Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un visiteur de la Tate Modern de Londres s'attaque à un Rothko




Un visiteur de la Tate Modern de Londres s'attaque à un Rothko
Un visiteur de la Tate Modern, l'un des plus importants musées londoniens, a aspergé dimanche de peinture un tableau de l'artiste américain Mark Rothko, provoquant la perplexité des observateurs.
"La Tate Modern a été le cadre d'un incident au cours duquel un visiteur a vandalisé un Rothko de la série des tableaux muraux Seagram, en étalant dessus un peu de peinture noire, à l'aide d'un pinceau", affirme un communiqué publié par le musée sur son site.
Réalisées dans les années 1950 pour un restaurant new-yorkais, les peintures de la série Seagram représentent des rectangles de couleur, caractéristiques du courant "expressionniste abstrait" auquel appartenait Mark Rothko, qui s'est suicidé en 1970.
"Ce type s'est avancé tranquillement (...) et il a fait une marque", raconte sur le site Twitter Tim Wright, un témoin de l'incident de dimanche. "Il était resté assis pendant un moment, puis il s'est juste lancé et il s'est vite esquivé. Surréaliste."
Il réalise des tableaux d'une grande complexité avec du sel
A l'aide d'une poche à douille et de sel marin, l'artiste japonais Motoi Yamamoto crée de magnifiques tableaux d'une complexité rare. Des oeuvres uniques en leur genre, composées de sel avec lequel l'artiste crée le plus souvent des figures aussi bien géométriques que labyrinthiques.
Faisant preuve d'une patience inouïe dans la réalisation de ses oeuvres d'art, l'artiste japonais Motoi Yamamoto utilise une technique bien particulière demandant savoir-faire, sang-froid et précision. En effet, ce plasticien réalise des tableaux et installations extraordinaires à l'aide de sel marin. Du sel que l'artiste dépose toujours délicatement au sol à l'aide d'une poche à douille et qui sert à ce dernier à donner vie à des figures complexes de plusieurs mètres d'envergure.
Prenant tour à tour la forme de labyrinthes ou de figures géométriques, les oeuvres "salées" de l'artiste ne sont pas sans rappeler ces peintures de sable éphémères créées également pas les indiens navajos. Des peintures à destinée thérapeutique ou spirituelle et dont la durée de vie n'excède pas quelques jours, voire quelques heures. Une caractéristique que l'on retrouve aussi dans l'art de Motoi Yamamoto qui nous parle à travers ses réalisations du dépérissement et de la fugacité des choses.
Exposée ces-jours-ci à la Laband Art Gallery à Loyola Marymount University, la dernière création de l'artiste intitulée Floating Garden a demandé 11 jours de travail à Motoi Yamamoto pour parvenir au résultat escompté.

Libé
Jeudi 11 Octobre 2012

Lu 537 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs