Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Selon Bank Al-Maghrib : La résilience de l’économie nationale tirée par la demande intérieure




Selon Bank Al-Maghrib : La résilience de l’économie nationale tirée par la demande intérieure
Après s’être longtemps fait désirer, le rapport de Bank est finalement là. En effet,  Sa Majesté le Roi Mohammed VI a reçu, jeudi dernier, au Palais Royal à Casablanca, Abdellatif Jouahri, wali Bank Al-Maghrib, qui a présenté au Souverain le rapport de son institution sur la situation économique, monétaire et financière au titre de l’année 2011. Comme à l’accoutumée, le rapport de la BAM a été clair et net en mettant en exergue l’impact négatif de la progression des dépenses courantes sur les finances publiques. Cet impact s’est traduit par une augmentation du déficit de l’ordre de 7% malgré une hausse des recettes fiscales.  
Mais en dépit de la détérioration du déficit de la balance des opérations courantes qui a engendré une nouvelle rétraction de réserves de change, l’économie a tablé sur des résultats positifs grâce à la vigueur de la demande intérieure qui a permis à l’économie nationale de résister aux effets d’une conjoncture extérieure difficile.  Sur ce point, le rapport souligne que les défis considérables auxquels notre économie est confrontée requièrent la consolidation des efforts pour en accroître la compétitivité et réduire la dépendance vis-à-vis de la demande intérieure.
Pour ce qui est du produit intérieur brut (PIB), le rapport indique qu’il a connu une croissance de 5% grâce aux bonnes performances du secteur agricole et l’augmentation significative de la valeur ajoutée des activités non agricoles. Il ajoute que, dans ces conditions, l’inflation était restée maîtrisée, en se stabilisant à 0,9% malgré le renchérissement des prix internationaux des matières premières et à la faveur de la poursuite de la politique de soutien des prix.
Concernant l’emploi, le rapport rappelle que le taux d’activité a poursuivi sa tendance baissière pour se situer à 49,2% au lieu de 49,6% une année auparavant. Le marché du travail a ainsi connu la création nette de 74.000 postes rémunérés, le secteur tertiaire et le BTP ayant été les principaux pourvoyeurs d’emploi. Pour les autres branches d’activité, les pertes  se sont élevées à 40.000 postes de travail rémunérés, l’industrie et l’artisanat ayant subi une véritable bérézina puisqu’ils ont perdu à eux seuls 31.000 postes.
Pour sa part, l’auto-emploi  a connu une progression de 1,1 point de pourcentage pour s’établir à 43,4%, après avoir augmenté de 0,5 point de pourcentage à 42,3% en 2010.
Pour sa part, l’indice de la productivité apparente du travail a poursuivi sa tendance haussière observée depuis quelque temps marquant une augmentation de 2,9% contre 3,1% en 2010.
Concernant les résultats de l’économie nationale en 2011, la Banque centrale précise que ceux-ci sont à mettre à l’actif des réformes structurelles entreprises au cours des deux dernières décennies et de l’adoption d’une politique de gestion macro-économique prudente.

MOHAMMED TALEB
Samedi 11 Août 2012

Lu 876 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs