Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une dure journée pour les autorités espagnoles à Mellilia

Sit-in des demandeurs d’asile syriens et tentative d’entrée en force de Subsahariens au préside occupé




Une dure journée pour les  autorités espagnoles à Mellilia
Entre les demandeurs d’asile syriens et les migrants irréguliers subsahariens, les autorités espagnoles en poste dans le préside occupé de Mellilia ne savent plus où donner de la tête. En effet, elles ont été contraintes, en une seule journée, à faire face à une tentative d’entrée en force de 250 individus au préside et à un sit-in de protestation des Syriens qui déplorent  leurs conditions d’accueil.   
Selon certaines sources, ils ont été près de 50 Syriens à avoir  manifesté avant-hier en scandant  des slogans revendiquant le respect de leur dignité et la mise en œuvre des conventions internationales sur les droits de l’Homme. Pourtant, leur objectif prioritaire demeure une extradition vers l’Europe vu les souffrances qu’ils endurent au centre d’accueil de Mellilia.  
Cette même journée a été également marquée par la tentative  de deux groupes de migrants subsahariens de franchir la barrière séparant cette dernière ville du reste du Maroc.  Une tentative qui s’est révélée infructueuse puisqu’ils ne sont pas  parvenus à rejoindre le territoire espagnol  même si une partie d’entre eux a réussi à escalader la partie extérieure de la barrière grillagée.
Pour Chakib El Khayari, militant associatif et président de l'Association Rif des droits de l’Homme (ARDH), ces tentatives de passage forcé sont devenues monnaie courante dans la région et elles sont même perçues comme une sorte de non évènement. «  Les tentatives se suivent et se ressemblent. En fait, il ne se passe pas une journée sans qu’il n’y ait une tentative ou deux voire plus. 
Une situation qui n’a rien de surprenant vu le nombre de migrants subsahariens qui est en nette augmentation », a-t-il précisé avant de poursuivre que « les Syriens sont également de plus en plus présents dans ces zones même si leur nombre reste stable. A noter qu’ils sont mieux lotis que les migrants subsahariens et disposent de plus de moyens financiers qu’eux ». 
D’après le président de l’ARDH, ces tentatives d’entrée dans les présides occupés de Sebta et Mellilia en disent long sur les priorités de ces migrants. « Pour eux, il est clair que le Maroc n’est qu’une terre de transit vers l’Europe et qu’il n’est nullement un pays de destination.  D’ailleurs, le peu d’intérêt affiché par ces migrants à l’endroit de l’opération de régularisation atteste de ce fait», a–t-il conclu.  

Hassan Bentaleb
Vendredi 10 Octobre 2014

Lu 1087 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs