Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rebondissement dans le dossier nucléaire iranien

Des opposants dévoilent un nouveau site secret du projet nucléaire




Rebondissement dans le dossier nucléaire iranien
Les opposants en exil de l'Organisation des Moujahidine du peuple iranien (OMPI) ont affirmé jeudi avoir obtenu des informations sur un nouveau site secret du projet nucléaire iranien, près de Damavand, dans la province de Téhéran (nord).
"Le réseau de l'Organisation des Moujahidine du peuple à l'intérieur de l'Iran a obtenu des informations fiables sur un nouveau site totalement secret destiné au projet nucléaire du régime, recueillies au fil d'un an auprès d'une cinquantaine de sources dans divers organes du régime", a annoncé dans un communiqué le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI, dont font partie les Moujahidine du peuple).
Le CNRI, dont la direction est basée en région parisienne, est la principale organisation d'opposition iranienne en exil. Il a fait part à plusieurs reprises dans le passé d'informations sur le programme nucléaire iranien.
"L'agence va évaluer l'information qui a été fournie, comme nous le faisons avec toute nouvelle information que nous recevons", a réagi Gill Tudor, la porte-parole de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à Vienne, dans un courriel à l'AFP.
Selon le CNRI, "le site est un nouveau centre destiné à des activités nucléaires. Le nom de code du projet est "Ma'adane-e Charq" (qui signifie littéralement "la mine de l'est", du nom d'une mine proche) ou "Projet Kossar".  Il serait situé dans une série de tunnels sous la montagne dans les environs de la ville de Damavand (nord de Téhéran). "La construction de la première phase de ce site a débuté en 2006 et a été récemment achevée. La première phase comprend le creusement des tunnels, quatre entrepôts dans la zone extérieure, les installations du site, la zone du site et la construction de routes pour le site", a détaillé le CNRI.
L'AIEA a demandé en vain à rencontrer Mohsen Fakhrizadeh, un officier supérieur des pasdaran. "La construction de la deuxième phase de ce site a commencé récemment (...). Il est prévu de construire 30 tunnels et 30 entrepôts dans cette deuxième phase", a écrit le CNRI dans son communiqué.
Le nouveau président iranien, Hassam Rohani, qui a dirigé directement les négociations sur le nucléaire, "a eu un rôle clé dans la poursuite de ce programme", toujours selon le CNRI pour qui "le considérer comme un modéré ou porter sur lui un espoir de changement est une erreur terrible".  Après dix ans d'enquête sur le dossier iranien, l'AIEA se dit dans l'incapacité de déterminer si l'ensemble des matériaux nucléaires dans le pays est à usage pacifique, faute, selon elle, de coopération suffisante de Téhéran.

Libé
Vendredi 12 Juillet 2013

Lu 152 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs