Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Triste blacklist




Sebta, Bruxelles, Londres et Anvers …en tête des villes pourvoyeuses de jihadistes

Le Centre pour la lutte contre le terrorisme de l’Académie militaire américaine West Point vient de dresser  la cartographie du jihadisme au sein de l’Union européenne.
Selon cette étude dont la teneur a été relayée par El Mundo, le préside occupé de Sebta, Bruxelles, Londres et Anvers figurent en tête de la liste noire des villes où Daech recrute ses adeptes et ses jihadistes. D’après la même source, celles-ci devancent plusieurs villes françaises comme Paris, Nice ou Toulouse.
Le quotidien «El Pueblo de Ceuta» a écrit hier sur son portail que «Sebta est l’un des principaux points de recrutement des jihadistes en Europe». 
«Les ramifications européennes de Daech, a expliqué El Mundo, qui se chargent d’embrigader des adolescents et des jeunes non nécessairement religieux, s’étendent à l’Allemagne (Dinslaken et Frankfurt), les Pays-Bas (La Haye, Delft), et même en Bosnie-Herzégovine (Zenica et Sarajevo)».
Cette étude est basée sur le suivi de 850 jihadistes étrangers recrutés ces quatre dernières années. Selon la même source, la France, la Belgique, le Royaume-Uni occupent la liste des islamistes recrutés dans 25 pays, alors que l’Espagne arrive à la 7ème place avec 37 jihadistes dont la moitié dans le préside occupé de Sebta. 10% seulement des jihadistes embrigadés par Daech retournent à leur pays d’origine et 90%  sont jetés en prison.
L’étude a, par ailleurs, mis en garde contre le risque des attentats terroristes perpétrés par ces jihadistes comme c’est le cas à Paris et Bruxelles durant les deux dernières années. Et la même source d’ajouter que «la menace des jihadistes ressemble à une hydre plus qu’à un serpent. Les uns s’intègrent dans les réseaux déjà existants (comme celui de Zarkani en Belgique ou l’organisation salafiste «La Vraie religion en Allemagne), alors que d’autres obtiennent un appui logistique et certains finissent par devenir des jihadistes errants. Il faut une coopération internationale pour maintenir la vigilance et éviter tout risque à long terme».
L’étude a aussi mis en exergue le fait que la «religion n’est pas le principal moyen d’embrigader les jihadistes. Seulement 15% des jihadistes étrangers ont une éducation religieuse formelle, deux d’entre eux d’origine britannique ont commandé par Amazon «Le Coran pour les idiots et l’Islam pour les idiots» avant de partir faire le jihad. La même source a également souligné que la majorité des jihadistes ont été influencés par des facteurs culturels et politiques plus que par des raisons religieuses.
Il y a quelques jours, plusieurs portails marocains (Médias 24, Yabiladi) ont relayé les détails d’une étude du Centre pour la lutte contre le terrorisme dans lequel celui-ci a comparé le profil des jihadistes embrigadés par Daech avec ceux qui ont été recrutés par Al-Qaïda.
Cette étude s’est basée sur des documents trouvés par l’armée américaine dans la ville de Sinjar en Irak. Elle comporte des données relatives à 584 recrues d’Al-Qaïda (2006-2007), et des documents comprenant 4.119 dossiers du personnel de l'Etat islamique et des étrangers qui ont rejoint ce groupe sur une période de 47 mois entre 2011-2014, qu'un déserteur a fournis à NBC.
La même source a également affirmé qu’entre 2011 et 2014, Daech a attiré 7 fois plus de Marocains que sous l’ère d’Al-Qaïda en Irak durant la période 2006 et 2007.
 Selon Yabiladi, Casablanca était le plus grand foyer de jihadistes d’Al-Qaïda, avec 65% de combattants marocains (sur les 36 personnes ayant répondu à la question concernant leur ville d’origine). Elle est suivie de la région de Tanger-Tétouan dont étaient originaires huit jihadistes de cette organisation terroriste.
Concernant Daech, le rôle joué par Casablanca a chuté considérablement. Seulement 4,5% (11 individus) des jihadistes de l’EI proviennent de cette ville. Fès est la deuxième plus grande ville du Maroc à figurer en tête en termes de nombre de jihadistes affiliés à Daech (15%, soit 37 jihadistes), alors que la région du Nord arrive à la deuxième  place avec 32 jihadistes originaires de Tétouan et 23 de Tanger.
 

T. Mourad
Mardi 20 Décembre 2016

Lu 1003 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs