Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tiznit : Le sanglier s’invite chez les scientifiques




Tiznit : Le sanglier s’invite chez les scientifiques
Dans le cadre de la gestion des risques des impacts que peut causer le sanglier sur les pratiques culturales, et conformément aux recommandations du Plan directeur de la chasse initié par le Haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification(HCEFLCD), et notamment celles relatives à la maîtrise des populations de cette espèce sauvage, le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime  et le Haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, ont organisé une rencontre scientifique sur le sujet le mardi 5 juin 2012 à Tiznit, à laquelle ont pris part  des responsables du ministère de tutelle, du Haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, de l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier, ainsi que les élus de la province, les représentants de l’administration locale, des services extérieurs, de la  Fédération de la chasse, des associations de chasseurs, de la Fédération des Chambres d’agriculture, de la Chambre régionale d’agriculture, des agriculteurs, de la société civile, et des gestionnaires de la chasse et des chercheurs marocains et étrangers.
Des exposés sur cette problématique ont été présentés à cette occasion :
- Contexte national: cadre institutionnel et instruments de régulation  par Hassan Mhenna, chef de la division de la cynégétique et de la pêche continentale au HCEFLCLD; écologie, dynamique et comportement du sanglier par le professeur El AYachi Sehar de l’IAV Hassan II; pratiques de chasse et valorisation par le professeur Moulay Youssef Alaoui.
-La régulation de la population de sangliers: impacts sur l’agriculture et mesures de gestion des populations de sangliers.Impact sur l’agriculture : cas du Maroc, témoignages: Fédération nationale des associations provinciales des ayants droit, usagers de l’arganier par Abderrahmane Aït Lhaj; réseau des associations de la réserve de biosphère de l’arganeraie par Abdellah Ahejjam.
- Mesures de gestion des populations de sangliers: L’expérience française par François Klein, Office national de la chasse et de la faune sauvage en France, direction études et recherche  et Michel de Galbert, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts en France;  l’expérience américaine par le professeur Stephen Ditchkoff de Auburn university Alabama aux USA; l’expérience espagnole par le Dr. Antonio Bea, directeur général de Ekos estudios ambientales, S.L.U. en Espagne.
Cette rencontre scientifique a permis aux experts marocains et étrangers d’échanger les données sur l’état actuel de la population de sangliers dans la région du Souss-Massa, les impacts sur les pratiques culturales et les dispositions réglementaires et pratiques en vigueur pour la régulation des  effectifs de cette espèce erratique qui constitue, de l’avis unanime des participants, un véritable fléau. Ces différentes questions ont été abordées selon une vision globale et sur des bases scientifiques.

Ils ont dit

Abdelâadim El Hafi, Haut commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification: Le sanglier constitue une problématique très importante. Il faut savoir que l’administration travaille en concertation avec les populations, et pour les populations. Je pense que ce problème est notre problème à tous face à l’extension de ce fléau et non un problème entre l’administration et les populations. L’administration travaille depuis plusieurs années pour mettre tous les moyens, y  compris l’arsenal juridique, pour faire face à ce fléau. Nous venons de suivre plusieurs exposés et nous avons pu constater que ce fléau est régional. Il existe en France et dans tous les pays. Les dégâts sont considérables. Donc, nous ne sommes pas les seuls face à cette problématique. Je pense que cette rencontre constitue un nouveau départ qui nous permettra d’œuvrer main dans la main».

François Klein, de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage en France, Direction études et recherche : « Il s’agit d’une relation entre un animal et des exploitants agricoles qui existe aussi en France, mais à un niveau différent puisque l’exploitation agricole est organisée différemment en France et ici. Mais la problématique est strictement la même. Et j’ai l’impression de revivre aujourd’hui, ce que j’ai vécu au début de ma carrière où le système d’indemnisation mis en place était tout juste naissant. Ce qu’on a vu aujourd’hui, c’est ce qu’on a vécu à une autre époque. C’est un processus normal à mon sens qui va évoluer vers la clarification d’un certain nombre de points qui ont été évoqués lors de cette rencontre, qui va sans doute évoluer grâce à l’acquisition de connaissances qu’on n’a pas aujourd’hui. Il est clair qu’au sujet des dégâts, il faut bien qu’il y ait un conflit, une incompréhension entre les agriculteurs qui, manifestement, expriment leurs soucis avec beaucoup de cœur et d’énergie, mais c’est leur vie, et une administration qui met en place  un système qui demande à être rodé, etc. Donc ça, c’est un début. Et je pense que c’est le début qu’il faut pour pouvoir évoluer vers un règlement du conflit et la recherche de solutions partagées».

Libé
Vendredi 8 Juin 2012

Lu 1242 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs