Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Signature d’un accord pour la formation d’un nouveau gouvernement

La gauche revient aux commandes en Islande




Deux partis de gauche islandais ont conclu samedi un accord pour la formation d’un gouvernement qui remplacera la coalition sortante de centre-droit, démissionnaire, a annoncé le responsable d’un de ces partis.
“Maintenant, c’est clair. D’ici demain nous devrions avoir un nouveau gouvernement”, a déclaré à la presse à Reykjavik le chef du parti Gauche-Verts Steingrimur Sigfusson. Cette annonce intervient après cinq jours de négociations entre le parti social-démocrate et le parti Gauche-Verts pour former une nouvelle coalition de gouvernement, après la démission le 26 janvier du gouvernement de coalition de centre-droit du Premier ministre Geir Haarde.
Le leader du Parti du progrès (centre) Sigmundur Gunnlaugsson a déclaré à la presse samedi soir que son parti avait accepté le principe d’apporter son soutien à la nouvelle coalition qui est minoritaire au parlement.
“Les membres du parti du Progrès au parlement sont parvenus à la conclusion que nous défendrons le gouvernement en cas de vote de défiance”, a-t-il expliqué, soulignant toutefois que son parti ne voterait pas sur tous les sujets avec la coalition.
Le nouveau gouvernement devrait être présenté dimanche aux environs de 12H00 GMT et recevoir l’approbation du président Olafur Ragnar Grimsson plus tard dans l’après-midi, a poursuivi M. Sigfusson.
La sociale-démocrate Johanna Sigurdardottir, 66 ans, pourrait être nommée Premier ministre. Elle était ministre des Affaires sociales dans le gouvernement sortant et son expérience est reconnue.
Ce nouveau gouvernement devrait être en place pour une courte période car M. Haarde a évoqué, avant sa démission, des élections anticipées pour le 9 mai alors que la gauche propose, elle, le 25 avril, selon M. Sigfusson.
Les Islandais qui par milliers ont perdu leur épargne et leur emploi depuis octobre, tiennent le Premier ministre sortant Geir Haarde (centre-droit) pour responsable de la crise qui a mis l’île au bord du gouffre, forçant Reykjavik à prendre le contrôle des grandes banques tandis que la monnaie s’effondrait.
Comme chaque samedi depuis octobre, les manifestants —environ 1.500— se sont rassemblés devant le Parlement à Reykjavik mais cette fois pour célébrer “leur victoire” après avoir obtenu au terme de trois mois de protestations la démission du gouvernement.

AFP
Lundi 2 Février 2009

Lu 179 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs