Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rabat préoccupé par la situation au Venezuela




Le Maroc suit avec grande préoccupation la situation interne au Venezuela, indique le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale
Rabat déplore que les manifestations pacifiques qui ont eu lieu cette semaine au Venezuela, aient fait de nombreuses victimes, y compris des morts parmi les jeunes qui y prenaient part, poursuit le communiqué.
La large contestation populaire que connaît le Venezuela est le résultat de la détérioration profonde de la situation politique, économique et sociale dans le pays, souligne le ministère, notant que cette situation est sans commune mesure avec les ressources importantes en hydrocarbures dont dispose le pays, et qui restent, malheureusement, accaparées par une oligarchie minoritaire au pouvoir.
Les citoyens vénézuéliens s'en trouvent privés de leurs droits humains les plus élémentaires à la médication, à l’alimentation, à l’accès à l’eau potable et aux services sociaux de base, relève le ministère.
Le Royaume du Maroc condamne vigoureusement la violation des droits politiques, économiques et sociaux dans ce pays et appelle le gouvernement vénézuélien à une gestion pacifique de cette crise et au respect de ses obligations internationales, conclut le communiqué.

 

Samedi 22 Avril 2017

Lu 837 fois


1.Posté par Gma Ahmed le 22/04/2017 13:31
Le Venezuela au bord de l'explosion

Pour ceux qui connaissent mal ce pays et surtout sa haine politique vis-à-vis de notre pays, je me permets de révéler quelques vérités sur ce pays du sud du continent américain et de ses dirigeants qui ressemblent étrangement à l’ancien dictateur Maamar Kaddafi.
Si Kaddafi est arrivé au pouvoir par un coup d’état militaire en 1971, le défunt président Chavez s’est accaparé le pouvoir certes grâce à des élections qui se sont déroulées dans un contexte de ras-le-bol général, mais très entachées par des mensonges, la tromperie et des promesses made in « Jeha l’américain »
Le défunt président Hugo Chavez, se faisant la «voix du peuple», proposait de balayer les élites politiques corrompues. Le talent de l’homme des tribunes qu’il était séduisait les médias, le peuple comme les intellectuels même si beaucoup continuaient à voir en lui l’auteur d’un coup d’Etat raté quelques années auparavant. Mais il faut bien dire qu’il avait adouci son ton, enlevé sa veste militaire et avait même dénoncé durant sa campagne la dictature de Fidel Castro.
Puis vint la face autoritaire d’Hugo Chavez en mettant fin à la République et ses institutions par la voie d’une Assemblée constituante et ce comme Kaddafi. Enthousiastes, des millions de Vénézuéliens, lui font confiance… avant d’entendre inlassablement à la radio et à la télé la voix de leur dirigeant s’en prenant à celles et ceux qui ont eu le malheur de ne pas adhérer à son projet, là aussi, les méthodes de Kaddafi sont utilisés.
Très vite, les menaces se transforment en actes. Revêtu à nouveau de son uniforme militaire, il commence par démanteler l’entreprise nationale pétrolière pour pouvoir accéder librement à ses caisses. Au fil des années, il s’acharne contre les chefs d’entreprise, confisque systématiquement des terres productives et exproprie des propriétés privées, le syndrome Kaddafi s’installe définitivement dans ce pays.
Les années passant, profitant de la montée du cours du pétrole, Chavez a poursuivi des politiques populistes qui aspiraient à un certain développement social, mais qui étaient toujours en totale adhésion à sa politique. Puis le culte de la personnalité de Chavez s’est exacerbés et les médias hostiles au régime ont dû mettre la clé sous la porte et regagnaient les prisons.
Hugo Chavez est parti comme il est arrivé, emporté par un cancer punitif en 2014 et sera remplacé par son compagnon Maduro, un autre dictateur qui lui aussi est plus populiste, plus sanguinaire et menteur avéré des peuples opprimés. Mais comme le mensonge n’a qu’un effet limité et de surcroît dans ce pays pétrolier qui a sombré économiquement avec la chute des cours du brut, la majorité des aliments, médicaments et autres besoins vitaux manquent cruellement. Du coup, les mouvements de colère populaire éclatent dans tout le pays, entraînant dans son sciage des morts qui commencent à se chiffrer par dizaines et pourtant Maduro et ses sbires continuent à s(attaquer au Maroc dans tout ce qui touche à notre intégrité territoriale, continuent à être plus Algériens que les Algériens, à persister et à signer de vieux rêves irréalisables plus que les mercenaires du Polisario en consommant des dizaines de stylos dans la presse et les instances internationales. Le Venezuela est devenu un pays qui n'a plus un seul os en bonne santé (comme disent chez nous) et sera face aux mouvements de colère populaire, en guise de réponse AU président Maduro et sa bande sanguinaire, le Maroc lui lance ce message diplomatique : Ceux qui sèment le vent, récoltent les tempêtes sociales et politiques !
A bon entendeur..... Monsieur le président Maduro que la fête continue éternellement chez vous
Ahmed Gma

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs