Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un représentant suisse du CICR assassiné en Libye

L'élection du Premier ministre libyen invalidée




Un représentant suisse du CICR assassiné en Libye
Un représentant suisse du Comité international de la Croix-Rouge a été tué mercredi par des hommes armés qui ont intercepté sa voiture alors qu'il effectuait une mission à Syrte (500 km à l'est de Tripoli), selon un porte-parole du Croissant-Rouge libyen.
 Michael Greub, 42 ans, de nationalité suisse, "a été assassiné vers midi par des hommes armés" à Syrte, a indiqué dans un communiqué le CICR.
"Le CICR condamne dans les termes les plus vigoureux cette attaque haineuse", a indiqué son directeur général, Yves Daccord, cité par le communiqué. "Michael sortait d'une réunion avec deux collègues lorsque leur véhicule a été pris pour cible par un groupe d'hommes armés. Michael a été mortellement blessé", a-t-il ajouté.
 "Nous sommes atterrés et indignés", a-t-il poursuivi, précisant que la victime était un "travailleur humanitaire dévoué qui a consacré de nombreuses années de sa vie à aider les autres". 
 Michael Greub travaillait depuis plus de 7 ans pour le CICR et avait effectué des missions en Irak, au Soudan, au Yémen, et à Gaza. Il était en poste à Misrata depuis mars, selon le CICR qui assure une présence permanente en Libye depuis 2011 notamment pour apporter une aide aux détenus et pour rechercher des personnes disparues.
 Le président de la Confédération suisse Didier Burkhalter a exprimé sa "consternation et vive émotion" après ce décès, condamnant "avec fermeté toute infraction au droit international humanitaire et aux principes humanitaires".
Un porte-parole du Croissant-Rouge libyen, Mohamed Moustafa al-Misrati, avait indiqué que le délégué avait été "assassiné alors qu'il effectuait une visite à Syrte".
 Les locaux du CICR à Misrata ainsi qu'à Benghazi (est) avaient été visés en 2012 par des attaques, sans faire de victimes.
 Ces attaques sont souvent attribuées à des groupes radicaux islamistes.
La Cour suprême libyenne a invalidé jeudi l'élection du Premier ministre Ahmed Maïtik, qui a pris ses fonctions lundi dans un contexte extrêmement tendu.
 Les avocats du chef du gouvernement ont immédiatement fait appel de cette décision, annoncée à la télévision.
 Ahmed Maïtik a été désigné il y a deux semaines lors d'un scrutin chaotique contesté par de nombreux parlementaires, selon lesquels le quorum n'a pas été atteint.
 Il est originaire de Misrata, localité de l'ouest du pays où les Frères musulmans sont influents, ce qui le rend inacceptable pour les adversaires des islamistes.
 Il est notamment contesté par les forces laïques rassemblées autour du général rebelle Khalifa Haftar, qui a lancé il y a deux semaines une opération "Dignité" en disant vouloir "purger" le pays des islamistes.
 

AFP
Vendredi 6 Juin 2014

Lu 72 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs