Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Retraite interdite : Enseignants seniors par la volonté de Rachid Benmokhtar




Rachid Benmokhtar  fait encore parler de lui : il persiste et signe. Après avoir assommé les professeurs du primaire en surnombre par une circulaire les acculant à participer au mouvement de mutation au niveau local, il revient à la charge, mais cette fois-ci  ce sont les fonctionnaires dépendant de son département, enseignants compris bien évidemment, qui doivent encaisser le coup.
La circulaire  datant du 8 septembre adressée aux directeurs des Académies régionales d’éducation et de formation  spécifie que  les fonctionnaires relevant du ministère de l’Education nationale qui ont atteint, le 1er septembre, l’âge légal  de départ à la retraite, seront contraints de poursuivre leur activité jusqu’à la fin de l’année scolaire en cours,  à savoir le 30 août 2016. 
Cette décision vient jeter  de l’huile sur le feu, puisque les syndicats les plus représentatifs du secteur ont,  durant la semaine dernière, organisé des sit-in devant les  sièges des délégations dans bon nombre de villes en signe de protestation contre la décision de Benmokhtar concernant les enseignants en surnombre dans le primaire. En effet, suite à cette décision, les réactions des concernés ne s’est pas fait attendre. Ces derniers  l’ont qualifiée, d’ailleurs, d’injuste et d’irréfléchie  et portant préjudice à leurs  droits et acquis. 
Par ailleurs,  le Syndicat national de l’enseignement, affilié à la FDT et en coordination avec le bureau national de la Fédération libre de l’éducation, relevant de l’UGTM, ont demandé à Rachid Benmokhtar  de provoquer une  réunion urgente en vue de débattre, en premier lieu, de cette question et de ses  fâcheuses répercussions sur l’ensemble du corps enseignant surtout en ce début  de la rentrée scolaire.
A rappeler que  l’année dernière, Rachid Benmokhtar avait pris la même décision de prolonger l’âge légal de retraite des enseignants  à la fin de l’année scolaire  et annonçait qu’elle ne concernait que 2014-2015. Et voilà qu’il récidive.  Pour se justifier, il va certainement annoncer comme il l’avait fait l’année dernière que  le départ de ces enseignants au milieu de l'année scolaire est «anti-pédagogique» et affecte négativement le processus régulier de l'éducation et de l'enseignement. Il avait qualifié  devant les parlementaires sa décision de positive pour les élèves et l’ensemble du système éducatif  et estimé que le maintien des enseignants est un devoir national.  
En cette rentrée scolaire, Rachid Benmokhtar a intérêt à revoir ses décisions prises de manière unilatérale et à réparer ses injustices à l’égard et des enseignants en surnombre et de ceux qui aspirent à une retraite bien méritée.

Larbi Bouhamida
Lundi 14 Septembre 2015

Lu 1246 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs