Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Recourt massif au marché mondial des céréales

Les producteurs locaux du blé tendre s’estiment lésés




Recourt massif au marché mondial des céréales
La baisse des cours des céréales sur le marché mondial s'est négativement répercutée sur les producteurs marocains. Les agriculteurs et en particulier certains membres de l'Union des coopératives agricoles estiment que l'Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL) n'aurait pas respecté ses engagements vis-à-vis des producteurs locaux, notamment au niveau de la commercialisation du blé tendre.
Les faits: l'ONICL aurait pris un engagement d'encourager les opérateurs à donner la priorité à la production nationale en blé tendre en fixant le prix d'achat à 300 Dhs le quintal. Or avec la baisse des cours sur le marché mondial, le ministère de l'Agriculture fait systématiquement appel à la production étrangère à travers la procédure d'appels d'offres. La collecte devra concerner 9 millions de quintaux dans le cadre d'appels d'offres mais n'a porté en fin de compte que sur une quantité de 3 millions de quintaux.
Il faut dire que la question du blé tendre subventionné pose un grand problème. D'un côté, il est impératif de protéger la production locale et d'aider les agriculteurs marocains qui déploient des efforts pour maintenir un minimum de production nationale. C'est une question stratégique d'autant plus que les perturbations qu'a connues le marché mondial en 2007 et début 2008 ont eu des effets néfastes sur les prix et l'approvisionnement. Toutefois, il est de l'intérêt de l'Etat de mettre à la disposition du consommateur, des quantités suffisantes en blé tendre et à des prix moindres et plus compétitives. C'est certes une équation difficile à gérer mais qui nécessite des choix impérativement dictés par la sécurisation des approvisionnements ainsi que la protection du pouvoir d'achat des citoyens. De ce fait, l'Etat doit consentir davantage d'efforts en faveur des producteurs locaux. Mais, ces derniers sont également obligés de produire du blé compétitive, de qualité et en quantité suffisante pour imposer leurs règles de jeu.
Par ailleurs, durant la première quinzaine du mois de décembre 2008, la collecte des céréales est insignifiante et a porté sur 187.000 quintaux. Elle est constituée presque exclusivement de blé tendre, ce qui porte le volume total collecté à 11,3 millions de quintaux. Ce dernier volume est, à la même date, en baisse de 23% par rapport à la moyenne quinquennale et reste, toutefois, largement supérieur à celui de l'année précédente.
Au cours de la première quinzaine du mois de décembre 2008, les prix moyens d'achat du blé tendre par les organismes de collecte s'élèvent, en moyenne, à près de 256 dh/ql. Pour le blé tendre, la quantité collectée reste faible. Le prix moyen pratiqué par les organismes de collecte s'établirait à 274 dh/ql. Pour l'orge, aucune transaction n'a été effectuée par les organismes de collecte au cours de cette semaine.
Les prix moyens des principales céréales, relevés au niveau des souks ruraux à halles aux grains référentiels, connaissent, par rapport à ceux de la campagne précédente et en fonction de la qualité, un certain repli pour le blé tendre et demeurent en hausse pour les autres céréales.
Par groupe d'opérateurs, les parts d'intervention des commerçants des coopératives et des minoteries sur le blé tendre s'élèvent respectivement à 69%, 5% et 26% du volume collecté, contre 61%, 1,5% et 37,5% la campagne précédente à la même date.
A noter qu'au 30 novembre 2008, les importations en  blé tendre ont atteint 14,7 millions de quintaux tandis que la transformation a porté sur 21,6 millions de quintaux sur un total de 24,4 millions de quintaux.
A noter aussi qu'au terme du sixième mois de la campagne de commercialisation 2008-2009, les importations des quatre principales céréales ont atteint 25,98 millions de quintaux, enregistrant une baisse de 22% par rapport à la même période de la campagne précédente. Ces importations sont constituées essentiellement de blé tendre (57%) et de maïs (31%). Il ressort de l'analyse des importations des céréales par port que 65% du trafic céréalier a transité par le port de Casablanca, suivi des ports de Jorf (13%), d'Agadir (10%), de Nador (5%), de Safi (4%) et de Tanger (3%).
Par céréale, la France est dominante pour le blé tendre (59%) et pour l'orge (71%), le Canada pour le blé dur (95%) et l'Argentine pour le maïs (80%).
Comparativement au mois précédent, les prix FOB des céréales ont tous baissé. Ainsi, les blés américains SRW et HRW ont enregistré des baisses de 5 et 10$/TM, respectivement. Le blé tendre français a également reculé de 22$/TM. Il en est de même pour l'orge française et le maïs américain dont les cours ont reculé, respectivement, de 27 et 19$/T, pour reprendre les statistiques établies par l'ONICL.

Libé
Mercredi 7 Janvier 2009

Lu 390 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs