Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Seule contre tous




Désolé pour tous ces confrères qui ont noirci des pages et des pages, accouchant de quelque chose comme trente-six mille gouvernements, surtout qu’un collectif de lecteurs abusés se serait formé pour exiger d’être indemnisé pour tous ces dirhams perdus et pour pas grand-chose. Là, après un long mois d’attente, on a enfin quelque chose à nous mettre sous la dent, bien que la couleuvre soit, pour ainsi dire, dure à avaler.
Ceux qui prédisaient  un chamboulement du paysage politique national à travers la structure et la composition du cabinet Benkirane en ont eu pour leurs frais.
Plutôt que de surprise, c’est de grosse déception qu’il s’agit.
A la lumière de la nouvelle Constitution, de la présence féminine sous la Coupole et à de grands postes de responsabilité, on s’attendait à ce que le nouveau gouvernement aille dans le sens d’une parité voulue,  en principe, par tous et qui, de ce fait, doit couler de source. Mais, voilà qu’on nous a servi la nomination d’une dame, une seule, d’un côté, et de l’autre, une bonne trentaine de mecs. Elle les vaudrait tous, la brave Bassima, serait-on tenté de dire. Un état de fait, là aussi, qui vient confirmer une donne indiscutable. Dans ce cher pays qui est le nôtre, la femme évolue à une vitesse qui est tout autre que celle de l’homme qui se trouve acculé à s’accrocher pour suivre. A s’accrocher aussi, et surtout,  à ses prérogatives ancestrales. Des machos purs et durs, ces responsables politiques marocains qui n’ont pas trouvé meilleur critère pour justifier cette aberration que d’évoquer une soi-disant compétence. Celle-ci serait donc exclusivement masculine.
A les en croire, il n’y aurait pas de femmes compétentes au sein du séculaire Istiqlal, ni chez les camarades du PPS, qui avaient pourtant promis une meilleure entrée en matière. Sans parler du MP que l’on a toujours du mal à situer.
Et comme par hasard, ce sont les très conservateurs du PJD qui ont glissé une femme au milieu de onze autres ministres hommes.
Mais la preuve qu’il y a de la préméditation dans l’air et surtout d’indécrottables préjugés dans les esprits mâles, c’est que Madame Bassima Hakaoui se voit flanquer du ministère de la Famille et de la Femme. Un travail de femme, donc comme par fatalité.
On comprend l’indignation de tous ces mouvements féministes marocains.
La présence de la ministre PJD, féministe elle aussi, serait faite pour les consoler, sauf qu’il s’agit d’une féministe version  « halal ».
N’a-t-elle pas déclaré sans ciller ni sourciller qu’elle est pour la polygamie et pour le mariage des mineures? Osons espérer qu’elle va revoir tout cela. Responsabilité oblige.

Mohamed BENARBIA
Jeudi 5 Janvier 2012

Lu 2891 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs