Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une Algérie chanceuse et un Sénégal surprenant




Une Algérie chanceuse et un Sénégal surprenant
Le Sénégal a surpris le Ghana, favori du groupe C, lundi à Mongomo, où un but à la fin du temps additionnel a donné la victoire 2-1 aux hommes d'Alain Giresse, et l'Algérie, très attendue, a souffert pour battre 3-1 l'Afrique du Sud.
Après trois défaites 2-1 et une élimination au premier tour en 2012, à la CAN organisée déjà en Guinée-Equatorale, voilà le Sénégal bien parti pour atteindre les quarts.
En proposant un jeu plus convaincant et une certaine constance dans le sérieux, la construction et la concentration, les "Lions de la Téranga" ont arraché une victoire méritée grâce à un but dans la dernière seconde du temps additionnel par le remplaçant Sow.
André Ayew avait pourtant lancé le Ghana sur de bonnes bases en ouvrant la marque sur penalty dès la 14e minute, mais l'engagement et l’optimisme ont changé de camp en seconde période. "On a fait une bonne première mi-temps, la deuxième mi-temps a été différente", a d'ailleurs reconnu le capitaine et buteur.
Après le revers du Burkina Faso, vice-champion d'Afrique, samedi (2-0 face au Gabon), c'est un autre poids lourd qui chute donc d'entrée. Au nombre de trophées continentaux remportés, il n'y avait pourtant pas photo: 4 à 0 pour les "Black Stars".
Mais les (mauvaises) surprises ont failli continuer, puisque l'Algérie, au nombre des favoris après sa belle place de 8e de finaliste à la dernière Coupe du monde, a été menée au score après le but du Sud-Africain Phala, laissé seul dans la surface (52e).
Les Algériens, très sérieux avant un relâchement en fin de première période et bien aidés par leur excellent gardien M'Bolhi, ont frôlé le K.O. trois minutes plus tard. Mais Rantie a tiré son penalty en force, sur la barre transversale.
"Le penalty est un tournant, parce qu'à 2-0 ce n'était pas fini non plus mais on se serait mis en difficultés", a d'ailleurs reconnu Christian Gourcuff, sélectionneur de l'Algérie.
L'Algérie a quand même fini par faire prévaloir sa supériorité technique et individuelle en marquant deux buts en six minutes, par Hlatswayo contre son camp (68e), et Ghoulam d'une frappe du gauche (72e). En fin de partie, Slimani (83e) a donné un peu plus d'éclat au succès aux hommes de Christian Gourcuff.
"On est passé par tous les états. On a fait un début de deuxième mi-temps catastrophique, où on a accusé le coup physiquement. On a réussi à prendre l'ascendant en fin de match", a analysé le technicien français.

Résultats
Groupe C

Ghana-Sénégal : 1-2
Algérie-Afrique du Sud : 3-1

Programme du mercredi
Groupe A
2ème journée

16h00 : Guinée Equatoriale-Burkina Faso
19h00 : Gabon-Congo



Renard favorable à des sélectionneurs locaux

Le sélectionneur de la Côte d'Ivoire, le Français Hervé Renard, a expliqué lundi qu'il était favorable à ce que les équipes nationales soient dirigées par des entraîneurs issus du pays alors que seuls 3 techniciens locaux officient durant la CAN-2015.
"En sport en général, pour les équipes nationales, on devrait avoir des entraîneurs issus du pays, a déclaré le Français, champion d'Afrique avec la Zambie en 2012. C'est mon opinion. Je fais le contraire de ce que je dis parce que j'ai moi-même travaillé dans différents pays. Mais ce serait très bien d'instaurer cette règle. Beaucoup de mes collègues ne seraient pas contents mais je pense que ce serait bien." Le phénomène des entraîneurs étrangers atteint son paroxysme dans cette Coupe d'Afrique puisque seuls trois pays, l'Afrique du Sud (Ephraim Shakes Mashaba), la Zambie (Honour Janza) et la RD Congo (Florent Ibenge), possèdent des sélectionneurs issus de leur propre nation.

Les cancans de la CAN


Télescopage. C'est un classique de la Coupe d'Afrique: deux équipes qui se retrouvent sur le même terrain d'entraînement. Cela s'est passé dimanche dans le groupe A. Le petit stade de Bikuy, dans la périphérie de Bata, a vu d'abord arriver le Burkina Faso. Puis le Congo s'est pointé, ce qui a occasionné quelques discussions franches entre les deux délégations. Les Congolais sont entrés sur la pelouse alors que les Burkinabés faisaient leurs étirements. Même le Gabon a fait son apparition, mais le bus des Panthères ne s'est pas attardé et est reparti aussi sec.

Arbitrage. Les matches de samedi et dimanche ont été très satisfaisants sur le plan de l'arbitrage, selon un membre de l'équipe technique d'observation de la CAF consulté par l'AFP. La seule décision litigieuse s'est produite lors du match d'ouverture entre la Guinée Equatoriale et le Congo (1-1), lorsque l'arbitre a refusé de valider le but du capitaine équato-guinéen, Emilio Nsue Lopez, un lob jugé hors-jeu. Les deux caméras qui ont capté l'action proposaient une lecture contradictoire, l'une penchant pour le hors-jeu, l'autre pas.

Speakers. Il valait mieux que le public du stade de Mongomo ne se fie pas aux deux speakers pour connaître l'identité des deux premiers buteurs de Ghana-Sénégal (1-2). Le premier but fut attribué en espagnol à "Jordan Ayew", et en français à "Dédé Ayew" (André, le Marseillais, a effectivement ouvert la marque sur penalty). L'égalisation, dans les deux langues cette fois, a été l'oeuvre du "N°8 Cheikhou Kouyaté" selon les deux speakers, alors que c'est bien Mame Biram Diouf, le N°9, qui l'a réussie...

Confusion. Avant la conférence de presse de la Côte d'Ivoire, lundi, la chef de presse du site de Malabo avait prévenu qu'elle n'accepterait que des sujets ayant trait à la CAN. Ne maîtrisant pas le français, elle a connu un petit moment de panique après une question posée à Yaya Touré sur son futur coéquipier à Manchester City, Wilfried Bony. L'officiel avait en fait cru comprendre que celle-ci portait sur le virus Ebola...

Mégalo. L'attaquant ivoirien Gervinho serait-il victime de mégalomanie ? Le joueur de l'AS Rome a en tout cas été aperçu par l'AFP lundi au balcon de son hôtel, dans le quartier de Sipopo à Malabo, arborant une casquette avec l'inscription "Gervinho".
Traduction. Les conférences de presse à la CAN sont souvent l'occasion de scènes insolites. Lundi à Mongomo, pour la "conf'" d'après-match du Sénégal, la traduction entre le français et l'anglais était assurée par... Bouna Coundoul, rien moins que le gardien et capitaine des Lions de la Téranga.

Mercredi 21 Janvier 2015

Lu 679 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs