Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une floraison d'algues découverte sous les glaces de l'Arctique




Une mission de la Nasa a permis de découvrir une quantité énorme de phytoplancton, une algue vitale pour la chaîne alimentaire des océans, là où les scientifiques s'y attendaient le moins: sous les glaces de l'Arctique, révèle une étude publiée jeudi dans la revue Science.
Cette recherche s'est fondée sur des données recueillies à la fois par satellite et des relevés sur le terrain afin d'analyser cette source essentielle de nourriture pour de nombreuses créatures marines.
La Nasa a envoyé une équipe de chercheurs prélever des échantillons des glaces recouvrant la mer des Tchouktches, qui borde la pointe nord-ouest du continent américain (Alaska).
Ils ont ainsi découvert que les quantités de phytoplancton y étaient "extrêmement élevées, environ quatre fois plus grandes que dans les eaux ouvertes". Il s'agit d'une "floraison massive sous la glace" qui semble s'étendre sur 100 kilomètres, selon l'étude.
Le phytoplancton apparaît en quantité plus rare et davantage en profondeur dans les eaux ouvertes, selon les dernières données de cette mission de la Nasa connue sous le nom d'Icescape. "En comparaison, le phytoplancton des eaux ouvertes était en quantité nettement plus faible que sous la glace, et meilleur à des profondeurs de 20 à 50 mètres en raison d'une réduction des nutriments à la surface", précise l'étude.
Cette recherche laisse penser que l'océan Arctique est plus productif que ce que l'on croyait, même si d'autres analyses seront nécessaires pour déterminer de quelle manière ce phytoplancton des glaces affecte les écosystèmes locaux.
Organisme microscopique à la base de la chaîne alimentaire des océans et fondamental pour les cycles reproductifs des poissons, oiseaux d'eau et ours polaires, le phytoplancton est aussi ­essentiel dans le processus de photosynthèse.
Depuis 1950, sa quantité a cependant chuté de 40%, notamment en raison de l'impact grandissant du changement climatique, selon une étude de 2010 parue dans la revue Nature.

AFP
Jeudi 14 Juin 2012

Lu 218 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs