Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Violence dans et hors stades, l’autorité démissionne.




Silence on tue!

Violence dans et hors stades, l’autorité démissionne.
Il y a eu mort d’homme, lors des graves évènements qui ont émaillé la rencontre WAC-ASFAR au Complexe Mohammed V à Casablanca samedi dernier. Un jeune Meknassi du nom de Hamza Bekkali, en vacances à Casablanca, l’a payé de sa vie. D’autres victimes (elles se comptent par centaines aussi bien parmi les forces de l’ordre que celui des mutins) de ce sinistre samedi ont été blessés plus ou moins grièvement lors de batailles rangées  qui ont eu lieu au complexe.
Armes blanches, matraques,  massues de circonstances, fumigènes et autres engins pyrotechniques, etc. ont été utilisés à des fins de barbarisme. Le constat en devient encore plus alarmant lorsqu’au vu d’images diffusées, on s’aperçoit que ceux censés rétablir l’ordre ont été débordés, dépassés et même bien tabassés par une foule d’ados.
Ces faits si dramatiques auraient dû, en principe et à défaut de  relancer le débat sur le phénomène de la violence engendrée par nos stades, au moins donner à réfléchir aux autorités, concernées par la chose. Malheureusement, on a comme une amère impression d’impuissance, au regard du laxisme affiché des instances, qui ont en charge ce dossier (Intérieur, Jeunesse et Sports, FRMF, DGSN, communes, etc.).
Excusez le terme, en plus d’être démissionnaires devant ce phénomène, ils s’en contrebalancent pour ne pas dire, ils s’en foutent, vu qu’ils ne l’ont jamais réellement abordé, ni du côté de la forme ni de celui du fond. Même plus graves, d’autres, comme l’équipe visiteuse, ont eu l’indécence, nonobstant la gravité des circonstances, d’essayer de tirer profit du triste événement, en réclamant le gain de la rencontre à la Fédé. Cette dernière comme à son habitude dans pareilles circonstances est aux abonnés absents. Aucun communiqué n’a été diffusé ni par elle, ni d’ailleurs par le club concerné, à savoir le WAC, ne serait-ce que pour regretter ces faits.
Les minutes de silence à chaque début de match, il y en a marre. Aujourd’hui, il est demandé aux responsables qui n’ont cessé de fuir leur responsabilité, devant ce phénomène qui prend une ampleur sans précédent, de mettre en place un cadre institutionnel visant à sanctionner ces faits. Il en existe déjà un, adopté en séance plénière il y a un an, jour pour jour, mais qui n’a jamais été appliqué car les mesures préconisées sont loin de la réalité du terrain.
On ne veut pas de Port-Saïd chez nous et samedi on l’a frôlé. Aujourd’hui, l’heure grave que nous vivons devrait nous interpeller à réfléchir plus profondément à un phénomène qui n’est pas propre qu’au stade. La mobilisation générale pour l’endiguer s’impose.

Mohamed Jaouad Kanabi
Lundi 16 Avril 2012

Lu 1257 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs