Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ultime visite de Cameron pour soutenir le non à l'indépendance

David Beckham pour le non




Ultime visite de Cameron pour soutenir le non à l'indépendance
Le Premier ministre britannique, David Cameron, se livrait lundi dans le port pétrolier écossais d'Aberdeen à un ultime plaidoyer passionné dans l'espoir d'éviter l'éclatement du Royaume-Uni, avant le référendum d'indépendance de jeudi.
La semaine dernière, lors d'une visite à Edimbourg il avait confié des sanglots dans la voix qu'une indépendance écossaise lui "briserait le coeur" en détruisant "la famille des nations" britannique.
David Cameron devait revenir en fin d'après-midi à la ligne définie par ses conseillers -- et qualifiée de "campagne de la peur" par les indépendantistes --, en insistant sur le caractère "sans retour" d'un vote en faveur de l'indépendance.
Au même moment à Londres, les partisans du maintien de l'Ecosse au sein du Royaume-Uni appelaient à un rassemblement à Trafalgar Square. Baptisé "Restons ensemble", il vise "à montrer à l'Ecosse que nous nous préoccupons" d'elle et de son maintien dans l'union, ont indiqué les organisateurs. 
Le camp du non peut aussi compter sur le soutien du footballeur David Beckham qui a appelé lundi à un vote négatif.
L'ancien capitaine de l'équipe nationale de football a défendu le Royaume-Uni, une union de régions qui "est enviée par le monde entier". "Ce qui nous unit est beaucoup plus important que ce qui nous divise. Restons ensemble", a-t-il écrit dans une lettre ouverte rendue publique par la campagne "Better Together".
Avant lui, la reine Elizabeth II avait laissé transparaître son inquiétude à l'issue d'un service religieux près de son château de Balmoral, tout en maintenant son obligation d'impartialité.
A la faveur d'un bref et peu ordinaire bain de foules, elle a glissé que les électeurs écossais devaient "soigneusement réfléchir à l'avenir".
A l'approche du scrutin convoqué jeudi, les deux camps sont dans un mouchoir de poche, même si le non, en tête dans trois des quatre sondages réalisés ce week-end, semble mener d'une courte tête.
Il est ainsi crédité de 47,7% d'intentions de vote par le sondage Opinium pour le Sunday Observer contre 42,3% pour le oui et 10% d'indécis. Il est également à 47% pour le sondage Panelbase contre 46% pour le oui et 8% d'indécis .
Un sondage ICM pour le Sunday Telegraph a cependant donné sept points d'avance au camp du oui à 49% d'intentions de vote contre 42% pour le non et 9% d'indécis. Néanmoins, en ne portant que sur 705 personnes, cette enquête d'opinion n'atteint pas le seuil minimum représentatif, comme l'a souligné la campagne Better Together et l'institut de sondages lui-même.
Mais elle a contribué à maintenir le suspense pour ce référendum et a gonflé à bloc les partisans de l'indépendance réunis dimanche soir pour un concert militant de trois des plus populaires groupes de rock écossais.
Franz Ferdinand, Mogwai, Frightened Rabbit ont joué à guichets fermés devant 3.000 partisans du oui venus célébrer cette "nuit pour l'Ecosse".
Le Premier ministre écossais, Alex Salmond, devait quant à lui s'attacher lundi à convaincre des responsables économiques à Edimbourg en insistant sur les opportunités que recèle l'indépendance dans ce domaine.
AFP

Mardi 16 Septembre 2014

Lu 73 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs