Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Snow volleyball: sous les sommets, la plage




Snow volleyball: sous les sommets, la plage
A l’horizon, des sommets enneigés remplacent les flots bleus, et la poudreuse tient lieu de sable fin : le snow volley-ball fait son entrée dans la liste des sports, et il ne manque pas d’ambition. 
Il faut imaginer du beach-volley à 2.000 mètres d’altitude, pratiqué au milieu d’un défilé constant de skieurs par des joueurs portant des crampons de football pour protéger leurs orteils du gel - et des sous-vêtements thermiques sous leurs bermudas et leurs débardeurs.
Il faut encore se représenter une ambiance de vacances à la plage, avec pom-pom girls en liesse et palmiers en pot. Un DJ envoie une grosse poignée de décibels entre chaque point, de la dance music.
Les athlètes servent, sautent, contrent et smashent exactement comme le font tous les joueurs de volley.
Et pour cause: la plupart d’entre eux pratiquent également leur sport le reste de l’année, que ce soit sur les parquets ou à la plage.
Le Snow volleyball tour, dont la station autrichienne de Sankt Anton accueillait début avril la dernière épreuve de la saison, a été organisé pour la première fois en 2009 et affirme petit à petit sa place dans le monde des sports d’hiver.
Le circuit, qui commence en mars, fait étape en Autriche, en Allemagne, en Italie et en Suisse.
 “Nous voulons d’abord devenir un sport officiel dans la région alpine. Et peut-être qu’un jour, nous deviendrons un sport olympique !”, lance Martin Kaswurm, l’un des organisateurs. 
Le ton est souriant, mais l’ambition est bien là. En témoignent les cinquante équipes alignées cette année, et dans lesquelles s’affrontent plusieurs médaillés olympiques et mondiaux.
“C’est dingue de jouer dans ce cadre ! Quelle sensation incroyable de prendre les skis pour se rendre jusqu’au terrain !”, s’exclame l’Allemande Ulrike Pfletschinger, arrivée en finale à Sankt Anton.
Par rapport au beach-volley, explique-t-elle, “la tactique est exactement la même ; on planifie également tout à l’avance, mais les mouvements sont complètement différents. On glisse énormément et c’est difficile de freiner, donc on ne saute pas aussi haut. C’est compliqué, mais c’est super !”
Le spectacle est assuré et le public suit. D’après les organisateurs, le Snow volleyball tour a attiré 15.000 spectateurs cette année.
Parmi eux, Kristine Kindler, une touriste allemande, prédit un bel avenir à ce nouveau sport qu’elle compare au ski halfpipe et au surf des neiges, deux disciplines devenues olympiques.
En attendant d’atteindre de tels sommets, le snow volley-ball fait déjà figure de bon entraînement d’hiver pour les beach-volleyeurs. 

AFP
Vendredi 18 Avril 2014

Lu 79 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs