Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sissi choisit la stabilité de l’Egypte plutôt que les libertés

Pas de démocratie avant 25 ans, selon le Raiss




Sissi choisit la stabilité de l’Egypte   plutôt que les libertés
 
 
 
 
Abdel Fattah al-Sissi, ultra-favori de la présidentielle après avoir destitué l'islamiste Mohamed Morsi, a fait de la stabilité sa priorité, prêt à l'obtenir aux dépends des libertés, insistant sur le fait qu'il faudra des décennies à l'Egypte pour devenir une démocratie.
 Trois ans après une révolte populaire réclamant "la justice sociale" et "la dignité" des citoyens qui a mis fin à trois décennies de pouvoir autoritaire, l'ex-chef de l'armée a expliqué cette semaine à des journalistes égyptiens triés sur le volet que "parler de démocratie" ne devait pas primer sur la "sécurité nationale" et le redressement de l'économie en ruines.
 "Vous écrivez dans vos journaux +aucune voix n'est au-dessus de la liberté d'expression+. Mais qu'est-ce que ça veut dire? Quel touriste viendrait dans un pays où il y a de telles manifestations ? Vous avez oublié que des millions de gens ont perdu leur gagne-pain à cause des manifestations ?", a-t-il lancé, après une longue diatribe sur les forces de l'ordre, qui font face à des attaques désormais quasi-quotidiennes et répriment dans le sang les manifestations de l'opposition, notamment pro-Morsi.
 Depuis la destitution début juillet du seul chef d'Etat jamais élu démocratiquement d'Egypte, "le nombre de télévisions fermées, de journalistes emprisonnés, de détenus politiques incarcérés est sans précédent", estime Oussama Diab, chercheur associé à l'influente ONG Initiative égyptienne pour les droits de la personne (EIPR).
 En dix mois, plus de 1.400 personnes, en majorité des manifestants pro-Morsi, ont été tuées et quelque 15.000 emprisonnées, tandis que des centaines ont écopé de la peine capitale à l'issue de procès expéditifs, et qu'une loi récemment promulguée restreint drastiquement le droit de manifester.
Toutes ces mesures --dénoncées par la communauté internationale-- valent au maréchal à la retraite une importante popularité, entretenue par des médias unanimement hostiles aux supporters islamistes de M. Morsi et partisans de l'action de l'armée. M. Sissi est donné grand vainqueur face à son seul adversaire, le leader de gauche Hamdeen Sabbahi, lors de la présidentielle des 26 et 27 mai.
Selon des extraits de la rencontre avec les journalistes diffusés par une télévision privée, M. Sissi a conseillé aux chefs des principaux médias du pays, lorsqu'ils ont "une information ou un sujet" d'en parler "à l'oreille d'un responsable, plutôt que d'aller l'exposer en plein jour".
Donnant aux journalistes son avis sur la démocratie en Egypte, M. Sissi a estimé que compte tenu des spécificités du pays, incomparable selon lui aux "démocraties occidentales", il faudrait "20 à 25 ans pour instaurer une véritable démocratie", sans toutefois préciser ce qu'il entendait par "démocratie", ni pourquoi cette durée spécifique.

Lundi 12 Mai 2014

Lu 93 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs