Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réduction de la violence entre les rebelles et le pouvoir syrien

La reprise des discussions repoussée au 9 mars




Réduction de la violence entre les rebelles et le pouvoir syrien
Le président Bachar al-Assad s'est engagé à faire tout son possible pour que le cessez-le-feu en Syrie tienne, et Washington a noté une importante réduction de la violence entre les rebelles et le pouvoir.
 Alors que le cessez-le-feu, négocié et surveillé par la Russie et par les Etats-Unis et soutenu par l'ONU, est entré mercredi dans sa cinquième journée, l'émissaire des Nations unies pour la Syrie Staffan de Mistura a annoncé que la reprise à Genève des discussions de paix inter-syriennes, prévue pour le 7 mars, était repoussée au 9 mars "pour des raisons pratiques et logistiques".
 Sur le terrain, on observe depuis le 27 février un répit dans les combats et les bombardements, bien que le pouvoir de Damas et les rebelles s'accusent mutuellement de violations ponctuelles.
 Le président syrien s'est engagé à tout faire pour que la trêve tienne, dans une interview à la télévision publique allemande ARD dont des extraits ont été publiés mardi. "Nous ferons ce qui dépend de nous pour que tout cela fonctionne", a-t-il assuré.
Concernant la trêve, "les terroristes l'ont rompue dès la première heure", mais "l'armée syrienne s'est abstenue de toutes représailles pour maintenir les chances de survie de l'accord", a affirmé M. Assad.
 Le président syrien s'est par ailleurs dit prêt à accorder aux rebelles qui déposeraient les armes "une amnistie complète" et "un retour à la vie civile".
 L'accord de cessation des hostilités exclut les mouvements jihadistes comme l'Etat islamique (EI) et le Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda. Ces groupes continuent d'être la cible des frappes des forces gouvernementales, de l'aviation russe et de la coalition internationale menée par Washington.
 Les Etats-Unis se sont félicités en termes prudents de la "réduction notable" de la violence entre pouvoir syrien et rebelles.
 Il semble "qu'au cours de ces 24 heures, il n'y ait pas eu davantage de ruptures de la cessation des hostilités" que les jours précédents, a déclaré le porte-parole du département d'Etat, John Kirby. "Il semble que jusqu'à présent cela continue en gros à tenir", a-t-il dit.
 La Russie, qui observe elle aussi l'application du cessez-le-feu, a réclamé la fermeture de la frontière turco-syrienne. Cette fermeture permettrait de couper les voies d'approvisionnement des "terroristes", y compris par le biais de convois humanitaires, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.
Par ailleurs, l'émissaire de l'Onu Staffan de Mistura a repoussé au 9 mars, soit deux jours après la date prévue, la reprise des négociations sur le conflit syrien pour permettre la pleine mise en oeuvre de la trêve entrée en vigueur vendredi à minuit.
 L'accord conclu sous l'égide des Etats-Unis et de la Russie a entraîné une nette accalmie, mais des violations ont été commises, selon les observateurs internationaux.
 "Nous reportons (la reprise des discussions) à l'après-midi du 9 (mars) pour des raisons logistiques et techniques et aussi pour laisser au cessez-le-feu le temps de s'installer", a déclaré Staffan de Mistura, interrogé par Reuters.
 Parlant d'une "lueur d'espoir" cinq ans après le début de la guerre civile, le président syrien Bachar al Assad a promis de respecter la trêve, malgré les violations dont il accuse l'opposition.
 "Nous remplirons notre part pour faire en sorte que tout cela fonctionne", dit-il lors d'un entretien accordé à la chaîne de télévision allemande ARD.
 "Les terroristes ont enfreint cet accord dès le premier jour. L'armée syrienne s'abstient, elle, d'y répondre afin de donner à cet accord une chance de durer, mais il y a des limites et tout dépend de l'autre camp", avertit le chef de l'Etat.
 Les négociations indirectes qui devaient s'ouvrir à Genève au début du mois ont été suspendues le 3 février avant même d'avoir commencé. Ajournées au 25 février, elles ont ensuite été repoussées une première fois au 7 mars.

 

Jeudi 3 Mars 2016

Lu 833 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs