Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trop impliqué Monsieur le coprésident




Au gré d’un malheureux zapping, je suis tombé nez à nez sur un certain Ramid. Mais, nom d’une lampe ! Qu’est-ce qu’il faisait par là, lui, qui avait fini par se ranger, mettant ainsi un terme à sa manie de se faire ostensiblement tonitruant et par ranger au fin fond d’un tiroir ses trop nombreuses promesses/menaces de démissionner ?
Hé bien ! Campagne oblige, le Ramid en question s’est départi de son costume de ministre de la Justice et des Libertés (pour quelques petits jours encore) pour revêtir celui d’un Pjdiste se voulant pur et dur. Pire, le même personnage se trouve être coprésident de la Commission centrale chargée du suivi des élections. C’est dire à quel point, il est tenu par un devoir de réserve !
A sa décharge, cependant, c’est qu’il a cherché à donner l’impression d’avoir tourné le dos à ladite commission prétendant se désengager de toute responsabilité … Une maladresse et une fuite en avant qui lui ont valu d’être recadré non seulement par le ministre de l’Intérieur et coprésident de la même commission, mais aussi par son Benkirane de chef.
Il n’en reste pas moins que son passage à la télé a été un gros ratage. Cherchant à dire le maximum durant les sept minutes qui lui étaient imparties, il débitait dans un arabe impec, mais sûrement pas celui que les Marocains comprennent.
Qui sait ? C’était peut-être fait sciemment. Qu’est-ce qu’il pouvait bien dire ? Pas facile d’inviter les électeurs à voter pour qu’il y ait un remake d’un bilan des plus désastreux. Surtout que celui chargé de cette besogne traîne bien de casseroles dans le domaine qu’il a eu à gérer pendant cinq longues années. Sa fameuse réforme, on ne l’a pas vu venir. Il aura cependant réussi à exaspérer greffiers et magistrats entre autres composantes de la justice. Il s’est même laissé aller vers de vils règlements de comptes entre mutations, dégradation, suspension ou licenciements …
Il y en a de ces moments où il vaut mieux garder sa télé éteinte.

Par Mohamed Benarbia
Jeudi 29 Septembre 2016

Lu 988 fois


1.Posté par khalid le 30/09/2016 07:11
le PJD a déçu ses derniers temps pas mal d électeurs,nous voyons aujourd hui l électeur marocain se posé la question de qui «se souciera de nos attentes» .
La santé,le travail,l éducation....sans oublier la jeunesse marocaine l avenir même du Maroc doit être la préoccupation du prochain gouvernement et non pas l les petites affaires de coureurs de jupons donneurs de leçons....

2.Posté par mourade le 30/09/2016 14:09
Le problème de certains politiques de chez nous ,vont auprès des citoyens marocains pour solliciter a ses derniers de voter pour eux en leurs promettant monde et merveille ...et après les élections .....plus rien.( ni vue ni connue).
IL y a un gros travail a faire auprès de la population dont les attentes sont énormes ,un travail de terrain avec un suivie derrière....l USFP sait le faire....

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs