Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Responsables de tous bords, respectez le patrimoine national ! : L'hôpital Benchimol de Tanger rasé




Responsables de tous bords, respectez le patrimoine national ! : L'hôpital Benchimol de Tanger rasé
En une nuit (NDLR. celle du vendredi 2 au samedi 3 avril, en pleine fête de Pessah), l'Hôpital Benchimol de Tanger a été rasé par les autorités. Il avait plus de cent ans et c'était le doyen des hôpitaux marocains. Son fondateur était torjman à la Légation de France, et « français » à ce titre, comme tant d'autres h_maya, juifs et musulmans. En tout état de cause, c'était le plus vieil hôpital du Maroc, fondé dix ans avant le Protectorat, à l'intention de la communauté juive mais ouvert aussi aux musulmans. Monument historique donc.
Mais, au Maroc, «on» détruit un monument historique en une nuit. Qui «on» ? L'administration locale sans doute… Mais le propriétaire -la Communauté israélite tangéroise- a aussi sa part de responsabilité, dans la mesure où il était  « vendeur » de cet hôpital désaffecté, pour les besoins de ses pauvres, disait-il, et il le disait aussi aux autorités.
En son temps, la Fondation du Patrimoine culturel judéo-marocain s'était prononcée contre et l'avait fait savoir à la Communauté israélite tangéroise. Aujourd'hui, toute une population de vieux et authentiques Tangérois, musulmans ou juifs, amoureux passionnés de leur ville, protestent : au Maroc, sur Internet et sur tous les tons…
Cette destruction pose quelques graves problèmes. L'administration peut-elle détruire un monument légué par l'histoire, sans ouvrir un débat public, préalable? La Communauté israélite tangéroise, propriétaire du lieu, peut-elle vendre l'œuvre des anciens au moment où elle ne compte plus que quelques dizaines de membres, plus ou moins âgés? N'y a-t-il pas un « devoir de mémoire » dans un pays qui se veut touristique?
Cela fait beaucoup de questions. La Fondation du Patrimoine culturel judéo-marocain a, pour sa part, répondu en restaurant synagogues et cimetières, de Tétouan à Ifrane de l'Anti-Atlas, en créant à Casablanca le seul Musée juif du monde arabe, hommage judicieux à la composante historique juive du Maroc.
A Tanger, les « responsables » ont trouvé plus expéditif de raser un témoin du Maroc qui bougeait, avant la colonisation, et cela contre l'avis de la Fondation créée à cet effet, et plus grave encore, de la population de la ville, jalouse de son passé prestigieux.
Aujourd'hui, il ne reste que des photos de ce pauvre et si joli hôpital. On peut les voir au Musée du judaïsme. C'est bien peu… Mais c'est beaucoup si cela peut arrêter le massacre.

* Secrétaire général de la Fondation du Patrimoine culturel judéo-marocain


Par Simon LEVY *
Lundi 19 Avril 2010

Lu 2190 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs