Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Série d’attentats dans le Sinaï

Un soldat et un policier tués




Série d’attentats dans le Sinaï
Trois attentats ont tué un soldat et un policier vendredi en Egypte, à la veille de l'ouverture de la campagne pour la présidentielle que l'ex-chef de l'armée, artisan de la chute du président islamiste Mohamed Morsi, est sûr de remporter.
 Les forces de l'ordre en Egypte sont la cible d'une vague d'attentats revendiqués par des groupes jihadistes disant agir en représailles à la sanglante répression qui s'est abattue sur les partisans de M. Morsi depuis qu'il a été destitué et arrêté par l'armée le 3 juillet 2013.
Dans la péninsule du Sinaï, bastion de ces groupes d'insurgés, un kamikaze a fait exploser sa bombe à un poste de contrôle routier de la police et de l'armée à Al-Tour, chef-lieu de la province du Sud-Sinaï et de ses stations balnéaires de la Mer Rouge, dont l'emblématique Charm-el-Cheikh.
 Un soldat a été tué et six policiers blessés.
 Quasiment au même moment, cinq ouvriers égyptiens ont été blessés par un autre attentat suicide contre un bus sur une route voisine, selon le ministère de l'Intérieur.
 Un peu plus tard au Caire, un engin explosif caché dans le boîtier d'un feu de signalisation a tué un policier et en a blessé quatre autres, dont un officier, selon le ministère.
 Depuis juillet, ces attaques ont fait quelque 500 morts parmi les forces de sécurité, assure le gouvernement intérimaire mis en place le 3 juillet par le général Abdel Fattah al-Sissi juste après l'annonce de l'arrestation de M. Morsi, premier président égyptien élu démocratiquement.
 Devenu maréchal, puis candidat à l'élection présidentielle des 26 et 27 mai, M. Sissi est le véritable homme fort de l'Egypte et jouit d'une très grande popularité au sein d'une population excédée par trois années de chaos depuis la révolte qui a provoqué la chute du régime de Hosni Moubarak début 2011.
 Quelques jours avant la destitution de M. Morsi, des millions d'Egyptiens étaient descendus dans la rue pour réclamer le départ d'un chef de l'Etat accusé de mal gouverner et de vouloir accaparer tous les pouvoirs au profit de sa confrérie islamiste, les Frères musulmans.
Depuis le coup de force des militaires, soldats et policiers ont tué plus de 1.400 manifestants pro-Morsi --dont quelque 700 au Caire dans la seule journée du 14 août-, et plus de 15.000 de ses partisans ont été emprisonnés, selon des ONG.
 De plus, des tribunaux ont récemment prononcé de manière expéditive des centaines de peines de mort contre des islamistes présumés dans ce que l'ONU a dénoncé comme des "procès de masse sans précédent dans l'Histoire récente" du monde.
 Et même si les attentats contre les forces de l'ordre ont été revendiqués par des mouvements jihadistes, le gouvernement considère les Frères musulmans, vainqueurs de toutes les élections depuis début 2011, comme responsables de ces attaques et a décrété la confrérie "organisation terroriste".

Samedi 3 Mai 2014

Lu 819 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs