Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rebbah rencontre les professionnels de la route : L'héritage de Ghellab mine les relations avec les syndicats




Abdelaziz Rebbah, ministre de l'Equipement et des Transports, va-t-il continuer à gérer le passif que lui a légué son prédécesseur, Karim Ghellab? Hier, il a été appelé à répondre à l'appel au dialogue, lancé il y a une semaine par cinq syndicats du secteur du transport qui reprochent à l'ancienne équipe ministérielle son désengagement quant à l'amélioration des conditions de vie des professionnels de la route et l'opérationnalisation de la Commission chargée de délimiter la responsabilité dans les accidents mortels.
En effet, les professionnels du secteur du transport routier déplorent le retard enregistré au niveau de la mise en œuvre des engagements concernant le volet social promis par Ghellab avant l'entrée en vigueur de la loi 52-05.
Ils regrettent, à cet effet, que le gouvernement n'ait pas tenu ses promesses prises lors des négociations avec les syndicats du transport destinées à garantir certains droits et avantages sociaux.
« Le ministre s'est montré ouvert au dialogue et s'est dit prêt à engager une série de réunions pour examiner nos cahiers revendicatifs », nous a précisé Mostapha Lkihal, président de la Fédération nationale du transport de taxi, avant d'ajouter que ces rencontres avec les centrales syndicales les plus représentatives débuteront à partir de la semaine prochaine et seront consacrées à débattre des questions relatives à l'application du Code de la route et de la mise en œuvre de son volet social.
Les cinq syndicats présents lors  de cette rencontre ont demandé la présence des représentants du ministère de l'Intérieur et ceux de l'Habitat. Deux acteurs principaux dans le dénouement de cette problématique. Ils ont également saisi l'occasion pour revendiquer une lutte contre l'économie de rente et contre certains lobbys encouragés par des directeurs du département de l'Equipement et des Transports.   
Pour ces professionnels, il est temps pour l'Etat d’accorder plus d'intérêt au volet social jugé calamiteux. A ce propos, ils ont rappelé, à titre d'exemple, que seuls 50.000 salariés en activité dans le secteur du transport sur 300.000, bénéficient de la couverture sociale et que les deux tiers des employés, soit 200.000 personnes, constitués de non salariés (travailleurs indépendants, conducteurs des taxis…) ne bénéficient d'aucune couverture sociale. Et que près de 90% des entreprises de transport refusent de déclarer leurs conducteurs à la sécurité sociale malgré les risques du métier.
La délimitation des responsabilités figure également parmi les points critiqués. Les syndicats regrettent qu'elle ne soit pas prise en compte et que le ministre de la Justice la transgresse souvent. En effet, ils revendiquent  l'opérationnalisation de la Commission nationale et des commissions régionales relevant du ministère de l'Equipement et des Transports, et qui sont chargées de diligenter des enquêtes techniques et administratives sur les accidents mortels de la route. Les professionnels jugent le travail de cette commission crucial du fait qu'elle a pour tâche de délivrer les résultats de son enquête dans un délai de 10 jours  à compter de la date de l'accident, aux autorités administratives compétentes afin d'établir les responsabilités de chaque partie dans l'accident en question.

Hassan Bentaleb
Lundi 5 Mars 2012

Lu 617 fois


1.Posté par le marocain le 05/03/2012 21:29
Ce n'est qu'un premier geste de la Part de ce Grand Ministre dont le courage commence a donner de la peur à certains exploitants de ces agréments.Dire que le voile est tombé puisque le parti de l'Istiqlal avait exigé l'attribution de ce ministère.Il y avait un feu qui va rattraper plusieurs responsables.
Je n'ai jamais pensé que des gens qui nous donnent des leçons de patriotisme par le biais de la TV nationale.Au moment où ces donneurs de leçons nourrissent leurs chiens avec de nourritures animales coûtant le salaire d'un fonctionnaire échelle 8
M.Le Ministre a donc appliqué les instructions de la nouvelle constitution telle qu'elle a été votée par le Peuple Marocain.
Nous soutenons la décision de notre Ministre.
Reste l'intervention de M.Le Ministre de l'Intérieur dans le cas de la promotion nationale(les cartes distribuées aux des amis des responsables.Sans oublier aussi le Ministre de l'Agriculture pour nous faire savoir les bénéficiaires des autorisations de pêche en haute mer.
La suite sera douloureuse In cha Allah pour les usurpateurs

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs