Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sarkozy désormais libéré de l'affaire Bettencourt

Un proche de l’ancien président dans le collimateur de la justice




Sarkozy désormais libéré de l'affaire Bettencourt

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été définitivement libéré lundi de l'affaire Bettencourt, en bénéficiant d'un non-lieu, alors qu'il était mis en examen depuis mars pour abus de faiblesse, une décision dont il s'est réjoui sur sa page Facebook.
Son ex-ministre et trésorier de campagne Eric Woerth, est renvoyé devant le tribunal correctionnel, ainsi que neuf autres personnes.
Les juges Jean-Michel Gentil, Cécile Ramonatxo et Valérie Noël avaient mis en examen Nicolas Sarkozy le 21 mars, sous le soupçon d'avoir profité de la faiblesse psychique de Liliane Bettencourt, avérée depuis septembre 2006, pour se faire remettre de l'argent destiné à financer sa campagne électorale de 2007.
A l'appui des soupçons, notamment, une ou deux visites du futur président au domicile de la milliardaire début 2007.
Mais ces éléments ne font pas une preuve. L'ensemble des protagonistes du dossier avaient estimé depuis que les charges pesant sur M. Sarkozy étaient trop faibles pour le renvoyer devant un tribunal.
Par ailleurs, le député-maire UMP de  Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, un ami de l'ex-président Nicolas Sarkozy, est de nouveau dans le collimateur de la justice, qui le soupçonne d'avoir utilisé des policiers municipaux pour son compte.
La police a effectué une perquisition il y a quelques jours dans sa mairie dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Nanterre pour détournement de fonds publics, a-t-on appris auprès de sources policières, qui ont confirmé des informations de i<Télé et de l'hebdomadaire Le Point.
Ils ont notamment fouillé le planning des congés des policiers municipaux, précise-t-on de mêmes sources.
Selon i<Télé, l'un d'eux a servi de chauffeur à Patrick Balkany lors de vacances sur l'île de Saint-Martin, aux Antilles, et les enquêteurs cherchent à savoir si son séjour a été payé par le député-maire sur ses deniers ou avec l'argent de ses administrés. Ils auraient aussi découvert que l'élu avait payé ses billets d'avion en liquide.
Dans un communiqué publié sur son compte twitter, l'élu réplique qu'un policier municipal est, "en toute légalité et conformité administrative, détaché au cabinet du maire pour assurer les fonctions de chauffeur de sécurité".
"Lors de ses vacances, je l'ai invité une fois, bien entendu sur mes deniers personnels, dans une maison louée à Saint-Martin", ajoute Patrick Balkany.
L'enquête préliminaire a été ouverte en mai 2012 par le parquet de Nanterre à la suite d'une lettre anonyme dénonçant des appels téléphoniques enregistrés à l'insu des agents, précise i<Télé sur son site internet.
Patrick Balkany a déjà été condamné à 15 mois de prison avec sursis et deux ans d'inéligibilité pour une affaire comparable, l'utilisation d'employés municipaux entre 1985 et 1995 chez lui et dans sa résidence secondaire. Ce proche de Nicolas Sarkozy n'en a pas moins été réélu en 2001.

REUTERS
Mercredi 9 Octobre 2013

Lu 158 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs