Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quid du financement du système de santé?




Quid du financement du système de santé?
Notre système de santé est malade. Ce n’est un secret pour personne. Et parmi les nombreux maux dont il souffre si ce n’est le plus important figure en bonne place le financement. C’est pourquoi le  Collectif droit à la santé a choisi d’aborder ce thème « Financement du système de santé au Maroc» lors d’une table ronde tenue ce samedi à Rabat. Le but essentiel étant de dresser un diagnostic du secteur afin de compléter l’évaluation des politiques publiques, laquelle est consacrée au domaine de la santé et entamée par le Collectif depuis deux ans. Politique des médicaments inappropriée, manque de transparence, budget insuffisant, la liste des sujets abordés est  longue.  
Certes, la santé n’a pas de prix mais elle a un coût, comme on se plait à le rappeler. Toutes les données tendent à le prouver, à commencer par les prestations médicales. En effet, leurs prix  posent un réel problème alors qu’ils sont censés être réglementés par l’Etat. Estimés parfois trop chers, ils peuvent être établis au détriment du professionnel, qui ne rentre pas dans ses propres frais.  L’occasion d’ouvrir le débat et d’y inviter la société civile. Appel est donc fait pour une harmonisation des prix et leur affichage. Au niveau des médicaments, les choses ne vont pas plus fort. La problématique de la taxation est encore une fois pointée du doigt. Comme le rappelle le Collectif, les médicaments sont scandaleusement chers du fait qu’ils se trouvent taxés à 7 ou 20% selon le type. Des taux qui ne dépassent guère 2,5% en France ou 5% en Italie, des pays dont le niveau de vie dépasse de loin celui du Maroc. Mieux encore, les Etats-Unis n’appliquent pas la TVA sur les médicaments. C’est donc une aberration dont sont victimes notamment les personnes les plus défavorisées. 
Mais qu’en est-il des ressources du système de santé ? C’est sans conteste le parent pauvre notamment le budget  alloué dans la loi de Finances. Pour 2014, il se voit octroyer 5,73%. C’est encore au niveau de la répartition que le bât blesse quand on constate que 70% sont engloutis dans les dépenses du personnel et les 30% restants dans l’investissement. Quant à la prévention, elle se retrouve avec un petit 0,2%. Preuve que le système de santé marocain est orienté davantage vers le curatif que vers le préventif. Problème de gestion, de gouvernance ? Un exemple concret a été présenté : celui du CHU Avicennes. Les chiffres avancés, à ce niveau,  sont très parlants et se passent de tout commentaire. Un établissement qui jouit d’une autonomie financière mais dont les ressources proviennent à 80% de l’Etat, et 20% des recettes propres au CHU (CNSS, CNOPS…). D’où une forte dépendance vis-à-vis de l’Etat qui impacte fortement la gouvernance budgétaire de l’établissement. Là encore la masse salariale se taille la part du lion avec 65%.
Un autre point qui dérange et non des moindres, se situe au niveau des missions du CHU. Le volet de la recherche scientifique est vraiment marginalisé (0,5%). Encore une fois, le constat est amer. Comment est-ce possible de progresser dans de telles conditions ? Des questions qui restent en suspens… 

Nezha Mounir
Mardi 28 Janvier 2014

Lu 5474 fois


1.Posté par La Mutualité Française le 28/01/2014 16:28
article très intéressant , vite te voilà dans mes favoris :D
je te félicite pour le choix du sujet

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs