le "pays des Aigles", "un pays de héros qui ont sacrifié leur vie pour l'indépendance de la Nation et un pays de martyrs qui ont témoigné de leur foi face aux persécutions".
 Le pape a fait un éloge marqué de l'attitude des responsables politiques et religieux albanais: "Le climat de respect et de confiance réciproque, entre catholiques, orthodoxes et musulmans est un bien précieux pour le pays et acquiert une signification spéciale dans notre époque". 
 En effet, a-t-il noté, le sens religieux authentique est "trahi par des groupes extrémistes", qui "déforment et instrumentalisent les différences entre les diverses confessions" et en font "un facteur périlleux d'affrontement et de violence". 
 Dans son appel, François s'adressait à toutes les religions mais il faisait aussi une allusion claire à l'actualité marquée par les violences de l'organisation jihadiste de "l'Etat islamiste" (EI) en Irak et en Syrie. 
 "Puisse l'Albanie poursuivre sans cesse sur cette route, devenant pour de nombreux pays un modèle", a lancé le pape.
 

AFP
Lundi 22 Septembre 2014

Lu 249 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs