Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une vingtaine d’interpellations opérées après l’attentat contre l’équipe sri-lankaise de criquet

Chasse à l’homme au Pakistan




Une vingtaine d’interpellations opérées après l’attentat contre l’équipe sri-lankaise de criquet
Une vingtaine de personnes ont été interpellées pour être interrogées dans le cadre de l’enquête sur l’attentat de Lahore, au Pakistan, qui a visé mardi l’équipe de cricket du Sri Lanka, ont annoncé hier des responsables policiers. “Une vingtaine de personnes ont été arrêtées, la plupart appartenant à des organisations interdites, dans l’espoir de découvrir un indice permettant d’établir l’identité des terroristes qui se sont échappés”, a déclaré à l’AFP un officier de police, parlant sous couvert de l’anonymat.
Un autre officier des services de sécurité a confirmé qu’une vingtaine de personnes avaient été interpellées lors de raids menés à Lahore (est).
Une douzaine d’assaillants avaient participé mardi à cette opération commando menée en pleine ville contre le convoi de bus qui transportait les joueurs de cricket.
Les assaillants, entraînés et équipés d’armes sophistiquées, ont tenu tête mardi pendant de longues minutes aux forces de l’ordre, avant de fuir à bord de voitures volées et de s’évanouir dans la grande métropole de l’est du Pakistan, peuplée de dix millions d’habitants.
La fusillade a fait huit morts, six policiers et deux civils, et blessé huit joueurs et membres de l’équipe de cricket.
Les autorités ont offert une récompense de 125.000 dollars contre tout renseignement crédible, et mardi soir, cinq personnes avaient été interrogées.
Mais 24 heures après l’attaque, les mobiles comme les identités de ses auteurs restaient un mystère.
Le chef de la police de Lahore, Habib-ur Rehman, a souligné mardi que “le projet semblait être de tuer l’équipe sri-lankaise” et que l’intervention de la police avait permis d’éviter un carnage.
Mais les déclarations officielles n’ont pas convaincu et la presse relevait hier, comme le grand quotidien en langue anglaise Dawn, des “failles dans la sécurité” qui ont permis la fuite des attaquants.
Dans une tribune publiée dans le Wall Street Journal, le président Asif Ali Zardari a assuré hier que son pays ne négocierait pas avec les talibans et que le monde n’avait “pas droit à l’échec” dans la lutte contre le terrorisme.
Comme en démenti, la presse évoquait les pistes possibles, islamistes pakistanais, combattants du réseau Al-Qaïda ou services de renseignement indiens.
Mais qu’ils privilégient la piste intérieure ou extérieure, commentateurs et analystes s’accordaient à voir dans ce nouvel attentat une volonté de déstabiliser le jeune gouvernement civil pakistanais, en frappant à la fois un pays ami, le Sri Lanka, et un sport, le cricket, qui a rang dans les pays d’Asie du Sud de passion nationale.

AFP
Jeudi 5 Mars 2009

Lu 195 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs