Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tirs contre des manifestants opposés à Mohamed Abdelaziz : Climat insurrectionnel à Tindouf




Tirs contre des manifestants opposés à Mohamed Abdelaziz : Climat insurrectionnel à Tindouf
Selon le site polisario-confidentiel.com, plusieurs jeunes manifestants sahraouis qui protestaient jeudi dernier de manière pacifique devant le siège du Front au camp de Rabouni ont été blessés par les troupes de Mohamed Abdelaziz qui ont ouvert le feu sur eux. 
Les blessés ont été transportés à l'hôpital de ce camp où se trouve le QG du Front Polisario, alors que l'état d'urgence a été déclaré, que plusieurs manifestants ont été arrêtés et qu'une alerte générale a été décrétée à l'aéroport de Tindouf. 
Cette recrudescence de la violence dans les camps intervient après des mois de gronde contre le chef du Polisario. Les protestations des jeunes, regroupés dans le cadre d'un mouvement baptisé “Jeunesse révolutionnaire sahraouie”, sont devenues à la fois plus fréquentes et mieux organisées. Elles sont attisées notamment par la pénurie des produits de première nécessité émanant de l'aide humanitaire, dont une grande partie est détournée par la nomenklatura du Polisario.
Dans ce cadre, il convient de rappeler qu'une véritable bataille de clans a été engagée ces derniers temps, au sein des instances dirigeantes du Polisario concernant la gestion de ces aides. L'une des dernières victimes de cette bataille sournoise a été El-Hadj Ahmed Ould Berkalla qui a abandonné son portefeuille de la coopération, un département chargé, entre autres, de la canalisation des subsides étrangers. Berkalla a officiellement, jeté l'éponge pour protester contre l'autoritarisme de Mohamed Abdelaziz et de son épouse qui voulait  garder la haute main sur cette précieuse manne dont elle tire bénéfice.
Par ailleurs, les derniers évènements révèlent l'alliance stratégique que le Polisario est en train de tisser avec les réseaux terroristes actifs dans la région du Sahel. A ce propos, il convient de rappeler la bourde commise ces derniers temps par le soi-disant ministre des AE du Polisario, Mohamed Salem Ould Salek. 
S'exprimant sur l'affaire des trois ex-otages occidentaux retenus par le Mujao avant leur récente libération, ce dernier avait précisé que les dirigeants du mouvement séparatiste « savaient exactement où étaient retenus les otages au Mali … (et que) l'échange d'informations sur l'état de santé des trois coopérants (occidentaux) et leur lieu de détention était permanent ». Ce qui a alimenté les craintes des services de renseignements américains et européens concernant la collaboration entre le Polisario et Aqmi.  A ces craintes, Madrid vient d'ailleurs de donner un contenu concret en évacuant les coopérants espagnols et d'autres nationalités, dont deux Français et un Italien, oeuvrant au Nord du Mali et dans la zone de Tindouf.
Cette décision a été justifiée par le ministre des Affaires étrangères, José Manuel Garcia-Margallo, par l'insécurité croissante qui existe dans la région.
 

Ahmadou El Kattab
Mardi 31 Juillet 2012

Lu 762 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs