Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Université Mohammed V : La Faculté des lettres de Rabat-Agdal s’ouvre aux médias




Université Mohammed V : La Faculté des lettres de Rabat-Agdal s’ouvre aux médias
L’Université Mohammed V fait les yeux doux à la presse. Il faut dire qu’elle a mis longtemps pour entreprendre une telle initiative. C’est la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat-Agdal qui a osé franchir le pas vers les médias. Est-ce par modestie qu’elle ne l’a pas fait jusque-là? Et pourtant, elle a tout à y gagner vu les richesses que recèle son enceinte et qu’elle devrait mieux partager avec les autres. Ayant été en quelque sorte la matrice des autres établissements des lettres et sciences humaines, elle jouit d’une place privilégiée. Et c’est le doyen de la Faculté, Abderrahim Benhada, lui-même, qui s’est chargé devant un parterre de journalistes, de dévoiler les richesses de son institution.
Certes, parler d’une telle institution n’est pas chose aisée vu la multitude de domaines qu’elle dessert, et ce des années durant. En effet, ladite Faculté, comme l’a expliqué le doyen, trouve son origine dans l’Institut des hautes études marocaines instauré en 1919 par le Protectorat français. Depuis et au fil des années, la Faculté a contribué à la recherche et la formation de hauts cadres. Mais il va sans dire que la bibliothèque demeure l’édifice phare de la Faculté de par la diversité de son contenu. «C’est un héritage qui nous a été transmis depuis le Protectorat. De ce fait, la bibliothèque est riche d’un fonds documentaire très rare, de manuscrits, lithographies et cartes», a déclaré M. Bendaha tout en précisant qu’elle occupe le troisième rang sur le plan national après la Bibliothèque nationale et la Fondation Al Saoud des études islamiques. «Afin de lui permettre de garder son rang, un budget de 250.000 DH par an est consacré à l’achat de nouveaux ouvrages. Sans compter les livres offerts à titre gracieux ou dans le cadre d’échanges qui viennent garnir les rayons de la bibliothèque», commente-t-il.
De tels joyaux nécessitent beaucoup d’attention et de protection. Afin de préserver les vieilles éditions contre l’effet dévastateur du temps, de nouvelles reliures leur ont été appliquées. 16 900 ouvrages ont été ainsi reliés. Les risques de perte et de vol sont bien évidents, ce qui a impliqué un système de sécurisation comme l’a expliqué M. Benhada.  Les manuscrits ne sont pas en reste. La bibliothèque en compte 720, soit le plus grand nombre existant au niveau des universités. Souffrant d’un état de détérioration fort avancé, beaucoup d’efforts ont été déployés afin de les restaurer et de les préserver. Il a fallu également recourir à un système de numérotation.
Afin de concourir à la richesse de cette bibliothèque, entre autres, la Faculté a beaucoup investi dans le secteur de l’édition et y joue de ce fait un rôle fort important. De 1964 à 2008 et avec le concours de la Fondation Konrad Adenauer, 360 ouvrages ont été édités, comme l’a expliqué le doyen. Par la suite, grâce à la participation d’autres partenaires, la Faculté a compté à son actif 68 éditons (2009-2011). Une façon d’imposer également sa présence sur le plan international.
Donner des formations performantes a toujours été la première préoccupation des responsables. C’est ainsi que l’idée de créer un certain nombre de centres a pris son chemin. Il en est ainsi du Centre de langues qui assure la mise à niveau des étudiants en la matière. Des certifications leur sont délivrées. Même les fonctionnaires peuvent y avoir accès à des prix compétitifs. Un autre Centre est dédié aux études et aux recherches dans l’Histoire contemporaine. Ce qui constitue une certaine originalité. Les recherches et les études sahraouies ne sont pas en reste puisqu’un Centre leur est également consacré.
Par ailleurs, la Faculté s’apprête à célébrer le centenaire de la capitale. A ce sujet, le doyen a affirmé que «tout un programme a été prévu le long de l’année 2012». La réédition de certains ouvrages parus lors de l’occupation est au cœur de l’événement. Il s’agit de «La petite histoire de Rabat» ou de «Rabat et sa région», entre autres. Une exposition des photos de la capitale est également prévue ainsi que la production d’une carte s’y rapportant et ce, avec la participation d’autres partenaires, n’a pas manqué de préciser M. Benhada.

Nezha MOUNIR
Mardi 28 Février 2012

Lu 1761 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs