Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ronaldo reçoit l'appui du Real face aux Football Leaks




Ronaldo reçoit l'appui du Real face aux Football Leaks
Un peu de baume au coeur pour Cristiano Ronaldo: éclaboussé par un vaste scandale d'évasion fiscale présumée, l'attaquant portugais a reçu mardi soir le soutien de son club, le Real Madrid, qui a exigé du "respect" pour un joueur "exemplaire".
Cela n'éclaircit pas sa situation fiscale mais cela calme un peu le jeu autour du triple Ballon d'Or, grand favori pour décrocher un quatrième trophée lundi prochain.
Le Real, muet sur la question depuis l'éclatement du scandale "Football Leaks" vendredi, a fini par prendre position en faveur de sa star dans un court communiqué publié juste avant minuit, juste à l'heure pour les émissions nocturnes de débats sportifs ("tertulias"), très suivies en Espagne.
"Le Real Madrid exige le plus grand respect pour un joueur comme Cristiano Ronaldo", a écrit le club champion d'Europe en titre. "Son comportement a été absolument exemplaire durant toute sa trajectoire dans notre club" depuis 2009, a ajouté le Real.
Selon les informations diffusées vendredi par douze médias européens, Ronaldo est accusé d'avoir "dissimulé 150 millions d'euros dans les paradis fiscaux, grâce à des montages offshore passant par la Suisse et les Iles vierges britanniques".
Les documents exploités par un consortium de médias, l'"European Investigative Collaborations" (EIC), montreraient comment Ronaldo "a encaissé, en toute discrétion, un total de 149,5 millions d'euros de revenus de sponsoring dans des paradis fiscaux ces sept dernières années". Sur ces droits d'image, "l'attaquant n'a payé que 5,6 millions d'euros d'impôts. Soit à peine 4%, et sans être poursuivi pénalement", a affirmé l'EIC.
Samedi, le secrétaire d'Etat espagnol au Budget a annoncé que le Trésor public était prêt à "réaliser les inspections opportunes" pour éclaircir la situation fiscale de Cristiano Ronaldo.
L'attaquant s'est défendu avec la publication samedi soir d'un certificat du Trésor public espagnol, selon lequel il serait à jour de ses obligations vis-à-vis du fisc.
Le Real a précisé s'exprimer en ayant pris connaissance de ces informations de presse et de ce certificat.
Quelques heures avant le communiqué du club, le capitaine du Real Sergio Ramos avait pour sa part estimé en conférence de presse que ces révélations visaient à nuire à l'équipe entraînée par Zinédine Zidane.
"Il y a sans doute du vrai et du faux, on essaie de déstabiliser le groupe au moment où nous sommes au mieux. Mais je ne crois pas que cela aura la moindre importance sur le groupe", a déclaré le défenseur espagnol à la veille d'un choc de Ligue des champions contre Dortmund devant avoir lieu mercredi soir.
Outre Ronaldo, d'autres personnalités du monde du football apparaissent dans l'enquête "Football Leaks", comme l'entraîneur José Mourinho ou certains joueurs du Real Madrid comme le Croate Luka Modric ou les Portugais Fabio Coentrao ou Pepe.
Mardi soir, Pepe a diffusé sur son compte Instagram la copie d'une déclaration fiscale complémentaire datée de 2015. Le défenseur international affirme lui aussi "être à jour de (ses) obligations fiscales" après avoir "régularisé" sa situation de sa propre initiative auprès du fisc espagnol.
Les révélations de "Football Leaks" sont un nouvel épisode du bras de fer entre les stars du sport et les autorités fiscales, en particulier en Espagne.
La justice espagnole a notamment condamné en juillet dernier la star du FC Barcelone Lionel Messi à 21 mois d'emprisonnement pour une fraude estimée à 4,16 millions d'euros, sur les revenus tirés de ses droits à l'image, via un complexe montage de sociétés.
L'Argentin, qui a fait appel, avait été lui aussi défendu par le Barça, qui avait à l'époque lancé une campagne sur internet baptisée "Nous sommes tous Messi".

Pédophilie, le scandale de trop

Des affaires de pédophilie dans le football vont éclater ailleurs qu'en Angleterre, actuellement en plein scandale, a estimé David Dein, ancien vice-président de la Fédération anglaise (FA), mardi à Doha.
"Je ne pense pas que nous soyons arrivés au bout de cette histoire", a déclaré David Dein, également ancien vice-président du club anglais d'Arsenal, en marge du Soccerex Asian Forum à Doha, un forum sur l'industrie du football en Asie.
"Outre l'Angleterre, cela va toucher d'autres pays, c'est certain, c'est certain", a-t-il répété, sans préciser ses accusations et en assurant n'avoir jamais entendu parler du sujet quand il était à la Fédération.
L'Angleterre est depuis la mi-novembre au coeur d'un scandale de pédophilie dans le monde du football.

Jeudi 8 Décembre 2016

Lu 603 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs