Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Revue de presse du vendredi 07 août 2015


Voici les principaux titres développés par les quotidiens publiés vendredi 07 août 2015



*L'Opinion.:

- Le secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, Hamid Chabat a affirmé mercredi que le gouvernement a manqué le rendez-vous avec les prochaines échéances électorales et n'a pas su les gérer convenablement. L'exécutif a aussi échoué dans la gestion de tous les dossiers d'ordre économique, social, culturel ou humanitaire, a-t-il noté. Chabat a, d'autre part, souligné que son parti a pu mettre à nu l'incurie, l'impéritie et la gestion calamiteuse du gouvernement, outre l'incapacité de son chef à assumer ses prérogatives constitutionnelles, qualifiant les mesures qu'il a prises de "catastrophiques" pour l'économie nationale et le pouvoir d'achat des citoyens. Le patron du parti de la balance a rappelé que le PJD qui, hier encore proclamait son attachement à la religion et à la morale et sa farouche hostilité à la corruption électorale, ne s'embarrasse plus d'éthique, des notables et autres créatures électorales perverses, ouvrant grandes ses portes aux trafiquants, aux repris de justice et aux délinquants recherchés par la justice.

- Le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) prend part, en tant qu'invité d'honneur, au 1er Forum national sur les droits de l'Homme qui s'est ouvert, mardi, dans la capitale camerounaise, Yaoundé, à l'initiative du Réseau camerounais des organisations des droits de l'Homme. La délégation du CNDH doit présenter "l'expérience marocaine sur des thématiques précises et échangera avec les acteurs camerounais de promotion et de protection des droits de l'Homme sur des stratégies de renforcement de la collaboration", indique un communiqué des organisateurs. Ce forum se veut "un espace d'échange, de renforcement des capacités et d'accompagnement en matière des droits de l'Homme au Cameroun".

*Le Matin.:

- Les élections professionnelles prévues aujourd'hui constituent un tournant majeur dans le processus de mise en œuvre de la régionalisation avancée. Elles constituent aussi un préalable à l'élection des représentants des chambres professionnelles à la Chambre des conseillers. Selon le président de la Fédération des chambres de commerce, d'industrie et de services, Driss Haouat, le défi auquel font face les chambres et associations professionnelles est la mise en œuvre des dispositions réglementaires et l'accomplissement des missions dévolues à ces instances conformément à leur nouveau cadre législatif adopté récemment. Haouat souligne que les centres d'intérêt de plusieurs élus se trouvent tiraillés entre les engagements liés à leur appartenance politique et leur devoir de défendre les intérêts des professionnels. 

- Le marché suivait hier avec inquiétude les derniers développements de l'arrêt de certaines unités de production de la Société anonyme marocaine de l'industrie du raffinage (Samir). L'unique raffineur du Royaume, dont le titre a été suspendu de la cotation hier à la Bourse de Casablanca, connaît en effet de grandes difficultés. Mercredi, le raffineur a annoncé un "retard de l'approvisionnement" en pétrole brut de la raffinerie de Mohammedia. "Ce retard entraînera l'arrêt de certaines unités de production", a annoncé le raffineur. Pour rappel, l'entreprise a enregistré l'année dernière une perte record de 3,5 milliards de DH, à cause de la dépréciation de ses stocks et la chute des prix du pétrole à l'international.

*Libération.:


- Mohamed Najib Boulif veut rendre la vie plus dure aux candidats à l'obtention du permis de conduire. Le ministre délégué chargé du transport compte prolonger la durée de formation de six mois, voire plus, et d'y inclure le secourisme et les premiers soins, a-t-il indiqué à l'occasion du lancement d'une campagne de sensibilisation destinée aux MRE. Pourtant cette annonce n'a rien de nouveau. Le ministre a, en effet, déclaré, il y a un mois, que les différents tests de conduire devront se faire dans les règles de l'art et que l'administration prendra le temps qu'il faudra pour s'assurer que le candidat est véritablement apte à conduire.

- Un total de 246.638 passagers ont transité par l'aéroport international de Nador-Laroui durant le premier semestre 2015, contre 252.996 durant la même période de l'année dernière, soit une baisse de 2,51 %. Ce total est réparti entre 124.985 arrivées et 121.653 départs, contre respectivement 125.763 et 127.323 durant la même période de l'année 2014, selon des statistiques de l'Office national des aéroports (ONDA). Le trafic des passagers à l'Aéroport Fès-Saïss a enregistré une augmentation de 8,47 % durant le premier semestre de l'année 2015 en comparaison avec la même période de l'année d'avant. Quelque 418.591 voyageurs ont transité par l'Aéroport Fès-Saïss au cours des six premiers mois de l'année en cours, contre 385.915 passagers durant la même période de l'année écoulée, précise l'Office.

*L'Economiste.:

- Le projet de la circulaire sur l'encaissement des primes d'assurance et le paiement des sinistres n'en finit pas de secouer la profession, surtout les intermédiaires. Le texte touche un sujet explosif, et pourrait, à son entrée en vigueur en mars 2016, bousculer de "mauvaises" habitudes bien installées sur le marché.

- Le montant des projets d'investissement validés par le Centre régional d'investissement de l'Oriental a triplé durant le 1er semestre 2015 (en comparaison avec la même période de 2014). Il est passé de 1,05 milliard de DH à 2,89 milliards de DH. Une performance due aux nouveaux outils d'attractivité territoriale mis en place. Ainsi, le Centre a instruit 164 projets d'investissement pour un montant de 5,75 milliards de DH.

*Aujourd'hui le Maroc.:


- Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar a annoncé mercredi que 70% des consultas connaîtront un mouvement lors des prochains jours. Des missions d'audit seront dépêchées au cours de la semaine pour tenter de remettre les choses dans l'ordre. ceci permettra, selon Mezouar, d'évaluer le rendement des fonctionnaires consulaires et agents locaux sur la base des critères de compétence, de transparence et de dévouement au service de la communauté marocaine résidant à l'étranger.

- Quelque 120.430 véhicules à avoir transité vers le Maroc à travers le port Tanger Med passagers. Ces flux est en croissance de 11% par rapport à l'année dernière. Depuis le démarrage de l'opération Marhaba, 450.800 MRE ont regagné le Maroc depuis le port. L'autorité portuaire de Tanger med a recensé sur la période allant du 5 juin au 31 juillet 2015 une hausse de 20% comparée à la même période de l'année précédente.

*Assabah.:

- Des notaires "modernes" ont exprimé leur rejet catégorique du projet de loi 16-03 qui attribuera à l'adoul la qualité de notaire. Ces notaires jugent que ce texte comporte un risque juridique grave qui menace le secteur du notariat au Maroc et nuit aux droits financiers et légaux du citoyen. Les protestataires ont souligné la nécessité de revoir les amendements proposés à certains articles du plan de la justice annoncés par les adouls, tels que des amendements ayant fait l'objet d'accord avec le ministère de la justice et qui risquent de provoquer une équivoque dans les esprits des citoyens et une confusion entre la profession d'adoul et celle des notaires modernes.

- Le secrétaire général du PJD Abdelilah Benkirane supprime Boulif des listes des candidats du parti aux élections régionales de Tanger-Tétouan. Lors d'une réunion du secrétariat général du parti, tenue mardi, des dirigeants avaient défendu Boulif pour qu'il soit candidat tête de liste dans ces élections, mais Benkirane a refusé de l'investir pour des raisons qu'il n'avait pas révélées.

*Al Alam.:


- Le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane étouffe le plan national de lutte contre la corruption. La commission censée dévoiler les contenus de ce plan ne s'est pas réunie depuis trois mois, dans un silence suspect du chef du gouvernement. En janvier dernier, les membres de cette commission composée d'acteurs civils et de représentants du secteur privé avaient demandé au chef du gouvernement d'exhorter le ministre chargé de la fonction publique et de la modernisation de l'administration, Mohamed Moubdii, à réviser la première version du projet et la mettre au jour sans plus tarder.



*Al Haraka.:

- Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, a affirmé mercredi que son département adoptera une politique de fermeté et de tolérance zéro à l'égard de tout excès commis à l'encontre des Marocains résidant à l'étranger (MRE) dans les consulats du Royaume. Il a précisé, dans une déclaration à la presse, que le ministère émettra, dans le cadre d'une batterie de mesures prises en application des Hautes Instructions Royales, "une circulaire instituant une politique de fermeté et de tolérance zéro à l'égard de tous les cas de mauvais traitement avérés, de non-respect de la dignité des Marocains résidant à l'étranger, de violation de la déontologie du métier ou d'adhésion à des activités politiques.

*Al Bayane:.

- Le stock national de sang est actuellement de 9.388 poches de sang, ce qui correspond à dix jours de consommation, a affirmé le directeur du Centre national de transfusion sanguine (CNTS) Mohamed Benajiba, précisant que le nombre de dons au niveau national a atteint 135.000 au premier semestre 2015. Le déficit accusé est de 35.000 par rapport à l'objectif fixé, a-t-il dit, soulignant que le centre national de transfusion sanguine a fixé des objectifs pour atteindre 340.000 poches au niveau national à fin 2015.

- Après quatre mois consécutifs de baisse, la Bourse des Valeurs de Casablanca (BVC) parvient à se remettre à flot durant le mois écoulé, portant la variation annuelle de son indice général au-dessus du seuil de 1,20 %, contre -0,43 pc à fin juin 2015. En effet, le marché boursier casablancais arrive à sortir de sa torpeur pour clôturer le septième mois de l'année sur une hausse respectable de 1,69 % de son indice global, Masi, qui s'est établi à 9.740,01 points, à l'instar du Madex, indice compact composé des valeurs cotées au continu, en appréciation de 1,86 pc à 7.983,10 points. Selon les analystes du Crédit du Maroc Capital (CDMC), la BVC a réussi à rejoindre le territoire positif.

*Bayane Al Yaoum.:


- Près de 133.000 logements ont été achevés et 177.000 mis en chantier en 2014, a indiqué le ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la politique de la ville, Mohamed Nabil Benabdallah, affirmant que "les indicateurs de production témoignent du bon comportement du secteur". Ces indicateurs renseignent sur un fort taux d'achèvements et un recul des mises en chantier, souligne Benabdallah.



- Le taux de chômage au niveau national a atteint 8,7 pc au deuxième trimestre 2015, selon le Haut-Commissariat au plan (HCP). En matière d'emploi, 125.000 postes d'emploi rémunérés ont été créés au cours de la période, 65.000 postes en milieu urbain et 60.000 en milieu rural. L'emploi non rémunéré, composé d'environ 98% d'aides familiales, a en revanche enregistré une baisse de 87.000 postes, résultat d'une perte de 94.000 en zones rurales et d'une création de 7.000 en zones urbaines, précise le HCP dans sa note sur la situation du marché du travail au deuxième trimestre de l'année 2015.

* Al Massae.:

- Le ministre de la Santé, El Houssaine Louardi tacle le laboratoire américain "Gilead Sciences" qui a refusé de baisser le prix d'un médicament destiné au traitement de l'Hépatite estimé à 80 millions de centimes. Louardi a affirmé que le Maroc est capable de fabriquer le médicament générique qui soigne cette maladie.

- Abdellah Boussouf, le secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME), a indiqué que "le gouvernement a enfreint la Constitution et a réduit les prérogatives du conseil", ajoutant que le CCME ne permettra pas de politiser la question de la communauté marocaine par les partis politiques. (Entretien)

*Al Ahdath Al Maghribia.:

- L'Espagne a souligné mercredi le "bon fonctionnement" du dispositif déployé à l'occasion de l'Opération transit 2015 et qui a permis de réduire la durée d'attente des véhicules et des passagers dans les ports andalous en particulier Algésiras (sud).

* Akhbar Al Yaoum.:


- Elections: Le secrétaire général du PJD souligne que les "mesures prises sont de réelles initiatives pour s'en sortir". Benkirane a exprimé sa satisfaction de la voie empruntée par le Maroc, mettant en garde contre le recours à l'argent sale lors des prochaines échéances électorales.

*Al Mounaataf.:

- Le ministère des Affaires étrangères et de la coopération dévoile sa stratégie pour corriger les dysfonctionnements des affaires consulaires. Une semaine après le discours royal du Trône, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, a tenu une réunion au siège du ministère avec des responsables gouvernementaux consacrée aux mesures à prendre pour répondre aux préoccupations d'ordre administratif des MRE et leur fournir les informations nécessaires concernant les différents services consulaires. 

* Rissalate Al Oumma.:

- Le Réseau marocain pour la défense du droit à la santé appelle le gouvernement à prendre les mesures diplomatiques, humaines et légales qui s'imposent pour résoudre la problématique du médicament destiné au traitement de l'Hépatite, et demander au laboratoire américain de réduire le prix du nouveau médicament et son exportation pour sauver la vie de 600.000 patients. Le réseau demande également au gouvernement de procéder à la fabrication d'un médicament générique. 

* Attajdid.:

- Benkirane souligne lors de la présentation des candidats têtes de listes du parti dans les grandes villes : "Tous les indicateurs dénotent que le PJD remportera les prochaines élections". Le parti a demandé une avance de 11 millions de dirhams à l'Etat pour la logistique et le soutien financier des candidats, a-t-il dit. Le soutien financier est limité à 1.000 dirhams pour les candidats dans les campagnes et 500 dirhams dans les villes.

* Al Ittihad Al Ichtiraki.:

- L'économiste Camille Sari a indiqué au journal que "le coût de la fermeture des frontières entre le Maroc et l'Algérie est estimé à 10 milliards de dollars annuellement", ajoutant que le FMI et la Banque mondiale chiffrent ce coût à 2 % du PIB. "Si l'on ajoute les coûts indirects comme les dépenses militaires, on peut atteindre un taux de 4 à 6 % du PIB", a-t-il estimé.

 

Libé
Vendredi 7 Août 2015

Lu 1234 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs