Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rassemblement des Femmes libres à Casablanca : Appel à l’abrogation de l’article 475 du Code pénal




Rassemblement des Femmes libres à Casablanca : Appel à l’abrogation de l’article 475 du Code pénal
15 heures, place de Nations unies face au tribunal de première instance de Casablanca. Des centaines de femmes, pour la plupart des militantes associatives,  sont venues ce dimanche, dans un élan de solidarité, participer au sit-in des Femmes libres  et crier leur rage contre les dispositions discriminatoires de l’article 475 du Code pénal. La présence de Zakia Daoud, journaliste au long cours et inoubliable patronne de la revue Lamalif, a été remarquée ainsi que celle d’Ahmed Réda Chami, ex-ministre du Commerce et des Nouvelles technologies et membre du Conseil national de l’USFP, venu exprimer sa profonde sympathie à la cause féminine.
Une minute de silence a été d’abord observée à la mémoire de la défunte Amina Filali, victime de la barbarie masculine dans toute son abjection. Elle était bien loin de se douter que sa mort allait susciter autant d’émoi, de compassion et de mobilisation.
Par la suite et au  rythme de slogans tels que «C’est une honte, le Maroc est en danger», «A bas l’article 475!», etc., les femmes ont dénoncé haut et fort cette loi qui autorise un bourreau à se marier avec sa victime. Leur colère transparaissait également à travers les banderoles et des pancartes qui véhiculaient des messages plus porteurs les uns que les autres. «Nous réclamons la réforme immédiate du Code pénal» ou encore «Pédophiles, violeurs, … le Maroc, terre d’accueil, vous protège et vous marie». Leurs allocutions n’étaient pas en reste. Elles tendaient toutes vers un changement immédiat de la législation actuelle concernant le viol.
Certes depuis que l’affaire Amina Filali a éclaté, les sit-in  et les rassemblements se sont multipliés. Mais il n’y en aura jamais assez en fait, estiment certaines militantes féministes. «Ne dit-on pas à juste titre qu’un droit s’arrache mais ne se donne pas? Cette médiatisation que d’aucuns considèrent comme exagérée, servira au moins à réveiller les consciences et à braquer les lumières sur le drame des filles violées et condamnées à s’emmurer dans leur silence», nous a confié une autre militante. Il est temps de passer à la phase supérieure et d’aller de l’avant fermement, ajoute-t-elle. Elle appelle ainsi à l’ouverture d’un débat national concernant cette affaire  et à mener des actions de lobbying auprès des parlementaires qui déboucheront ainsi sur une réforme de la loi pénale.
Pour rappel, le gouvernement a déjà déposé en 2008 un projet de loi, qui est resté lettre morte, pour réclamer la refonte du Code pénal en vue de mettre fin à la discrimination et à la violence.

Nezha MOUNIR
Mardi 27 Mars 2012

Lu 1168 fois


1.Posté par futurbarbu le 27/03/2012 11:40
A bas l'article 475 ,oui et ajoutez aussi ,à bas le certficat de célibat demandé au mokkaden ,quelle honte,une avocate ,une médecin ,un ministre ,un professeur ,vont demander au mokkaden un certificat de célibat pour se marier ou marier leur fille .
A l'époque ,au village ,le pere d'une fille à marier ne se soumettait jamais à une telle humiliation pour aller demander un tel certificat au mokkaden car le certifcat de Ozouba signifie au village que le mokkaden certifie que la fille est vierge ,cela signifie une humiliation à la famille de la fille!

2.Posté par le marocain le 27/03/2012 12:02
Là,il faut changer la mentalité de certains juges,qui ne pensent pas aux souffrances des victimes.D'autre part,et je ne sais pas ce que je veux dire,mais,peut être qu'il y a une part de responsabilité de la part des victimes. Vu leur habillements,leur geste,leur manière de circuler sur l'avenue,on pense qu'elles provoquent les citoyens.
Mais un bon citoyen qui est honnête envers lui même ne doit en aucun prêter attention à ces filles ou femmes.Si un M.se respecte,il aura une distance entre lui et une fille ou femme,sinon c'est le désastre(racolage ,et tentative de viol,ou de relations prohibées par la Loi Divine.
Peut être que tout le code pénal qui doit être revue et corrigé pour effacer certains articles,et y ajouter d'autres pour la sauvegarde de l'enfance.Une mineure violée,l'auteur doit être automatique arrêté,jugé et emprisonné.Cela évitera d'autres viols,et d'autres mariages à l'amiable.
Là,je demande aux filles et femmes de se respecter elles mêmes,et qu'elles n'attendent pas cela des hommes.

3.Posté par Bruno AKAKAPO le 28/03/2012 09:36
Les femmes ont raison. Dans aucun autre pays pays de la planète, cette loi existe. C'est vraiment une honte pour le Maroc et ce qui fait dire sur des chaines internationales que le viol est favorisé au Maroc... Quelle honte encore pour un pays de croyants que nous sommes...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs