Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trois millions de Marocains atteints de maladie rénale chronique

Une pathologie au coût élevé




Trois millions de Marocains atteints  de maladie rénale chronique
Assise sur les  genoux de sa mère, Douaa  1 an et demi, souriante et insouciante, joue avec  sa poupée. Elle est loin de réaliser le drame qui entache sa vie puisqu’elle  est  en insuffisance rénale. Tel n’est pas le cas  de sa mère Fatiha dont les traits tirés en disent long sur le calvaire qu’elle endure profondément affectée par la maladie de sa fille. Comme  Douaa, ils sont quelque 3 millions de personnes à souffrir  d’insuffisance rénale chronique, au Maroc. Leur quotidien  est un combat  permanent qu’ils mènent contre la maladie. Pour preuve, les témoignages qui ont fusé  lors de la  conférence de presse organisée par la Société Reins pour la célébration de la Journée mondiale du rein qui a lieu le 13 mars. L’occasion d’informer voire de   sensibiliser le grand public aux enjeux de cette maladie silencieuse et de contribuer à la formation et à l’information sur la dyalise et la transplantation rénale. L’objectif étant également d’aider, autant faire se peut, à l’insertion et la réinsertion des malades tout en mettant en avant les enfants atteints de maladie des reins .
Supporter  une maladie c’est déjà dur, mais ce qui l’est encore plus, c’est de supporter son coût.  Que ce soit les médicaments ou la dyalise, les patients se retrouvent entre l’enclume et le marteau. Cela est d’autant plus vrai quand leurs revenus sont limités.  C’est le cas de Soukaina, âgée de 20 ans qui  souffre d’une maladie rénale. Son cas ne nécessite pas de dyalise. Mais les médicaments qu’on lui a souscrits dépassent de loin ses revenus. D’après elle, il a fallu l’intervention de l’Association Reins qui l’a aidée à renforcer son dossier pour bénéficier d’un remboursement auprès de sa mutuelle. Quant à Mustapha,  22 ans, il vit au rythme des dyalises. Trois  séances par semaine et ce, depuis ses 5 ans. Un quotidien très contraignant d’autant plus qu’il doit débourser   environ 12.000Dh par mois. Ce  qui est hors de ses moyens. Comme lui, ils sont  13000 dyalisés. Ils se dispatchent sur 185 centres publics et privés du Royaume. Cette maladie impacte fortement leur vie active. Le risque de perdre leur travail après le début de la dyalise est très présent  avec un taux de chômage de 40%, sans oublier que le la rentabilité des patients hémodialysés baisserait de 50%. Malheureusement, l’insuffisance rénale évolue de façon insidieuse et sournoise de sorte que,  quand le malade commence à se plaindre de fatigue et de manque d’appétit, il est souvent trop tard.  Face à la maladie qui paralyse les patients, certains sont dans l’obligation de mettre fin à leur vie active, d’où l’intérêt du dépistage et du traitement précoce.
Mustapha peut recourir à une greffe. Sauf qu’au Maroc, cette chirurgie de point nécessite des moyens très élevés qui ne sont pas à la portée de  tout le monde. Pour les patients qui ne bénéficient pas de couverture médicale, ils sont inscrits sur les listes d’attente, espérant qu’ils sevont pris en charge par les associations ou  dans le cadre d’un partenariat public-privé. Toutefois,  mêmes  les patients bénéficiant d’une couverture médicale  sont dans l’obligation d’avancer de l’argent. Résultat : certains d’entre eux abandonnent le traitement avec des conséquences dramatiques pour leur santé. 
Les maladies du rein sont des tueurs silencieux qui affectent la qualité de vie. Il existe cependant plusieurs moyens de réduire le risque de développement d’une maladie rénale comme  garder la forme et être actif, faire un contrôle régulier du taux de sucre dans le sang, surveiller la pression artérielle, manger sainement et garder le poids sous contrôle, maintenir un apport hydrique sain, ne pas fumer et ne pas prendre de médicament sans prescription médicale. 

Meryem Mouttaki (stagiaire)
Vendredi 14 Mars 2014

Lu 1141 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs