Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vers un Ramadan sans jus

D’importantes quantités de concentrés bloquées au port de Casablanca à cause de l’augmentation des taxes




Vers un Ramadan sans jus
 
D’importantes quantités de concentrés de jus sont depuis quelques semaines bloquées dans le port de Casablanca. Pour cause, la dernière décision de la direction de la douane qui impose aux industriels de payer la taxe de 49% au lieu de 2,5 %. Des industriels de la place, qui se plaignent de la dernière hausse des taxes qui leur a été imposée par le fisc, déclarent à Libé qu’ils refusent de s’en acquitter, ajoutant qu’ils préfèrent laisser leurs marchandises bloquées  au port plutôt que de payer ces taxes qui s’élèvent, selon eux, à des millions de dirhams. « La direction de la douane a décidé d’imposer aux industriels des jus de fruits de s’acquitter d’une taxe de 49 % au lieu de 2,5 % qui était appliquée aux concentrés de fruits », précisent nos sources, lesquelles évaluent la valeur de leurs marchandises bloquées à plus de dix milliards de centimes. 
Un industriel interrogé par Libé dit ne pas comprendre les raisons qui ont poussé les responsables de la douane à augmenter cette taxe. Il explique que ces nouvelles taxes ne figurent pas dans les nomenclatures des taxes auxquelles les industriels de jus étaient toujours soumis. « Depuis deux mois, les services de la douane refusent de leur appliquer les dispositions de la nomenclature des concentrés à base de jus de fruits et retiennent celles qui sont à base de purée de fruits dont la taxe s’élève à 49% », lance-t-il. Pourtant, ajoute-t-il, « les concentrés de fruits ont depuis toujours été importés sous la nomenclature des concentrés à base de jus de fruits (mangue et pêche) et un taux de 2,5% leur était appliqué ». Mais, dernièrement, même le concentré d’ananas (où il n’existe pas de purée de fruits) a été assimilé  par les services de la douane à du concentré à base de purée de fruits, a-t-on précisé. Notre source affirme que si certains industriels se sont acquittés du montant dû à la douane, d’autres par contre, ne peuvent pas s’en acquitter après cette hausse des taxes et récupérer leurs marchandises. 
« A cause de cette hausse, on doit payer aujourd’hui des millions de dirhams et on ne sait même pas comment faire. Sachant que chaque jour qui passe, la facture augmente», dénonce notre interlocuteur.
Outre l’obstacle du prix, les industriels expliquent que cette hausse est exorbitante et ne permet pas d’améliorer la compétitivité des produits marocains. « C’est une décision que nous ne comprenons pas. Au moment où le gouvernement prétend encourager le produit marocain, la douane, elle, vient par cette décision revue à la hausse de plomber davantage les produits marocains. On rend donc les produits préparés localement moins compétitifs face à ceux importés, qui, eux, sont exonérés de droits de douane », explique un autre industriel de jus. Pour cet opérateur,  cette augmentation est de nature à créer une situation de rupture des stocks à la veille du pic de la saison estivale  qui représente une part non négligeable de l’activité des jus des opérateurs marocains. Les conséquences de cette situation, qui tombent à quelques semaines du mois de Ramadan, seront ressenties par les citoyens pendant le mois sacré où les jus sont très demandés.


Naîma Cherii
Lundi 19 Mai 2014

Lu 1726 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs