Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Transports urbains : Lancement de l’étude de faisabilité d’un bus à haut niveau de service à Agadir




Transports urbains : Lancement de l’étude de faisabilité d’un bus à haut niveau de service à Agadir
Après plusieurs années de collaboration entre la commune urbaine d’Agadir et Nantes Métropole, la coopération franco-marocaine dans le domaine des transports urbains a connu  un nouvel élan avec le lancement  dernièrement de l’étude de faisabilité d’un Bus à haut niveau de service à Agadir. 
En effet, un protocole d’accord  relatif à la réalisation de cette étude a été signé entre la commune urbaine d’Agadir et le Bureau d’études  SCE SAS de Nantes, en présence, notamment, du wali de la région Souss-Massa-Drâa, gouverneur de la préfecture d’Agadir Idaoutanane, du réprésentant de l’ambassade de France au Maroc, de la consule générale de France à Agadir, des membres de la délégation nantaise, de membres du Conseil municipal et de cadres et techniciens de la commune urbaine d’Agadir.  
Le Bus à haut niveau de service (BHNS) est un nouveau concept de transport en commun adapté aux enjeux des villes du XXIème siècle : rapidité, fiabilité ,  sécurité et confort des usagers, sans oublier, bien sûr, la protection de l’environnement. Contrairement aux bus traditionnels, le BHNS dispose, sur la majorité de son parcours, d’une voie de circulation indépendante dotée de son propre système de signalisation lui donnant la priorité aux carrefours, ce qui l’affranchit des aléas du trafic en ville et lui permet une circulation fréquente, rapide et régulière sur l’ensemble de son trajet. Et en plus, l’aménagement de stations et la fourniture de matériel roulant spécifique permettent d’assurer une information en temps réel sur les horaires de passage, une bonne accessibilité aux bus, y compris aux personnes à mobilité réduite, ainsi qu’un  confort et une sécurité accrus pour les voyageurs aussi bien aux arrêts que dans les véhicules. 
Similaires à celles du tramway, mais avec un coût d’investissement et d’exploitation bien moindres, ces performances permettent de remplacer efficacement l’usage de la voiture, et de réduire considérablement les nuisances  liées à ce moyen de transport personnel (bruit, pollution atmosphérique,  embouteillages ). 
La réalisation d’un BHNS dans l’agglomération d’Agadir a été envisagée en 2011 à l’initiative de la commune urbaine d’Agadir, non seulement pour améliorer la circulation dans l’agglomération en désengorgeant le centre ville, mais également pour soutenir le développement et la croissance à long terme de la ville, notamment au sud et à l’est. D’une longueur de 13 km environ, le tracé à l’étude desservirait ainsi les pôles économiques (port, centre ville), le secteur de la ville nouvelle, et le centre universitaire. 
Par ailleurs, des extensions sont envisagées vers les zones à fort développement de Hay Mohammadi et Tikiouine. 
D’une durée de 14 mois et d’un montant global de 1 069 680 €, l’étude de faisabilité de ce projet bénéficie d’un double financement : l’ambassade de France contribue à la mobilisation d’experts issus  de trois sociétés d’ingénierie françaises (SCE, SAFEGE, CERYX) à travers un don de 689 480 € et la commune urbaine d’Agadir se charge, pour sa part, de mobiliser 11 experts issus pour l’essentiel de ses services techniques, de réaliser les campagnes de mesures et d’enquêtes nécessaires au projet, et de faciliter les démarches administratives et logistiques, pour une valorisation globale  de 380 200 €. Elle sera appuyée dans ce sens par les élus et techniciens de l’agglomération  nantaise, qui ont souhaité poursuivre le programme de coopération décentralisée mis en œuvre depuis plusieurs années déjà. 
L’étude de faisabilité se déroulera en deux phases. Les six premiers mois seront consacrés à un diagnostic exhaustif de la situation actuelle des transports à Agadir, à la conception d’ensemble et à la détermination des objectifs opérationnels précis du projet. Les huit mois suivants verront la réalisation des études techniques, socio-économiques, financières, environnementales et institutionnelles qui permettront, avant fin 2013, de présenter le projet aux bailleurs de fonds internationaux, dont la Banque mondiale et l’Agence française de développement, qui ont dores et déjà manifesté un intérêt quant à leur contribution au financement de sa réalisation.

Ils ont dit

Tariq Kabbage, maire de la ville d’Agadir : « Le protocole d’accord que venons de signer aujourd’hui vise la réalisation de l’étude d’un projet de Bus à haut niveau de service concernant un axe structurant en site propre qui va relier le port de pêche à Tikiouine. Ce projet sera réalisé en plusieurs étapes. L’étude vise la faisabilité au niveau de l’axe qui a été choisi, et  qui relie les bassins d’emploi aux lieux de vie. C’est donc  un grand axe structurant qui rentre dans notre vision d’un transport urbain de qualité à haut niveau de service.
Ce projet est d’autant plus d’actualité quand on sait aujourd’hui la crise que vivent les populations au Maroc de façon générale concernant le transport et les déplacements. Donc ça rentre dans notre vision de déplacements qui est une affaire qui concerne en premier lieu les élus.
Cette étude nous permettra donc d’avoir le projet détaillé de ce site aussi bien sur le plan technique que celui de sa fonctionnalité. C’est un travail qui va demander à peu près 14 mois et à l’issue desquels, nous pourrons engager, à ce moment-là, les marchés pour réaliser ce site-là. Nous souhaitons aussi avoir des financements parce que c’est un investissement qui est quand même relativement lourd.
A Nantes, ils appellent ça le  busway, c’est un peu un tramway sur pneus avec, bien sûr, une priorité qui permet de raccourcir les temps de  parcours. »

Marie-Hélène Nedelec, élue en charge de la coopération décentralisée à Nantes Métropole : «Le Bus à haut niveau de service est un projet qui s’inscrit  dans tout un programme qui dure depuis des années.
La coopération dans le domaine des transports entre Nantes Métropole et Agadir  a commencé par des contacts en 2001. Entre 2007 et 2009, il y a eu un travail avec le programme d’appui à la décentralisation avec le PAD d’Agadir.   Et depuis l’année dernière, il y a eu la signature d’une convention entre Agadir et Nantes Métropole sur ce travail à savoir, la création d’une ligne de Bus à haut niveau de service. Et aujourd’hui, nous avons assisté à la signature du protocole d’accord avec SCE  pour lancer toutes les études  qui vont permettre d’aboutir à la mise en œuvre de ce Bus à haut niveau de service.
Il y a eu déjà un travail entre les techniciens de Nantes Métropole, les techniciens de la SEMITAN, qui est la société des transports de l’agglomération nantaise, pour  préparer l’avant-projet. Maintenant tout ça va être affiné par des bureaux d’études spécialisés. Nantes Métropole apporte surtout un appui à la maîtrise d’ouvrage à la commune urbaine d’Agadir, à la fois à travers des techniciens des transports de Nantes Métropole et de la SEMITAN qui vont rester très associés et qui ont créé des liens très forts avec les techniciens d’Agadir.»
 

M’BARK CHBANI
Lundi 25 Juin 2012

Lu 2026 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs