Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Scrutin à faible participation et dans un climat de violences en Libye

L’avocate et militante des droits de l'Homme Salwa Bougaighis abattue chez elle




Scrutin à faible participation et dans un climat de violences en Libye
Les Libyens ont été peu nombreux à se rendre aux urnes mercredi pour élire un nouveau Parlement dans un pays plongé dans le chaos trois ans après la chute de Mouammar Kadhafi et dont la seconde ville, Benghazi, a de nouveau été le théâtre d'affrontements sanglants dans la journée. A la fermeture des bureaux de vote, 630.000 électeurs seulement, soit moins de la moitié des 1,5 million d'inscrits, avaient rempli leur devoir électoral, a annoncé la commission électorale. En 2012, lors des premières élections libres organisées en plus de quarante ans en Libye, 2,8 millions d'électeurs étaient inscrits.  Les autorités électorales ont durci depuis les règles d'enregistrement en demandant aux électeurs de présenter un numéro national d'identification. L'insécurité n'a pas davantage incité les Libyens à prendre part au processus électoral. A Benghazi, berceau du soulèvement en 2011, de fortes explosions ont retenti mercredi alors que selon des habitants, un avion de chasse a ouvert le feu sur un quartier dans lequel islamistes et miliciens de l'ancien général Khalifa Haftar s'affrontent quasi quotidiennement. De sources médicales, on indique que quatre personnes au moins ont trouvé la mort dans ces combats. Toujours à Benghazi, des inconnus ont fait irruption chez Salwa Bougaighis, avocate et militante de longue date des droits de l'Homme, et l'ont abattue. Des bureaux de vote sont restés fermés pour des raisons de sécurité à Derna, bastion islamiste dans l'est du pays, mais aussi à Koufra, dans le Sud-Est où ont régulièrement lieu des affrontements tribaux, et à Sabha, grande oasis du Sud, ont rapporté les autorités. Par conséquent, une quinzaine de sièges - sur 200 - pourraient rester vacants dans la future assemblée, selon le président de la commission électorale, Emad al Sayeh. Les résultats complets ne sont pas attendus avant la fin de la semaine. Les Libyens étaient appelés à élire leur Chambre des représentants qui  remplacera le Congrès général national (CGN) dont le nom est associé par une grande partie des électeurs à l'impasse actuelle. Le pays a cruellement besoin d'un gouvernement et d'un Parlement qui fonctionnent et qui imposent leur autorité sur les anciens rebelles, les milices et les tribus, qui ont participé au renversement de Mouammar Kadhafi mais défient désormais l'autorité de l'Etat et se constituent des bastions.
Les alliés occidentaux de la Libye espèrent que ces élections permettront de reconstruire un Etat viable et réduiront les divisions entre les régions de l'Ouest, que Kadhafi favorisait, et l'Est négligé dont une grande partie de la population réclame l'autonomie et un meilleur partage de la manne pétrolière. Quelque 1.600 candidats se présentaient, soit un millier de moins que lors de l'élection du CGN en 2012. Compte tenu du très court laps de temps depuis l'annonce du scrutin, ils n'ont pas vraiment eu le temps de faire campagne.  

Reuters
Vendredi 27 Juin 2014

Lu 111 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs