Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une agitation sociale qui tourne au drame : Violences tous azimuts à Taza




Une agitation sociale qui tourne au drame : Violences tous azimuts à Taza
C’est la troisième fois que de simples sit-in et manifestations dégénèrent en émeutes à Taza. Mercredi, le sit-in observé devant le tribunal de première instance, en solidarité avec les cinq détenus suite aux événements du 4 janvier dernier, s’est transformé en une manifestation. Le mineur du groupe des cinq détenus sera libéré, mais les autres vont être incarcérés, sans possibilité d’obtenir une liberté provisoire. La grogne est montée d’un cran parmi les manifestants qui se sont dirigés vers la Cour d’appel, puis en direction du quartier populaire de Koucha.
Là, le caractère pacifique de la manifestation a  dégénéré pour  prendre la forme d’une émeute. L’affrontement a été d’une violence sans précédent. Le face-à-face entre des groupes de jeunes, notamment, et les forces de l’ordre s’est étendu au quartier avoisinant d’Aharrach où les scènes de violence ont continué jusqu’à deux heures du matin. Prévisibles, les causes qui ont engendré les deux premières émeutes n’ont pas été résolues.
Les responsables de la ville ont adopté le même comportement.
Le dialogue et les médiations n’ont pas eu lieu. Les autorités se sont encore une fois retrouvées directement face aux jeunes de la ville. Des dizaines de blessés des deux côtés. Selon un acteur de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH), la  présence en masse des émeutiers a nécessité l’arrivée des renforts sécuritaires de Fès, Hoceima et Guercif. Une énième leçon pour les autorités et leur approche sécuritaire.
Le gouverneur de la ville qui était censé œuvrer dans le sens de l’apaisement, n’a rien fait. Sa tête était depuis le 5 janvier réclamée par des manifestants.
Il faut dire que la cause des jeunes licenciés chômeurs et des membres de l’Association nationale des diplômés chômeurs n’étaient que la goutte qui a fait déborder le vase. La ville vivait, en effet, depuis longtemps au rythme d’interminables problèmes sociaux. Les factures « gonflées » d’eau et d’électricité  avaient provoqué la colère  des citoyens.

Mustapha Elouizi
Vendredi 3 Février 2012

Lu 1752 fois


1.Posté par mostapha le 05/02/2012 20:03
bonsoir

Etant un résident à Taza et de pure souche Tazi, je ne peux que condamner cette manipulation systématique prônée par les ennemis de la nation.

En effet, notre ville a été une proie depuis plusieurs mois à des manifestations, presque quotidienne, des licenciés chômeurs, qui n’ont pas hesité, à occuper le siège de la province de Taza, de la municipalité et au blocage de la route nationale, plusieurs fois afin d’exiger leur recrutement direct à la fonction publique.

Le 4 janvier 2012, jour du drame, ils ont voulu occuper la résidence du gouverneur par la force. Une situation qui a obligé les forces auxiliaires à les repousser. Malgré ca, ces chômeurs n’ont pas hésité à lancer des pierres sur les forces axillaires afin de les provoquer, pour se diriger, par la suite, à hay lkoucha dont les habitants sont sur les nerfs à cause de l’augmentation des factures de l’électricité, pour les inciter à attaquer la province.

En un clin d'œil, des centaines de collégiens et de jeunes du quartier, dont la majorité est composée des repris de justice, ont attaqué sauvagement les dizaines de policiers et de mokhaznis qui assuraient la sécurité du siège de la province. Conséquence, des heurts non équilibrés, entre des centaines de jeunes désorientés contre quelques agents de sécurité, ont transformé le rond point lkoucha à un terrain de combat.

Encore pire, ces agitateurs ont procédé au blocage de la circulation en dressant des barricades et en brulant des pneus et de branches d'arbres.

Ces scènes de violences ont été accentuées après l'enlèvement d'un misérable policier qui y'a été attaqué par des pierres, des armes blanches et des hraouas par une dizaine de jeunes, comme si c'était un serpent, et qui sans l'intervention suicidaires de policiers en civil, il allait être décapité par ses agresseurs.

Non loin de là, une foule enragée, apparemment agissant sous l'effet du karkoubi, a attaqué des policiers qui étaient à bord d'une estafette par des cocktails Molotov voulant ainsi les bruler vifs. Une barbarie, allah yastar, mêmes les israéliens ne pouvaient commettre.

Une chose est sure, une grande majorité des citoyens honnêtes de la ville ont été profondément touchés par ces actes de barbaries qui ne sont pas dignes des marocains al ahrars.

Ces fauteurs de troubles ont bien commis des actes criminels auxquels ils doivent répondre devant la justice. Les photos et films vidéo sur youtube sont une preuve irréfutable de leurs crimes. Donc la contestation de l'arrestation des 5 jeunes impliqués dans ces violences, par des actes plus graves n'est pas acceptable.

ca c la fitna, encore sont maudits ceux qui essayent de la réveiller. Ce sont ces esclaves de yassine et de Lénine qui sont bien connus par leur haine et jalousie du processus démocratique auquel le Maroc s'est inscrit.

Les citoyens ont bien dit leur mot, en adoptant, à l'unanimité, la nouvelle constitution qui concrétise un réel changement dans la continuité. Encore les marocains ont fait leur choix à travers les élections législatives libres et transparentes.

Chers co- citoyens, méfiez vous de ces créatures nuisibles qui cherchent à profiter des revendications sociales et légitimes des Tazis pour déstabiliser la tranquillité de la ville.

Le train du développement du pays a déjà démarré, sous la conduite éclairée de Sa Majesté Allah Ynasro et ce malgré la crise financière internationale. De ce fait, il appartient à chaque citoyen de prendre sa place dans le train et contribuer ainsi à l'évolution pays.
je suis, parmi les milliers de citoyens, qui sont pour la fermeté et la rigueur de l'Etat dans sa conduite avec ces actes malveillants qui ne peuvent que nuire à l'image du pays et à son processus de développement.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs